L’engagement opérationnel de la police dans le cadre du squat de la ZAD est terminé

Publié le 01.04.2021

Tous les occupants ont été évacués à l’exception de deux personnes se trouvant encore dans un arbre sur la colline du Mormont. En tout, ce sont 93 personnes qui ont fait l’objet d’un traitement judiciaire, dont 49 ont comparu devant les procureurs en charge des investigations pénales. Les opérations de remise en état de la colline du Mormont et de sécurisation se poursuivent, avec l’appui d’aspirants de l’Académie de police de Savatan.

Jeudi 1er avril, les investigations pénales se poursuivent à la suite de l’interpellation de 93 manifestants, dont 2 mineurs, qui avaient occupé la colline du Mormont et avaient refusé de donner suite, dans le délai imparti, à l’injonction de la police de quitter le périmètre dans lequel la ZAD dite du Mormont s’était installée. Jeudi matin, une quinzaine de personnes se trouvaient encore dans les locaux de police, et toutes ont été libérés en milieu d’après-midi, sauf une, prévenue de violence contre fonctionnaires, qui a été maintenue en détention provisoire, pour laquelle une demande de détention a été adressée au Tribunal des Mesures de contraintes (TMC). Parmi ces personnes, la police relève la présence de 10 étrangers, dont 5 domiciliés à l’étrangers, ainsi que 36 Suisses.  Sur la totalité, 49 personnes ont été entendues par les procureurs du Ministère public vaudois, qui ont délivré 45 ordonnances de condamnation pénale immédiate, pour les personnes ayant refusé de décliner leur identité. Les infractions commises sont la violation de domicile (art. 186 CP), l’empêchement d’accomplir un acte officiel (art. 286 CP) et l’insoumission à une décision de l’autorité (art. 292 CP). Par ordonnance pénale, ces prévenus ont été condamnés à une peine privative de liberté ferme et/ou une peine pécuniaire ferme sans l’octroi du sursis ainsi qu’à une amende et aux frais de justice. Ces ordonnances pénales peuvent faire l’objet d’oppositions auprès du Ministère public. La police a également découvert et saisi quelques engins pyrotechniques.

A noter que deux personnes se trouvent encore dans un arbre et refusent pour l’heure d’en descendre. Aucun risque ne sera pris afin de préserver l’intégrité physique de ces personnes et des intervenants, c’est pourquoi aucune action n’est menée pour l’heure. Les opérations de démontage des infrastructures sont terminées et la remise en état du site se poursuit. La Police cantonale a engagé les aspirantes et aspirants actuellement en formation à l’Académie de police de Savatan pour procéder à une vaste recherche dans les bois de la colline du Mormont afin de sécuriser les lieux et ramasser tous les objets intéressants pour l’enquête qui pourraient s’y trouver. Le site est maintenant placé sous la responsabilité du propriétaire, la société Holcim qui a engagé une société de sécurité privée. En raison des travaux de renaturalisation en cours, l’accès à la colline du Mormont n’est pas autorisé pour l’instant.

Manifestation non autorisée devant l’Hôtel de police à Lausanne

Le 31 mars vers 20h30, une quarantaine de manifestants, dont d’anciens « zadistes », ont protesté devant l’Hôtel de police à Lausanne. Scandant des slogans et brandissant des banderoles, les manifestants se sont rapprochés du bâtiment en occupant la chaussée. En raison du trafic, il a été demandé au groupe de regagner le trottoir à plusieurs reprises sans effet. La Police a été contrainte de dévier la circulation et de repousser les manifestants au-delà du carrefour. Lors de cette opération, une femme a lancé le contenu d’une canette de bière sur un des agents. Elle a été interpellée et acheminée dans les locaux de police. Plusieurs personnes ont tenté d’empêcher son interpellation. La police a fait usage de spray au poivre pour les faire reculer. La personne interpellée est une Suissesse de 24 ans. Une plainte pour violences contre fonctionnaire sera déposée. Le groupe de manifestants a quitté les lieux vers 22h dans le calme.

 

Objets abandonnés

Les biens laissés sur place, à l’exception des déchets au sens de l’article 7 al. 6 LPE, sont inventoriés sous le contrôle d’un notaire puis stockés, sous la responsabilité de la Commune de La Sarraz, dans des locaux sécurisés. Leurs propriétaires ont la possibilité, dès le 12 avril 2021 et pendant une durée de 6 mois, d’adresser une demande à la commune à l’adresse commune(at)lasarraz.ch pour annoncer leurs effets personnels abandonnés. L’administration communale y répondra dans les meilleurs délais. Toute demande devra être documentée et des frais administratifs et de stockage seront perçus. La restitution des biens stockés ne se fera que sur présentation d’une pièce d’identité et après paiement comptant des frais occasionnés.

Cette opération a nécessité l’engagement d’un peu plus de 600 hommes et femmes provenant de la Police cantonale vaudoise et des polices communales, avec l’appui de spécialistes des polices romandes dans le cadre du Groupement latin de sécurité et de maintien de l'ordre (GMO), des groupes d'intervention romands (GIRO), des pompiers du SPSL et du SDIS de la région Venoge, des procureurs du Ministère public vaudois, ainsi que des moyens sanitaires de la Direction générale de la santé et du détachement poste médical avancé (DPMA), avec également l’aide du personnel des communes de la Sarraz, d’Eclépens et de la société Holcim pour la remise en état.

Partager la page