Décision

Interrogé sur les conditions de travail des assistantes et assistants à l’intégration en milieu scolaire, le Conseil d’Etat souligne que le temps de présence des élèves en classe et le nombre de semaines de vacances scolaires, qui ne peuvent pas être travaillées, expliquent les taux d’activité relativement bas de cette fonction. Avec un taux de travail annualisé, l’activité contractuelle moyenne des assistantes et assistants à l’intégration est de 30%. Dans son interpellation, la députée Nathalie Jaccard interroge également le salaire des assistantes et assistants à l’intégration. Il est rappelé que la Commission d’évaluation des fonctions a défini la classe salariale sur la base du cahier des charges de cette fonction lors de sa création en 2018. Celui-ci n’ayant pas connu d’évolution particulière, le niveau de fonction est toujours en adéquation avec les réalités de cette profession. On peut par ailleurs noter, à toutes fins utiles, qu’en 2019 une formation ad hoc en cours d'emploi sur deux ans a été mise en place par la HEP et la DGEO pour permettre à ce corps de métier de se former spécifiquement au contexte scolaire dans lequel il intervient. A ce jour, 814 personnes sont engagées dans cette fonction, dont 533 personnes au bénéfice d’un CDI.

Renseignements complémentaires

DEF, Cédric Blanc, directeur général, Direction générale de l'enseignement obligatoire et de la pédagogie spécialisée, 021 316 32 01

Fichier à télécharger

Partager la page

Partager sur :