Décision

Dans sa réponse à une question de la députée Graziella Schaller, le Conseil d’État précise que la Banque cantonale vaudoise (BCV) n’a pas délocalisé d’activités à l’étranger et n’a aucune intention de le faire. L’ajout à l’article 17 des conditions générales de la BCV d’une mention relative à une possibilité d’externalisation d’activités à l’étranger n’a aucun lien avec un projet spécifique de la banque vaudoise. La présence de telles mentions dans les conditions générales reflète entièrement la pratique du marché bancaire, y compris parmi les banques cantonales. Le Conseil d’Etat souligne d’ailleurs que cet ajout a été introduit dans un objectif de transparence vis-à-vis de la clientèle; la BCV ne peut en effet exclure que de manière marginale, certains traitements informatiques doivent être réalisés à l’étranger (notamment en raison de la volonté de certains prestataires informatiques de ne fournir leurs services que par l’intermédiaire du cloud). Il n’a donc, en aucun cas, été introduit dans le but de déplacer des activités de la banque à l’étranger.

Renseignements complémentaires

DEIEP, Carmelo Laganà, secrétaire général, 021 316 61 82

Fichier à télécharger

Décisions du Conseil d'État

Voir toutes les décisions de la séance du Conseil d'Etat du 21 février 2024

Partager la page

Partager sur :