Interpellation Muriel Thalmann et consorts - Les bibliothèques scientifiques suisses en réseau : la BCU laissée à l'écart de cette révolution technologique ?

Auteur

Muriel Thalmann

Date du dépôt

12.01.2021

Département pilote

DFJC

Département en appui

-

Identifiant

21_INT_8

Commission

-

Délais réponse du CE

19.04.2021

Dernière décision du GC

Transmise au CE, 20.01.2021

Texte déposé

La plateforme Swisscovery a été mise en fonction début décembre 2020 : ce premier réseau national de bibliothèques rassemble les catalogues de plus de 470 bibliothèques scientifiques suisses, le Swiss Library Service Platform (SLSP) ; il réunit des bibliothèques qui ont non seulement un caractère scientifique mais qui accueillent aussi un plus large public, comme c’est le cas pour la Bibliothèque cantonale universitaire (BCU).

 

D’autres bibliothèques vont se joindre progressivement aux 470 bibliothèques déjà affiliées – comme celles des universités de Bâle, Berne, Fribourg, Genève, St-Gall, Zurich, l'EPFL et de nombreuses hautes écoles ; on parle par exemple des bibliothèques de l'administration fédérale ou de la Bibliothèque nationale.

 

La création de ce réseau national permet de mettre fin à la cohabitation de nombreux réseaux régionaux parallèles et ouvre la possibilité de prêts de livres dans toute la Suisse, une aubaine pour nos chercheurs et nos scientifiques qui bénéficient ainsi d'une amélioration de leurs conditions de travail, mais aussi pour le large public.

 

Selon un article du Temps, paru le 7 décembre et intitulé « Petite révolution pour les bibliothèques suisses », la BCU-Lausanne semble faire cavalier seul ; sa directrice indique qu’elle aurait l'intention de « travailler ensemble » et que « cette intégration pourra prendre plusieurs formes », ce qui semble indiquer qu’elle n’a pas l’intention de rejoindre ce réseau.

 

La BCU-Lausanne, qui a récemment mis en place son propre système Renouvaud qui intègre les bibliothèques scolaires du Canton, semble donc se mettre en marge d'une "plateforme de service de nouvelle génération, unique et nationale, qui permet d'accéder aux ressources papier et électronique et qui ouvre une possibilité de prêt à travers toute la Suisse" et se priver ainsi d’une occasion unique.

 

Cette position est difficile à comprendre de la part d’une bibliothèque cantonale et universitaire.

Au vu de ce qui précède, j'ai l'honneur de poser les questions suivantes au Conseil d'Etat :

  1. Pour quelle raison la BCU-Lausanne n'a-t-elle pas rejoint ce réseau national suisse des bibliothèques scientifiques, qui présente des avantages certains pour une bibliothèque à vocation universitaire ?
  2. La BCU-Lausanne a-t-elle l'intention de rejoindre rapidement ce réseau? Dans l'affirmative dans quels délais ?

Je remercie le Conseil d'Etat pour ses réponses.

Conclusion

Ne souhaite pas développer

Séances dont l'objet a été à l'ODJ

Date Décision
19.01.2021
12.01.2021

Liste exhaustive des cosignataires

Signataire Parti
Valérie Induni SOC
Cendrine Cachemaille SOC
Alice Genoud VER
Sylvie Pittet Blanchette SOC
Isabelle Freymond SOC
Léonard Studer VER
Delphine Probst SOC
Graziella Schaller V'L
Jean-Claude Glardon SOC
Hadrien Buclin EP
Sébastien Cala SOC
Muriel Cuendet Schmidt SOC
Sébastien Pedroli SOC
Didier Lohri VER
Cloé Pointet V'L
Pierre Zwahlen VER
Séverine Evéquoz VER

Partager la page