Croissance des effectifs de la HEP

1300 nouveaux étudiants à la HEP Vaud

Haute école accréditée sans condition selon la loi fédérale LEHE depuis le 22 mars 2019, la HEP Vaud (HEP) porte une attention aiguisée aux défis d’envergure que les professionnel·le·s de l’École vaudoise rencontrent dans l’exercice de leurs métiers. Cette attention se traduit par une activité scientifique de haut niveau, en adéquation avec les besoins exprimés, dans une triple exigence de proactivité, d’innovation et d’amélioration continue.

Soucieuse d’attirer un nombre croissant de futurs enseignants, en particulier dans les secteurs où la nécessité se fait le plus sentir – les enseignements primaire et spécialisé, ainsi que l’enseignement des mathématiques, de l’informatique et des langues au secondaire – la HEP accueillera plus de 1300 nouveaux étudiants lors de la rentrée 2019, dont une centaine en reconversion de carrière.

Alors que la HEP comptait une population étudiante de 1'366 personnes en 2009, elle frisera 3'000 personnes en 2019. Cette croissance remarquable et permanente des effectifs sollicite de nouvelles ressources, mais aussi de nouveaux murs. Ainsi, dès la rentrée, la HEP décentralise une partie de ses cours sur le site de Sébeillon, mis à disposition par le Canton dans l’attente d’un bâtiment neuf en cours de planification. 

Du côté des ressources humaines, afin de disposer d’un encadrement de qualité suffisant, la HEP, associée aux six autres hautes écoles romandes chargées de la formation des enseignants, lance de nouveaux programmes de qualification. Réunies au sein du Centre de compétence romand de didactique disciplinaire (2Cr2D), les Hautes écoles ouvrent deux cursus communs de Master et de MAS, ainsi qu’un programme doctoral en didactique disciplinaire.

Toujours dans un objectif de qualité et suivant les principes du Plan stratégique adopté par le Grand Conseil en mars 2019, la HEP intensifie la collaboration avec ses partenaires privilégiés : 128 établissements de formation et près de 1300 praticiens formateurs et praticiennes formatrices. 

Avec quelques thématiques en point de mire : 

• le renforcement de la culture dans le domaine des sciences techniques et du numérique ;

• la mise sur pied de nouveaux modules de formation et des journées de formation continue, en partenariat avec l’EPFL ;

• l’accompagnement par une quinzaine de formateurs de la HEP des équipes de direction des établissements scolaires dans leur conduite de la mise en œuvre locale ou régionale du Concept 360.

Répondre aux ambitions et anticiper les besoins se mesure aussi par la qualité de l’insertion professionnelle des jeunes diplômé·e·s de la HEP. À cet effet, la Haute école a conduit une enquête auprès de leurs employeurs : 87,5 % d’entre eux estiment que ses diplômés répondent aux besoins actuels de l’École et aux défis spécifiques de leur établissement. Ce chiffre, réjouissant, encourage la HEP et son nouveau recteur en fonction depuis le 1er juillet, M. Thierry Dias, à poursuivre le développement de scénarios pour la formation des enseignant·e·s de demain. Ceux-ci visent l’éveil du désir de connaissance des élèves, dans un paysage scolaire où les compétences transversales, telles que la créativité, la capacité à travailler en équipe ou l’orientation vers la résolution de problèmes se verront toujours davantage valorisées.

Partager la page