Contenu d'un MGDM

Les MGDM devront satisfaire à l’exigence d’un équilibre judicieux entre une minimisation de la charge de travail de gestion et une maximisation de l’intérêt pour les utilisateurs.

Le contenu des MGDM est établi en fonction des réponses apportées aux questions suivantes :

  • Quels éléments à modéliser résultent de la législation spécialisée ?
  • Quels éléments à modéliser sont nécessaires aux services cantonaux pour qu’ils puissent accomplir le mandat légal qui leur incombe ?
  • Quelles informations sont nécessaires à l’échelon communal pour couvrir les éléments à modéliser au niveau intercommunal et quelles parties d’entre elles existent déjà dans les modèles cantonaux ?
  • Les éléments de coordination avec des domaines thématiques voisins ou en recouvrement sont-ils suffisamment pris en compte ?
  • Quelle peut être l’ampleur du modèle de géodonnées minimal pour qu’il présente une stabilité maximale (donc qu’il résiste aux modifications), que sa génération nécessite le moins de travail possible et qu’il puisse être mis en oeuvre de façon à bénéficier d’une acceptation aussi large que possible parmi ses utilisateurs (par exemple les associations, les bureaux d’ingénieurs, etc.) et puisse donc prendre un caractère aussi contraignant que possible ?
  • Quels sont les aspects à prendre en compte pour un archivage ultérieur des géodonnées ?

Modèles de représentation

Les modèles minimaux incluent généralement un modèle de représentation.

Les modèles de représentation décrivent la manière dont les objets issus d'un modèle de géodonnées sont symbolisés et représentés sous forme cartographique, éventuellement à différentes échelles.

Partager la page