Les téléphones portables éteints durant le temps scolaire

Les dispositifs numériques, tels que les smartphones et tout autre objet connecté, sont omniprésents dans notre quotidien et celui des élèves. Ils créent des opportunités d’apprentissage, mais peuvent aussi avoir des impacts négatifs justifiant un encadrement de leur utilisation dans le contexte de l’école.

À la rentrée 2018-2019, une expérience pilote a été menée dans dix établissements. Sur le périmètre de ces écoles, les portables et autres dispositifs numériques personnels devaient être éteints et rangés durant le temps scolaire, y compris pendant les pauses et les récréations. Des exceptions étaient prévues pour des utilisations pédagogiques et encadrées par les enseignant·e·s.

Une directive fixe les règles

Après cette expérience, le DFJC a mené une consultation large auprès des acteurs concernés. Les retours ont permis de valider le cadre réglementaire tout en l’améliorant. Le principe de l’interdiction générale des téléphones portables est jugé concluant et bénéfique par la quasi-totalité des acteurs concernés. Pour l’usage des appareils durant la pause de midi, il est jugé préférable de laisser une marge d’autonomie aux communes et aux conseils de direction des écoles. La cheffe du DFJC a donc décidé d’étendre le cadre réglementaire ainsi précisé à toute l’école vaudoise. Sa décision a pris la forme d’une directive, communiquée le 27 juin 2019 au public ainsi qu’à tous les établissements scolaires vaudois invités à adapter leur règlement pour la rentrée 2019. Dès août 2019, l’interdiction des téléphones portables durant le temps scolaire s’applique donc partout dans l’école vaudoise.

Cette directive est une mesure forte, même si c’est une mesure de transition. Elle déploiera ses effets pendant plusieurs années, jusqu’à ce que les élèves aient tous été formés à une utilisation raisonnable des dispositifs connectés dans le contexte scolaire. Cette démarche s’inscrit en effet dans la volonté de la conseillère d’État Cesla Amarelle d’introduire l’éducation numérique dans l’école vaudoise de manière généralisée. Elle vise à favoriser la concentration et la capacité d’apprentissage des élèves, les échanges sociaux et à éviter des comportements à risque ou néfastes pour la santé (addiction, cyberharcèlement). À souligner que l’usage des téléphones portables reste possible dans le cadre d’activités pédagogiques, qu’elles soient liées à l’éducation numérique ou à d’autres objectifs ou enseignements du Plan d’études romand. 

Des conseils sur l’utilisation des écrans dans l’agenda des élèves

Dans la même optique que la directive sur l’interdiction des téléphones portables et autres dispositifs numériques personnels, des conseils sur l’utilisation des écrans (PDF, 584 Ko) ont été ajoutés à l'agenda de l'élève dès cette rentrée 2019. Le but est de soutenir les parents et de gagner en cohérence entre le cadre du domicile de l’élève et celui de son école. Parmi ces conseils, il est proposé aux parents de discuter des éléments fondamentaux d’une utilisation encadrée des écrans comme la durée, les coûts, les lieux et les motifs (apprendre, rechercher une information, jouer, se divertir, échanger sur les réseaux sociaux, etc.). Cette démarche, conjuguée à la directive sur les téléphones portables, est une première étape vers un meilleur encadrement des activités numériques et connectées dans les écoles vaudoises, en cohérence avec la mise en place de l’éducation numérique.

Partager la page