Motion Nicolas Suter et consorts - Transition de carrière et transition énergétique vont de pair.

Auteur

Nicolas Suter

Date du dépôt

01.09.2020

Département pilote

DFJC

Département en appui

DES, DEIS

Identifiant

20_MOT_1

Commission

20_319

Délais réponse du CE

-

Dernière décision du GC

Renvoyée à commission, 09.09.2020

Texte déposé

Les professionnels de la transition énergétique au sens large, arrivent souvent à un double constat.

  1. Les acteurs de ce secteur, à savoir, les énergéticiens, ingénieurs du bâtiment, consultants en efficience etc. font face actuellement à un manque de personnel qualifié. Nombreux sont ceux qui anticipent une aggravation de cette situation, en particulier pour les domaines liés à l’adaptation de notre société aux nouvelles conditions climatiques.
  2. Ces professions sont attractives aussi bien pour les jeunes que pour des candidats à une transition de carrière, mais il est souvent difficile d’acquérir les connaissances professionnelles, complémentaires aux connaissances théoriques, qui ne s’apprennent qu’en entreprises.

 

Les signataires de cette Motion souhaitent faire converger ce double constat : offrir une opportunité de se former dans les métiers de la transition énergétique en entreprise, tout en donnant à ces mêmes entreprises des forces vives pour réaliser les objectifs ambitieux que notre canton s’est fixé.

 

La présente Motion demande la mise en place d’un programme de formation en entreprise s’articulant de la manière suivante :

  • Une formation en entreprise de 12 à 24 mois dans les métiers de la transition énergétique au sens large. Cette formation se fera sur la base d’un programme individualisé, établit de manière contractuelle entre une entreprise et un collaborateur.
  • Cette formation en entreprise s’adresse aux jeunes diplômés ou aux personnes en transition de carrière ayants besoin d’acquérir des connaissances professionnelles pratiques. Fort de notre culture de la formation duale ce programme pourra s’appuyer sur les offres de formations continues existantes.
  • Le financement de cette formation est assuré par l’employé formé, l’entreprise formatrice et l’État, selon le principe suivant :
    1. L’employé finance en partie sa formation en acceptant un salaire réduit sur la période de formation.
    2. L’entreprise s’engage à former l’employé tout en le salariant avant qu’il ne soit opérationnel.
    3. L’État participe de manière dégressive au paiement du salaire de l’employé, sous une forme similaire à l’allocation d’intégration au travail (AIT), mais financé par le fond pour les énergies renouvelables.

 

A cet effet, les signataires demandent au Conseil d’État de présenter un projet de décret, ou de modifications de lois, permettant la mise en œuvre du programme de formation présenté dans cette Motion.

Conclusion

Renvoi à une commission avec au moins 20 signatures

Séances dont l'objet a été à l'ODJ

Date Décision
08.09.2020
01.09.2020

Liste exhaustive des cosignataires

Signataire Parti
Jean-Daniel Carrard PLR
Jean-Christophe Birchler V'L
Catherine Labouchère PLR
Carole Schelker PLR
François Cardinaux PLR
Nicolas Croci Torti PLR
Pierre-André Romanens PLR
Rémy Jaquier PLR
Patrick Simonin PLR
Graziella Schaller V'L
Cloé Pointet V'L
Laurent Miéville V'L
Carole Dubois PLR
Olivier Petermann PLR
Guy Gaudard PLR
Jean-François Chapuisat V'L
Stéphane Masson PLR
Alain Bovay PLR
Claude-Alain Gebhard V'L
Marion Wahlen PLR
Blaise Vionnet V'L
Dominique-Ella Christin V'L
Claire Richard V'L
Josephine Byrne Garelli PLR
Daniel Develey PLR
Sergei Aschwanden PLR

Partager la page