Décision

En réponse à une interpellation de la députée Laurence Cretegny, le Conseil d’État rappelle les deux modalités d'accès que sont la maturité intégrée et la maturité post-CFC, offrant ainsi aux apprenties et apprentis la possibilité de l'effectuer à différentes étapes de leur parcours formatif. Il rappelle également que le Canton a développé une offre de cours spécifiques visant à encourager et faciliter son accès après avoir obtenu le CFC. Néanmoins, et tant que l'Ecole de culture générale demeurera une formation de choix auprès des jeunes, attirant ainsi les profils susceptibles de réaliser des maturités professionnelles, le taux de jeunes porteurs ne saurait progresser significativement. Il n'en demeure pas moins que la maturité professionnelle fait l'objet d'une large information dans le canton, tant par les collaborateurs et collaboratrices de l'Office cantonal de l'orientation scolaire et professionnelle que les commissaires professionnels qui sensibilisent les entreprises formatrices et les apprenties et apprentis de son existence, notamment dans sa modalité post-CFC. En outre, quatre métiers supplémentaires devraient prochainement s'y ouvrir, témoignant de l'intérêt certain à proposer cette filière de formation aux apprenties et apprentis. Enfin, si le Conseil d’État rappelle que la maturité professionnelle constitue l’une des voies royales d’accès au niveau Tertiaire A, il reste également attentif à l’importance de promouvoir l’accès aux formations de niveau tertiaire B que sont les brevets et diplômes fédéraux, ainsi que les diplômes délivrés par les Écoles Supérieures, dont l’ouverture d’une nouvelle filière en énergie et environnement est actuellement à l’étude.

Renseignements complémentaires

DEF, Lionel Eperon, directeur général de l'enseignement postobligatoire, 021 316 63 06

Fichier à télécharger

Partager la page

Partager sur :