Journée oser tous les métiers 2018

Journée oser tous les métiers 2018

Publié le 08.11.2018

Plus de 24'000 écolières et écoliers sont partis à la découverte du monde professionnel

Plus de 24'000 élèves de 7e à 9e année ont pris part aujourd’hui à l’édition 2018 de la Journée oser tous les métiers (jom), soit un taux de participation de 88%. Afin d’être sensibilisées aux choix de métiers très stéréotypés, les filles ont découvert des professions encore majoritairement choisies par des hommes, et vice-versa pour les garçons. La plupart des écolières et écoliers ont ainsi accompagné un adulte de sexe opposé dans son activité professionnelle, et près de 1000 autres ont pris part aux ateliers organisés par le Bureau de l’égalité entre les femmes et les hommes (BEFH), dont le Parlement des filles.

La Journée oser tous les métiers (jom), organisée ce jeudi 8 novembre par le Bureau de l’égalité entre les femmes et les hommes (BEFH) en collaboration avec la Direction générale de l’enseignement obligatoire (DGEO), permet de sensibiliser les élèves de 7e à 9e années aux stéréotypes de genre pouvant influencer les choix de métiers. Les filières de formation professionnelle choisies au terme de la scolarité obligatoire se caractérisent en effet toujours par une faible mixité.

Des ateliers conçus pour ouvrir l’horizon professionnel

La plupart des élèves a suivi ce jour un adulte de sexe opposé dans sa journée de travail, tandis que 1000 d’entre eux ont participé à des ateliers proposés par le BEFH dans tout le canton. Les jeunes filles ont découvert des secteurs où les femmes sont encore minoritaires grâce aux ateliers : des métiers pour réaliser une expo scientifique ; les professions d’ingénieure, d’informaticienne ; les métiers techniques ou encore le Parlement des filles. Du côté des garçons, une large gamme d’ateliers leur a été proposée dans les domaines de la santé (infirmier, sage-femme notamment), de l’éducation (éducateur de l’enfance, enseignant de classes enfantines) et la création de vêtements. Ces ateliers ont été organisés en partenariat avec le Secrétariat général du Grand Conseil, l’eracom, l’Espace des inventions, le Réseau femme et sia, le Groupement romand de l’informatique, Be part of the game (#bepog), l’Association Robot-CH, la Haute école de santé Vaud (HESAV), la Haute Ecole de la santé La Source, la Haute école pédagogique du canton de Vaud (HEP) ainsi qu’une dizaine de Centres de vie enfantine ou UAPE.

Le Parlement des filles

Jacqueline de Quattro, conseillère d’Etat en charge de l’égalité, a ouvert la séance du Parlement des filles, accompagnée de Nefertari Bihiry, membre de la Commission de jeunes du canton de Vaud. Toutes deux ont pris la parole afin de témoigner de l’importance de s’engager dans la vie politique. Un encouragement d’autant plus significatif que le canton s’apprête à fêter les 60 ans du droit de vote des femmes. Le canton de Vaud a en effet été le premier de Suisse à accorder les droits politiques aux femmes le 1er février 1959, faisant ainsi acte de pionnier. Le Parlement des filles s’est déroulé sur le modèle d’une séance habituelle du Grand Conseil, et sous la direction du président du Parlement, Rémy Jaquier. Les participantes ont débattu des propositions qu’elles avaient elles-mêmes amenées.

Communiqué de presse du 8 novembre 2018 (PDF, 99 Ko)

Partager la page