Comment porter son masque pour se protéger et protéger les autres du COVID-19

Quand porter un masque ?

  • Là où c’est obligatoire
  • Sur une base volontaire pour protéger son entourage lorsqu’on est symptomatique : lors de toux, de rhume et de fièvre en particulier.

Il est important de se rappeler....

Manipuler le masque:
►avec des mains propres, désinfectées.
►par les élastiques sans toucher la face interne.

Pour être efficace, le masque doit recouvrir:
► Le nez
► La bouche
► Le menton

Gestion du masque communautaire – masque jetable et masque en tissu

Réutilisation du masque

La période de pénurie de masques est désormais derrière nous. Toutefois, pour celles et ceux qui le souhaitent pour des raisons économiques et écologiques, le masque peut être réutilisé à condition que sa gestion soit optimale. Ceci est valable en usage communautaire, c'est-à-dire non médical.

Masque porté sur de courtes périodes répétées :

  • Une fois enlevé, le masque peut être tenu à la main ou porté sur l’avant-bras (la face extérieure ne doit pas toucher la peau ou les vêtements).
  • Si le masque ne doit pas être réutilisé rapidement, il peut être plié sur la surface extérieure puis mis à part dans une poche ou un sac, une enveloppe propre et réservé à cet usage.

Il peut être ensuite être remis en appliquant toujours les mesures de précautions. Ce qui importe, c’est de de le manipuler en se désinfectant bien les mains et sans toucher la surface extérieure à aucun moment.

Le masque jetable grand public peut être utilisé entre une demi-journée à une journée entière.  Il doit être changé s’il est mouillé ou abîmé.  Il peut  être réutilisé par la même personne, avec les précautions de manipulation,  s’il est stocké à plat et laissé pendant 5-6 jours dans un endroit sec, à l’abri des poussières.

Des tests réalisés par une association de consommateurs français  UFC-Que Choisir  a aussi montré que les masques chirurgicaux, normalement destinés à être jetés après 4 h d’utilisation, conservent de très bonnes capacités de filtration après 10 lavages en machine à 60 °C.

Les masques usagés doivent être jetés dans une poubelle, si possible fermée. En aucun cas ils ne doivent être jetés dans la rue ou la nature, pour d’évidentes raisons sanitaires et environnementales.

Masques réutilisables en tissus

Les consignes d’utilisation sont identiques à l'exception du lavage que doit subir le masque en tissu régulièrement.

Le masque doit offrir une protection adéquate contre les gouttelettes et aérosols produits par la toux, les éternuements ou même la parole. Il doit également avoir une perméabilité à l’air suffisante pour gêner la respiration le moins possible et permettre ainsi un port prolongé sans encombre.

Il est recommandé d’acheter un masque labellisé/marqué. Les masques communautaires qui portent le marquage « SNR 30000 » devraient répondre aux exigences minimales de la Science Task Force. L’efficacité de ces masques est comparable à celle des masques de type chirurgical. Sur le site Internet de la Science Task Force, vous trouverez la dernière recommandation ainsi que des informations détaillées sur les exigences. Les masques communautaires peuvent porter un label - p. ex.TESTEX, ou SQTS en allemand ou "Afnor" - s’il a été vérifié qu’ils répondent aux exigences minimales de la Science Task Force. Le site Afnor propose également des tutoriels pour fabriquer un masque qui offre une bonne protection.

Une façon de savoir si le masque en tissu nous protège est de mettre le masque sur le visage, de tenir une bougie allumée  devant le visage et de tenter de l’éteindre en soufflant sur la flamme. Si la bougie reste allumée, cela signifie que le masque protège.

Le masque en tissu doit être lavé régulièrement. Pour cela, il faut se référer à la notice du fabriquant. Le masque devrait être lavé au minimum après un jour d’utilisation, à plus de 60 degrés. Selon le modèle, on estime que le masque peut être lavé entre 5 et 20 fois sans perdre de ses qualités.

Remplacement du masque par une visière plexiglas

La visière  est une mesure de protection moins efficace que le masque et protège avant tout les personnes autour de celle qui la porte. Elle ne remplace pas le masque là où il est obligatoire. La visière devrait être réservée à des personnes qui pour des raisons médicales objectives ne supportent  pas le masque de protection et disposent pour cela d’un certificat médical.

Exemption du port du masque

Certaines personnes peuvent être exemptées pour raisons médicales sur prescription médicale. Elles doivent pouvoir présenter leur certificat médical en cas de contrôle. Dans ces situations le masque peut être remplacé par une visière faciale. La visière faciale doit être désinfectée (désinfectant à base d’alcool) au moins une fois par jour. Les gestes barrières (distance, désinfection) doivent être scrupuleusement respectés.

Merci de faire bon accueil, le cas échéant, à ces personnes dûment exemptées.

Le masque et les malentendants

Les personnes malentendantes sont très gênées par le masque dans leurs échanges.

  • Il est donc tout à fait acceptable d’enlever un court moment son masque pour aider une personne qui a besoin de lire sur les lèvres, tout en respectant les distances.
  • Par ailleurs, des masques transparents sont dorénavant validés et disponibles dans le commerce. Ils sont particulièrement adaptés face à des enfants ou des personnes malentendantes, par exemple.

Partager la page