21_POS_1 - Postulat David Raedler et consorts au nom Les Vert.e.s vaudois.e.s - Renforcer la formation pour éviter la désinformation.

Séance du Grand Conseil du mardi 12 janvier 2021, point 2.23 de l'ordre du jour

Texte déposé

La situation actuelle liée à la pandémie de coronavirus a encore souligné les risques et problèmes qui découlent de la désinformation. Une thématique qui a reçu une lumière toute particulière dans le contexte international avec la référence malheureusement devenue célèbre aux « Infox » (ou « Fake News ») par le président américain non-réélu – et son apogée récente dans les heurts rencontrés dans sa non-réélection. Mais une thématique qui n’est de loin pas nouvelle et qui se voit renforcée par la place toujours plus marquée des réseaux et médias sociaux en tant que sources d’information. D’une part, ceux-ci permettent de porter et donner un écho très marqué à des informations fausses ou trompeuses, qui « tournent » ensuite auprès d’un large public et sont renforcées par l’existence de « bulles de filtres » (filter bubble). D’autre part aussi par le fait que de plus en plus de personnes, notamment auprès des jeunes générations, ne consultent essentiellement les informations qu’au-travers des réseaux et médias sociaux[1]. 

 

Concernant chacune et chacun d’entre nous, quel que soit son âge ou sa formation, cette problématique peut trouver plusieurs réponses, intégrant éducation, soutien à la presse[2] et campagnes de sensibilisation[3]. Le premier sujet s’avère particulièrement clé dans la mesure où l’éducation peut permettre de s’habituer à identifier les articles ou images de désinformation, dans le but d’en affaiblir la portée. A ce sujet, un article de cette année du journal britannique The Guardian révélait les efforts importants qui avaient été faits par la Finlande en la matière[4], qui s’est placée à l’avant-garde des mesures éducatives en matière de désinformation[5]. Ceci en agissant notamment sur les aspects suivants :

-        une formation spécifique donnée aux enseignant.es, bibliothécaires et autres personnes travaillant avec des jeunes concernant la désinformation ;

-        des cours donnés aux étudiant.es sur les façons de débusquer les désinformations (y compris faux profils) et les sources de vérification disponibles, de même que sur la différence entre désinformation et information caricaturale ;

-        des enseignements ciblant les médias sociaux en particulier ;

-        une approche transversale de la désinformation, intégrée à toutes les matières, par exemple en apprenant en mathématiques comment il peut être abusé des statistiques, en cours d’art comment débusquer des montages photo, ou encore en histoire le rôle joué par les campagne de propagandes.

 

Les signaux apparaissant toujours plus alarmant, il est essentiel de prendre la situation sérieusement et d’assurer l’intégration de cette thématique dans l’éducation. Le Conseil d’Etat a déjà pris de bonnes et fortes mesures concernant la modernisation de son système éducatif, tant dans le cadre de la stratégie numérique que dans les jalons posés pour l’éducation numérique. Toutefois, un volet spécifique sur la désinformation est nécessaire et impératif dans le contexte actuel.

 

En conséquence, le présent postulat demande au Conseil d’Etat d’étudier la pertinence et la possibilité de mettre en place, respectivement d’intégrer au cursus scolaire actuel, des enseignements en matière de désinformation et de réseaux sociaux, ainsi que des formations spécifiques aux enseignant.es, bibliothécaires et autres personnes travaillant dans le domaine de la formation des jeunes, dans un but d’éducation transversale sur la désinformation.

 

[1] La question de la violence et du harcèlement dans le cadre des réseaux sociaux est notamment abordée dans le cadre de la réponse du Conseil d’Etat du 30 octobre 2019 au Postulat Jean Tschopp et consorts – Eduquer les élèves à l’usage des réseaux sociaux (RAP_673364).

[2] Voir à ce sujet notamment la réponse du Conseil d’Etat de décembre 2019 au postulat Valérie Induni et consorts – Pour un vrai soutien à la presse et aux médias (17_POS_238), p. 24.

[3] Voir la réponse au Postulat Jean Tschopp et consorts – Eduquer les élèves à l’usage des réseaux sociaux (RAP_673364), ainsi que les développements présentés dans la Motion Yann Glayre et consorts - Apporter une réponse urgente aux problématiques en matière de smartphones, applications et réseaux sociaux, dans le cadre de l'école vaudoise (19_MOT_091).

[4] https://www.theguardian.com/world/2020/jan/28/fact-from-fiction-finlands-new-lessons-in-combating-fake-news.

[5] La Finlande est première de l’index Media Literacy qui calcule la résistance à la désinformation et la connaissance des médias au sein de la population.

Conclusion

Renvoi à une commission sans 20 signatures

Liste exhaustive des cosignataires

Signataire Parti
Alice Genoud VER
Taraneh Aminian EP
Serge Melly LIBRE
Pierre Zwahlen VER
Sylvie Podio VER
Hadrien Buclin EP
Yann Glayre UDC
Maurice Mischler VER
Didier Lohri VER
Céline Misiego EP
Felix Stürner VER
Pierre Fonjallaz VER
Léonard Studer VER
Retour à l'ordre du jour

Partager la page