Décision

Dans sa réponse à une interpellation du député David Vogel au sujet de l'anonymisation des épreuves d'examens, le Conseil d'Etat constate que le texte déposé porte sur des enjeux essentiels au domaine de la formation: l’égalité de traitement et l’équité lors de l’évaluation des apprentissages, ainsi que la limitation des effets des préjugés et des stéréotypes sur leurs parcours. Si l’anonymisation des épreuves est présentée dans l’interpellation comme un moyen de limiter les biais évaluatifs, il importe avant tout au Conseil d’Etat de promouvoir des mesures ciblées sur les problèmes que l’on cherche effectivement à résoudre, de tenir compte des potentiels effets indésirables de ces mesures, ainsi que de mettre en œuvre des moyens dont le rapport coûts/bénéfices est significativement favorable. Dans ce cadre, l’anonymisation des copies d’examens apparaît certes comme une mesure pertinente au niveau universitaire, mais le Conseil d'Etat estime que ce n’est cependant pas le cas ni pour l’école obligatoire ni pour la formation postobligatoire.

Renseignements complémentaires

DEF, Cédric Blanc, directeur général de l'enseignement obligatoire, 021 316 32 01

Fichier à télécharger

Partager la page

Partager sur :