Décision

Dans sa réponse à une question du député Alexandre Rydlo, le Conseil d’État indique qu'il n'existe pas de dispositif en tant que tel, dans les entités préscolaires et scolaires, pour identifier un problème de malnutrition ou de sous-nutrition chez les enfants, car ce n’est pas le rôle de ces structures. Au sein des entités scolaires, il s’agit plus d’observations et/ou de propos relevés par les professionnelles et professionnels encadrant l’enfant qui sont transmis à l’infirmière ou l’infirmier scolaire. Dans le contexte de l’accueil collectif de jour pré et parascolaire, les institutions doivent fournir aux enfants une alimentation saine et variée tout en s’assurant que les enfants aient un suivi médical. On relèvera que si le personnel d’une institution considère qu’un enfant est en danger dans son développement et semble avoir besoin d’aide, il doit le signaler à la Direction générale de l’enfance et de la jeunesse, à qui il appartiendra d’évaluer la situation. 

Renseignements complémentaires

DEF, Marie Torres, responsable a.i. de l'unité Promotion de la santé et prévention en milieu scolaire, 021 623 36 50

Fichier à télécharger

Partager la page

Partager sur :