Votre identité

21.3. Diversité des utilisations du sol

Thème: Diversité biologique

Signification de l'indicateur

La préservation de la biodiversité est un objectif essentiel du développement durable (principes 15b et 18a). Le terme biodiversité recouvre non seulement la diversité génétique et la diversité des espèces, mais également celle des milieux. Cette dernière est déterminante pour les espèces vivantes: une mosaïque d'habitats variés – forêts, prairies, surfaces cultivées – peut abriter un plus grand nombre d'espèces qu'un paysage uniforme. À l'inverse, une trop grande diversité de milieux peut avoir des conséquences négatives sur les espèces qui ont besoin d'un habitat uniforme s'étendant sur de grands espaces. Cependant, une augmentation de la diversité des milieux indique généralement une amélioration de la biodiversité, le nombre d'écotones (espaces se trouvant à la limite entre deux milieux différents tels que les lisières forestières) étant l'un des facteurs favorisant la biodiversité.

Cet indicateur recense la diversité des milieux sur la base des différents types d'utilisation du sol. Il montre, sur un réseau de points équidistants de cent mètres, le nombre moyen de transitions d'un type d'utilisation du sol à un autre, par kilomètre carré. Plus il y a de transitions, plus la diversité des milieux est grande.

Principes en rapport avec cet indicateur: 12a. Production compatible avec l’environnement, 15b. Sauvegarde de la biodiversité, 18a. Compensation écologique, 19. Respect de la durée des processus naturels, 20. Paysages naturels et cultivés convenables.

Type d'indicateur: (C) capital.

Evolution

Diversité des utilisations du sol

Source :
OFS – Monitoring de la biodiversité en Suisse.  

Données (xls, 32 Ko)

En bref

Tendance statistique :


Evaluation développement durable :


Commentaire

Commentaire statistique

Tendance: pas de modification notable.

Commentaire développement durable

Evaluation: pas d'évaluation de la durabilité.

Le concept de simplification du paysage qui a prévalu depuis les années 50 semble être progressivement abandonné suite à la réorientation des politiques agricoles et sylvicoles qui vise à recréer des mosaïques de milieux ainsi que des réseaux écologiques. Le suivi de l'évolution dans ce domaine devrait permettre d'évaluer l'impact de cette réorientation.

Les politiques publiques de soutien et les normes de référence en matière de production primaire (agricole et sylvicole) constituent des leviers permettant d'influer sur la diversité de l'occupation du sol.

Méthodologie

Cet indicateur présente, par km2, le nombre moyen de transitions d'un type d'utilisation à un autre sur un réseau de points équidistants de cent mètres.

Ainsi, 23 types d'utilisation du sol sont considérés:
– Zones urbanisées
– Zones industrielles, commerciales et réseaux de communication
– Espaces verts artificialisés, non agricoles
– Terres arables
– Surfaces viticoles
– Plantations fruitières
– Arbres fruitiers de plein champ
– Horticulture
– Prés
– Pâturages locaux
– Bosquets, forêts clairsemées sur surfaces agricoles utiles
– Forêt dense de feuillus
– Forêt dense mixte
– Forêt dense de conifères
– Coins de forêts, petits bois
– Forêts clairsemées
– Zones intermédiaires entre les bosquets et les buissons
– Bosquet d'alpage
– Herbages naturels
– Espaces peu ou non pourvus en végétation
– Biotopes humides, végétation de rives
– Cours d'eau, ouvrages de protection contre les crues, berges
– Lacs

Cet indicateur correspond à l'indicateur E5 – Diversité des utilisations du sol à petite échelle du Monitoring de la biodiversité en Suisse (MBD). Ce projet de l'Office fédéral de l'environnement (OFEV) a pour objectif d'assurer le suivi à long terme de la diversité de la nature en Suisse. L'indicateur a été défini et calculé dans le cadre du MBD en collaboration avec l'Office fédéral de la statistique (OFS). Il s'appuie sur la statistique de la superficie, qui détermine l'utilisation du sol en chaque point d'un réseau de points d'échantillonnage équidistants de 100 mètres. La statistique de la superficie considère 74 catégories d'utilisation du sol. Dans le MBD, ces catégories sont ramenées à 23 types d'utilisations pertinentes sur le plan écologique. Pour mesurer la diversité des milieux, on considère tour à tour les 100 points d'échantillonnage d'un kilomètre carré, dans les directions horizontales (ouest-est) et verticale (nord-sud), et l'on compare l'utilisation du sol en chaque point avec l'utilisation du sol aux points voisins. Chaque transition d'un type d'utilisation à un autre est comptabilisée. L'indicateur peut donc prendre des valeurs comprises entre 0 et 200.

Glossaire

Écotone: zone de séparation entre deux écosystèmes.

Partager la page