Décision

En réponse à une question du député Jacques-André Haury, le Conseil d'Etat indique que les communiqués de presse de la Police cantonale mentionnent la conduite sous l’influence de l’alcool d’une victime lorsqu’il s’agit d’une ivresse qualifiée (résultat de l’éthylotest ou éthylomètre) et que les conséquences de l’accident sont graves, et ce uniquement avec l’accord du ministère public. En revanche, la présence éventuelle de produits stupéfiants ne peut être indiquée, si ce n’est en stipulant que l’enquête devra déterminer les causes et responsabilités des personnes impliquées puisqu’il faudra plusieurs semaines, voire mois, pour connaître le résultat définitif de l’analyse médicale.

Renseignements complémentaires

DJES, Olivia Cutruzzolà, officière presse, Direction communication et relations avec les citoyens, Police cantonale, 079 808 50 13

Fichier à télécharger

Partager la page

Partager sur :