Direction générale de la cohésion sociale (DGCS)

Événements marquants, évolutions significatives

Réorganisation DGCS: fusion SPAS et SASH

Au 1er janvier 2019, la Direction générale de la cohésion sociale (DGCS), issue de la fusion des anciens Service des assurances sociales et de l’hébergement (SASH) et Service de prévoyance et d’aide sociales (SPAS), est devenue une réalité. Cette fusion a entièrement réorganisé l’activité, précédemment accomplie par les deux services, en trois directions distinctes:

  • la Direction des aides et assurances sociales, qui est responsable des aides financières individuelles (recouvrement et avances des pensions alimentaires, bourses d’études et d’apprentissage, revenu d’insertion, subsides à l’assurance-maladie).
  • la Direction de l'insertion et des solidarités, qui est en charge de l’appui social à tous les groupes de population ou des individus qui en ont besoin à un moment donné de leur parcours de vie, par exemple des victimes de violences, des personnes à mobilité réduite, des personnes en situation de handicap, des proches aidants ou des personnes ayant besoin d’un revenu d’insertion. Cette Direction regroupe aussi le Centre social d’intégration des réfugiés (CSIR).
  • la Direction de l'accompagnement et de l'hébergement, qui couvre l’hébergement des personnes en situation de handicap, des personnes souffrant de maladies psychiatriques ou d’addiction et des personnes âgées et de l’accompagnement de ces personnes vers le retour à la vie communautaire.

Cette réorganisation a nécessité un travail important des collaborateurs et des cadres afin de repenser en profondeur l’activité et les processus internes et de créer une culture commune. Même si ces tâches inhérentes à la réorganisation se poursuivront en 2020, grâce à l’effort de tous, la DGCS existe et fonctionne. Elle fédère toutes les activités de politique sociale et médico-sociale dans le canton et de nombreuses pistes de synergies, d’harmonisation et d’interactions ont déjà été identifiées.

Evénements marquants

La DGCS a conduit cette réorganisation majeure tout en assurant la continuité de l’activité. L’année a été notamment marquée par les évènements suivants :

  • Mise en place du subside à 10%. Depuis janvier 2019, le poids des primes maladies est limité à 10% du revenu. Désormais, le canton compte 275'000 bénéficiaires d’un subside (236'000 à fin 2018). Il est désormais possible de déposer une demande en ligne (un peu moins de 9’000 demandes déposées ce qui représente un peu moins du tiers du total).
  • Introduction de la demande en ligne obligatoire pour les bourses d’études. Depuis le 1er avril 2019, toutes les demandes de bourses sont faites en ligne. Cette procédure permet de guider les usagers dans la constitution de leur dossier et d’accélérer le traitement.    
  • Adoption le 17 décembre 2019 de la Directive transitoire de dotation concernant les établissements psychosociaux médicalisés (EPSM) applicable dès le 1er janvier 2020 permettant de définir la dotation et le profil psychosocial en regard de la mission assurée. Il s’agit d’une première étape importante du processus d’implémentation d’une filière psychiatrique cantonale. 
  • Accord entre les partenaires sociaux, sous l’égide du DSAS, pour une bascule vers la CCT HRC des salarié.e.s du secteur parapublic santé (EMS, FHV, CMS). Cette bascule permet de revaloriser les professions les moins bien rémunérées et de réduire les écarts de rémunération entre les secteurs public et parapublic de la santé. 
  • Validation et mise en service du contrat d’hébergement en EPSM. Après deux ans de travaux soutenus, les directions d’établissements, les faîtières, les partenaires socio-sanitaires et la Direction de l’accompagnement et de l’hébergement ont rédigé un contrat d’hébergement répondant aux besoins spécifiques de la population accueillie tout en définissant les conditions dans lesquelles l’accompagnement peut être assuré.
  • Augmentation de 19% de la participation aux mesures d’insertion professionnelle pour préparer une formation professionnelle (MIS T). En 2019, 1234 personnes ont pris part à ces mesures. Parmi les 594 jeunes qui ont terminé une MIS T, 74% ont décroché une formation ou un emploi.
  • Ouverture des EMS Le Chêne à Gland, Les Hirondelles à Clarens et de Grand-Vennes à Lausanne. Ouverture de l’EPSM Rochelle à Concise. Ces ouvertures ont permis de créer 87 places supplémentaires et de rénover/remplacer 102 places.

Partager la page