Soutenir l'apprentissage à l'épreuve de la pandémie

En se prolongeant durant toute l’année scolaire 2020-2021, la pandémie de la Covid-19 et les mesures de protection qu’elle a imposées ont continué de peser lourd sur de nombreux secteurs économiques et, par conséquent, sur la formation professionnelle en voie duale. Pour les jeunes à la recherche d’un stage ou d’une place d’apprentissage, leurs démarches étaient plus difficiles dès lors que des secteurs étaient complètement à l’arrêt et d’autres travaillaient à distance.

Renouvelé, le dispositif d’aide porte ses fruits

On se souvient qu’au printemps 2020, le Conseil d’État vaudois avait adopté en urgence des mesures de soutien à la formation professionnelle initiale fragilisée par la pandémie. Cette mobilisation exceptionnelle a alors permis d’éviter le pire. Mieux, elle s’est soldée finalement par une augmentation de 1,3 % des contrats d’apprentissage conclus pour l’année 2020-2021, soit 4089 nouveaux contrats. Un résultat inespéré pendant le confinement qui a paralysé le pays. Le subventionnement pour moitié du salaire de la première année de formation a assurément joué un rôle incitatif majeur pour les entreprises formatrices en quête de reconnaissance et de soutien.

Au printemps 2021, les contrats d’apprentissage conclus pour la rentrée d’août restaient un sujet de préoccupation. Leur nombre était certes plus élevé qu’un an plus tôt, mais il était en baisse de 22 % par rapport à 2019. Le Conseil d’État a alors décidé de reconduire des mesures d’aide aux apprenties et apprentis et aux entreprises formatrices. Dans ce deuxième plan figurent la création de « Junior Teams » et les formations mixtes. Ces deux dispositifs innovants, qui ont déjà fait leurs preuves, jouent sur la qualité de la formation et la quantité de places d’apprentissage. Les « Junior Teams » réunissent des équipes de six à huit apprenties et apprentis placés sous la responsabilité d’une formatrice ou d’un formateur en entreprise dont le cahier des charges est pleinement dévolu à leur encadrement. À ce jour, une Equipe Junior en carrosserie et une autre en cuisine ont démarré. Il est prévu que huit entités de cette nature soient créées dici 2023. Quant à la formation mixte, elle propose des places en école durant la première année d’apprentissage, avant d’opérer une bascule vers une entreprise formatrice dès la deuxième année. Pour la rentrée d’août 2021, 75 nouvelles places ont pu être proposées grâce à ce modèle, dans les métiers du commerce, de l’informatique et des soins.

Ce plan 2021 contient un volet inédit en faveur de la restauration, secteur très touché par la crise sanitaire. Il fallait éviter que des apprenties et apprentis soient insuffisamment préparés pour se présenter aux examens finaux. Grâce à un partenariat avec « Hotel et Gastro Formation Vaud » ainsi que l’École professionnelle de Montreux, des solutions ont été trouvées pour une centaine de jeunes qui ont pu effectuer la partie pratique de leur apprentissage et ainsi favoriser leur certification. Cette action a contribué à l’excellent taux de réussite aux examens (93 %) dans ce secteur.

Objectif 1000 places d’apprentissage : on y est presque !

Grâce notamment aux deux plans de mesures décidés par le Conseil d’État, la pandémie semble ne pas avoir trop freiné la marche vers l’objectif de créer 1000 nouvelles places d’apprentissage, qui est inscrit dans le programme de législature 2017-2022. Il sera même vraisemblablement dépassé dès cette rentrée scolaire. En novembre 2020, on dénombrait déjà près de 950 places créées depuis l’été 2017. Ce sont autant de jeunes qui avancent vers une certification du Secondaire II, passeport pour leur insertion durable sur le marché du travail.

La mobilisation se poursuit pour offrir davantage d’opportunités aux jeunes, en misant notamment sur des formes novatrices d’apprentissage. Des modèles adaptés aux parcours parfois plus sinueux des jeunes visent à proposer un accès facilité à des formations professionnelles certifiantes. Avec FormaPro 150, les formations mixtes, les réseaux d’entreprises formatrices d’Insertion Vaud ainsi que le développement des restaurants gérés par le COFOP sur les lieux de formation du Secondaire II, près de 170 nouvelles places d’apprentissage sont offertes aux jeunes à la rentrée scolaire 2021. L’État de Vaud et le CHUV poursuivent aussi leurs efforts, avec respectivement 25 et 29 nouvelles places offertes dès ce mois d’août. Même s’il est plus difficile de monitorer la totalité des places créées par le secteur privé, celui-ci n’est pas en reste. On le voit avec la Bourse des places d’apprentissage qui propose, depuis 2019, un nombre stable de places d’apprentissage y compris durant la situation sanitaire difficile.

Le délai pour conclure un contrat d’apprentissage ayant été prolongé jusqu’à fin octobre 2021, c’est en novembre que l’on connaîtra le nombre exact de places d’apprentissage créées qui auront trouvé preneur cette année. En mai dernier, le volume des nouveaux contrats était en baisse de 23 % par rapport à 2019. Ce recul était ramené à −11 % en juin et à −10 % en juillet. À l’aune de ces tendances rassurantes, le niveau de 2020 devrait finalement être atteint. Dans le contexte de la pandémie, cela confirmerait la résilience remarquable de notre système de formation professionnelle en voie duale.

Le conseil à l’orientation et l’approche du monde professionnel

La transition de la scolarité obligatoire vers une formation du Secondaire II répondant aux aspirations des jeunes est un enjeu crucial qui justifie un accompagnement professionnel des élèves. Les conseillères et conseillers en orientation passent en classe et sont disponibles pour des consultations individuelles. L’année écoulée, beaucoup d’informations ont été délivrées en visioconférence en raison de la pandémie. Au contact des spécialistes de l’orientation, les élèves découvrent la palette des options possibles, en particulier dans la formation professionnelle. Par ailleurs, tous les établissements du Secondaire I ont désormais des référentes et référents en approche du monde professionnel (AMP). Accompagnant la réflexion des élèves sur leur future formation, elles et ils présentent les atouts des filières professionnelles pour construire un projet d’insertion durable dans la vie active. L’appui à trouver des stages avant la fin de leur scolarité fait aussi partie de leur mission.

Une mobilisation tous azimuts

La pandémie ayant prétérité la recherche de stages en entreprise, une action en partenariat avec des associations professionnelles a permis d’ouvrir de nombreuses places d’initiation au sein des cours interentreprises. Des jeunes de l’école obligatoire ont pu y découvrir concrètement des activités professionnelles et échanger directement avec des apprenties et apprentis ayant opté pour ces formations. À ce stade, plus de 500 places de stages ont été mises à disposition par une quinzaine d’associations professionnelles.

Un partenariat a aussi été scellé avec la société coopérative « Démarche ». Il vise en priorité les jeunes sortis de l’école en juin dernier et contraints de s’inscrire au guichet de la Transition 1, faute d’avoir trouvé un apprentissage. Depuis juin, et pour une durée de trois mois, des professionnels du placement et de l’insertion s’appuyant sur un réseau de près de 800 entreprises les aident à trouver un stage ou une place d’apprentissage. Une centaine de jeunes sont ainsi accompagnés dans leur démarche. Cette prestation, baptisée « APProche », prolonge le travail mené en amont par les enseignantes et enseignants AMP et les conseillères et conseillers en orientation.

Les jeunes encore à la recherche d’une place d’apprentissage à la rentrée d’août seront admis à suivre les cours en école professionnelle jusqu’à fin octobre, délai pour signer un contrat. Cette mesure, déjà prise en 2020, a prouvé son utilité. Pendant ces quelques mois, ces jeunes bénéficieront aussi de conseils individuels à l’insertion socio-professionnelle.

Après la première édition du 8 novembre 2019, une nouvelle Journée de la formation professionnelle devrait avoir lieu dans le courant de l’année scolaire, dans un nouveau format décentralisé. Le DFJC y voit l’occasion de réunir, par région, les nombreux acteurs locaux engagés dans et autour de la formation professionnelle, concrétisant en cela l’une des actions du Programme de législature en matière de revalorisation de la formation professionnelle. L’objectif sera de favoriser les échanges d’information et l’émergence de projets de collaboration ajustés aux besoins et possibilités des contextes régionaux.

« L’enseignement, c’est une passion. Après bientôt 20 ans à exercer ce métier, j’avais pourtant l’impression que des jeunes ne se posaient pas assez de questions sur leur avenir professionnel. Je me demandais souvent comment les aider. Et c’est là que l’opportunité de devenir référente en approche du monde professionnel s’est présentée. Je l’ai tout de suite saisie. Lors de mes passages dans les classes, je suis frappée par la curiosité et l’attention des élèves. C’est sûr, la théorie, c’est important. Mais rien ne vaut la pratique pour se confronter à la réalité professionnelle. Alors, j’ai à cœur que tous mes élèves, qu’ils soient en VG ou en VP, puissent faire des stages d’une semaine dans une entreprise de la région. L’année écoulée, on y était presque avec les élèves de 10e année. Je le vois, leur motivation à découvrir le monde du travail lors d’un stage est clairement au rendez-vous. »

Fabienne Thurnheer Horvath
Enseignante et référente AMP

Partager la page