21_HQU_37 - Question orale Didier Lohri - Ecole Lausanne 42 et ses investisseurs "privés".

Séance du Grand Conseil du mardi 2 février 2021, point 2.17 de l'ordre du jour

Texte déposé

En juin 2020, le directeur de l’Ecole Lausanne 42 expliquait à la presse son concept d’école informatique sans maître. Ce principe est connu depuis 2013 en France et aux Etats-Unis. Il offre très certainement des avantages. Son principe repose sur la gratuité de la formation.

 

A cette époque le directeur expliquait, au journal le Temps, chercher des partenaires financiers et je cite :

A combien s’élève le tour de table ?
Je recherche 9 millions de francs pour démarrer. Il faut comprendre que cette formation est entièrement gratuite et que nous visons des volées de 150 élèves.

Quand pourrait ouvrir cette école en Suisse romande ?
Mon objectif est de trouver les investisseurs pour un démarrage en juin 2021.

 

Le 20 janvier 2021, la presse se fait écho de l’ouverture de cette école en ces termes :

Le budget se monte à 1,5 million de francs par année pour former à terme 500 étudiants. Il est complètement couvert par des fonds privés. Le principe est que l’économie – qui a besoin d’informaticiens – finance l’école et qu’elle soit gratuite pour les étudiants….

Parmi les mécènes, le responsable cite Romande Energie et Swisscom ...

 

Il est connu que la formation professionnelle n’est pas en odeur de sainteté dans les milieux économiques et start-up.

 

Ma surprise est assez grande d’apprendre que des entreprises financées par les deniers publics cantonaux et communaux financent cette école.

 

De plus, en analysant la situation un peu plus pertinemment, il semblerait que Romande Energie ne forme pas d’apprentis dans la filière des métiers de l’informatique.

 

C’est ainsi que j’ai l’honneur de déposer la question suivante :

Est-ce acceptable que le canton de Vaud, principal actionnaire de la Romande Energie ne formant AUCUN apprenti informaticien CFC, cautionne le financement d’une école privée pour une formation non reconnue par la Confédération sans bénéficier des subventions fédérales pour la formation professionnelle ?

 

Retour à l'ordre du jour

Partager la page