Interdiction des publicités à caractère sexiste

Depuis le 1er janvier 2020, les publicités sexistes sont interdites sur le domaine public vaudois et le domaine privé visible du domaine public.

L’article 5b de la loi sur les procédés de réclame précise la notion de publicité à caractère sexiste : « Est considéré comme sexiste tout procédé de réclame dans lequel : des hommes ou des femmes sont affublés de stéréotypes sexuels mettant en cause l'égalité entre les sexes ; est représentée une forme de soumission ou d'asservissement ou est suggéré que des actions de violence ou de domination sont tolérables ; les enfants ou les adolescents ne sont pas respectés par un surcroît de retenue dû à leur âge ; il n'existe pas de lien naturel entre la manière dont la personne est représentée et le produit vanté ; la personne sert d'aguiche, dans une représentation purement décorative ; la sexualité est traitée de manière dégradante. »

Le respect de cette interdiction repose principalement sur l’autorégulation et la responsabilité des sociétés d’affichage. Dans le cas où une publicité pourrait s'avérer sexiste, une commission consultative peut être saisie pour rendre un préavis.

Commission consultative

La commission consultative pour les questions sexistes peut être saisie notamment par l’administration cantonale, les municipalités, les sociétés d’affichage ou la population. Elle rend des préavis. Au final, la décision d’interdiction appartient à la municipalité, qui est l’autorité compétente en matière de procédés de réclame sur tout le territoire communal.

Ses préavis sont transmis à l’entité et aux personnes qui l’ont saisie, ainsi qu’à l’autorité concernée. Ils sont également publiés dans la Feuille des avis officiels et sur cette page internet.

La commission est composée de cinq personnes, soit trois femmes et deux hommes : une juriste de la Direction générale de la mobilité et des routes (présidente), une représentante du Bureau de l’égalité entre les femmes et les hommes, un sociologue, une représentante des sociétés d’affichage et un représentant de la Direction générale de la mobilité et des routes.

Contact

Les réclamations pour un procédé de réclame visible par le public et paraissant sexiste peuvent être adressées par courrier au :

  • Département des infrastructures et des ressources humaines
    Direction générale de la mobilité et des routes
    Commission consultative sur les procédés de réclame sexistes
    Place de la Riponne 10
    1014 Lausanne

  • Ou par mail : publicites-sexistes(at)vd.ch


La réclamation doit impérativement contenir les informations suivantes :

  • Description du lieu exact où se situe le procédé de réclame visé;
  • Date à laquelle le procédé de réclame a été vu.

En l'absence de ces deux informations, la requête ne sera pas traitée par la commission.

Partager la page