21_POS_25 - Postulat Alice Genoud et consorts - Redonnons vie à nos terres enterrées sous le bitume: Pour un plan de désimperméabilisation des sols.

Séance du Grand Conseil du mardi 11 mai 2021, point 2.4 de l'ordre du jour

Texte déposé

L’imperméabilisation des sols, qu'on peut définir comme le recouvrement permanent d’une parcelle de terre et de son sol par un matériau artificiel imperméable tel que l’asphalte ou le béton[1], est un mécanisme devenu paradoxalement naturel et inaperçu de notre développement et de notre urbanisme.

Sans réfléchir, nous avons rendu imperméable des surfaces entières, et pas seulement avec des bâtiments et leurs toits. Des trottoirs, des places, des parkings, des aires de stockage ou même cours d'école ont été inutilement recouverte de bitume.

A tel point que le manque de pérméabilité est devenu une problématique importante pour notre pays et notre canton. Les surfaces imperméabilisées ont augmenté en Suisse de 29% en 24 ans. Selon les chiffres les plus récents, 4,7% du territoire suisse est imperméabilisé. Vaud pour sa part a un taux plus haut est que la moyenne nationale avec 5,3% (chiffre de 2004)[2].

Cette imperméabilisation pose de nombreux problèmes, en termes environnementaux et d'aménagement du territoire. Nous pouvons citer notamment :

 

  • La pression sur les ressources en eau : nos sols trop imperméabilisés ont perdu leurs capacités à absorber l'eau, reportant irrémédiablement la charge sur d'autres surfaces. Cela pose des problèmes notamment lors de fortes pluies, l'eau n'étant plus retenue naturellement dans des sols et risquant de provoquer des dégâts et des crues. Nous nous souvenons tous des inondations de juin 2018 à Lausanne, en partie dues au ruissellement urbain et à la faible capacité de rétention de nos sols.
  • Une perte de la diversité biologique : de nombreuses espèces sont tributaires du sol pour se développer. De grandes zones imperméabilisées, ou des zones qui coupent leur habitat par exemple une route, crée un danger supplémentaire sur l'écosystème.
  • L'augmentation des îlots de chaleur : ce phénomène qui commence à être bien connu, notamment dans les agglomérations s'explique notamment par une asphaltisation des sols et un déficit de verdure. Cela conduit à une intensification des températures plus accrue dans les agglomérations que dans la campagne. Il s'agit d'un effet direct important lors des étés caniculaires que nous venons et allons encore vivre.

 

Le réchauffement climatique accentue et va encore accentuer ces problèmes, avec des épisodes orageux plus forts ainsi qu'une augmentation des températures. La pression sur notre territoire en sera que plus grande, il est donc nécessaire de prendre cette problématique de l'imperméabilisation à bras le corps et ceci dès maintenant.

Ce postulat demande une réflexion autour d'une stratégie sur l'imperméabilisation des sols soit mise en place au niveau de notre canton. Différentes initiatives ont déjà été mises en place dans plusieurs communes, mais il est nécessaire d'avoir une politique globale sur le sujet et d'inciter les différents acteurs à se préoccuper de cette question.

 

Des pistes (non exhaustives) pourraient notamment être étudiées pour :

  • Limiter de nouvelles imperméabilisations inutiles, via par exemple une modification de la LATC ou l’instauration d’une taxe visant à limiter ce phénomène. Le produit de cette taxe pourrait être versé à un fonds de reconversion des surfaces. 
  • Désimperméabiliser le parc immobilier de l'Etat et de ses entités publiques, notamment par l'adaptation des parkings et la création de toitures végétalisées.
  • Réfléchir à des outils de sensibilisation et des arguments financiers afin d’inciter les propriétaires privés à désimperméabiliser leur(s) parcelle(s).
  • Inciter les communes à s'emparer de cette question, avec par exemple un fond dédié.
  • Développer une réflexion globale lors des renaturations de rivières ou dans l'analyse des bassins versant, afin d'également intégrer une politique de désimperméabilisation en amont et préventive.
  • Dresser un bilan des mesures liées à l'aménagement du territoire afin d'examiner si certaines aboutissent à un effet négatif sur la perméabilisation des sols. 
  • Réfléchir à des actions dans le cadre du deuxième plan climat.

 

Tous ces points sont évidemment des propositions, l'imperméabilisation des sols pouvant être abordée dans le cadre de plusieurs politiques et cadres légaux de notre Canton. Une réflexion globale par le biais de ce postulat permettrait certainement d'envisager d'autres pistes intéressantes et efficaces sur cette thématique qui nous concerne tous.

 

 

 

[1] Lignes directrices concernant les meilleures pratiques pour limiter, atténuer ou compenser l’imperméabilisation des sols, Commission européenne, téléchargeable sur https://www.google.com/url?sa=t&rct=j&q=&esrc=s&source=web&cd=&cad=rja&uact=8&ved=2ahUKEwjs49_RvZvwAhUQC-wKHZqgBnEQFjADegQIFxAD&url=https%3A%2F%2Fec.europa.eu%2Fenvironment%2Fsoil%2Fpdf%2Fguidelines%2Fpub%2Fsoil_fr.pdf&usg=AOvVaw1e_ceNySpZHhaTJ6KFXa-e

[2]Office fédéral de la statistique, 2019, disponible sur https://www.bfs.admin.ch/bfs/fr/home/statistiques/espace-environnement/indicateurs-environnement/tous-les-indicateurs/etat-environnement/impermeabilisation-sol.html

Conclusion

Renvoi à une commission avec au moins 20 signatures

Liste exhaustive des cosignataires

Signataire Parti
Olivier Epars
David Raedler VER
Blaise Vionnet V'L
Cédric Echenard SOC
Felix Stürner VER
Jean-François Chapuisat V'L
Anne Baehler Bech
Claude-Alain Gebhard V'L
Rebecca Joly VER
Séverine Evéquoz VER
Stéphane Montangero SOC
Marc Vuilleumier EP
Yves Paccaud SOC
Léonard Studer
Elodie Lopez EP
Anne-Laure Métraux-Botteron VER
Graziella Schaller V'L
Jean-Christophe Birchler V'L
Sabine Glauser Krug VER
Didier Lohri VER
Jérôme Christen LIBRE
Cloé Pointet V'L
Céline Misiego EP
Claire Richard V'L
Retour à l'ordre du jour

Partager la page