Interpellation Florence Bettschart-Narbel et consorts au nom Groupe PLR - Orthographe rectifiée: une simplification démocratique?

Auteur

Florence Bettschart-Narbel

Date du dépôt

22.06.2021

Département pilote

DFJC

Département en appui

DIRH, CHAN(DPT)

Identifiant

21_INT_88

Commission

-

Délais réponse du CE

27.09.2021

Dernière décision du GC

Transmise au CE, 29.06.2021

Texte déposé

La conférence intercantonale de l’instruction publique de Suisse romande et du Tessin (CIIP) a annoncé le 9 juin 2021 une « étape clef dans l’adaptation de l’orthographe à l’état actuel de la langue ». Elle entend ainsi que l’orthographe rectifiée devienne la référence pour l’enseignement du français dans les cantons romands. La volonté exprimée est celle d’une simplification, qui apparaîtra dans les manuels scolaires dès la rentrée 2023.

 

Les nouveaux manuels de français intégreront alors, en plus de l’orthographe rectifiée, une sensibilisation au langage épicène. Le corps enseignant sera invité à porter une attention particulière aux nouveaux éléments de langage visant à exprimer l’égalité entre les genres. Si l’égalité entre les genres constitue un objectif incontestable, l’intention exprimée par la CIIP ouvre une porte sur une infinité de « sensibilisations » parfaitement dépendantes de modes et de visées politiques.

 

Il n’appartient en effet pas à l’Etat de définir le savoir, mais de le transmettre, respectivement le promouvoir. Comme le dit la loi jurassienne relative à l’usage de la langue française, l’Etat "assure un enseignement qui permet la maîtrise et suscite l'amour de la langue française." Pas plus notre Constitution que celle des autres cantons romands ne confie à l’Etat la mission de définir le contenu d’une des langues nationales ou d’en modifier les règles.

 

La décision de la CIIP s’appuie sur la réforme de l’orthographe de 1990. Or, cette dernière, après avoir suscité nombre de débats et de prises de positions les plus diverses, a été tolérée par l’Académie française. C’est ainsi qu’un ensemble de rectifications orthographiques proposées par le Conseil supérieur de la langue française a été approuvé par l’Académie française et publié en décembre 1990 dans les « Documents administratifs » du Journal officiel. Ces rectifications avaient pour but de résoudre les problèmes graphiques importants, d’éliminer les incertitudes ou les incohérences et de permettre la formation correcte des mots nouveaux qu’appelle le développement des sciences et des techniques.

 

Va-t-on demain « simplifier » la musique et renoncer à Mozart, parce qu’il y aurait « trop de notes » dans ses œuvres ? Devra-t-on retirer Corneille des programmes scolaires pour cause de trop grande complexité, ou encore abréger Dostoïevski ou Shakespeare ?

 

Si on accepte aujourd’hui que l’Etat se donne comme mission d’accélérer et imposer un usage controversé, demain on devra tolérer qu’il fasse « évoluer » les sciences, voire l’histoire.

Sur un plan plus politique, ce projet s’inscrit dans l’air du temps, qui de la réécriture de l’histoire à la suppression des accents circonflexes, entend imposer des comportements et des attitudes qui ignorent le poids et la richesse de la vie, présente et passée, et font l’éloge de la simplicité, au détriment de la complexité et la nuance.  

 
Nous nous étonnons du rôle joué par la ClIP : n’est-elle pas tenue de discuter d’une telle imposition avec les parlements cantonaux ? Cette « simplification » de la langue française décidée unilatéralement est inacceptable tant sur le fond que sur la forme. Il n’est pas admissible de voir une entité échappant à tout contrôle démocratique définir les règles de la langue française. 

Si nous acceptons qu’aujourd’hui l’Etat se mêle de « rectifier » la langue française, demain nous devrons tolérer qu’il réécrive l’histoire ou qu’il définisse les règles de la physique. 

En vertu de ce qui précède, nous avons l’honneur de poser au Conseil d’Etat les questions suivantes :

 

  • Le Conseil d’Etat in extenso a-t-il été consulté par la CIIP avant l’annonce du 9 juin ?

 

  • Pourquoi les parlements cantonaux romands n’ont-ils pas été consultés par la CIIP ?

 

  • Est-ce que les enseignants devront être formés et comment ?

 

  • Est-ce que les coûts d’une telle réforme ont été chiffrés ?

Conclusion

Souhaite développer

Séances dont l'objet a été à l'ODJ

Date Décision
29.06.2021
22.06.2021

Liste exhaustive des cosignataires

Signataire Parti
Gérard Mojon PLR
Marc-Olivier Buffat PLR
Bernard Nicod PLR
François Cardinaux PLR
Aurélien Clerc PLR
Florence Gross PLR
Olivier Petermann PLR
Sergei Aschwanden PLR
Pierre-François Mottier PLR
Philippe Vuillemin PLR
Carole Dubois PLR
Anne-Lise Rime PLR
Daniel Meienberger PLR
Jean-François Cachin PLR
Nicolas Suter PLR
Catherine Labouchère PLR
Guy Gaudard PLR
Chantal Weidmann Yenny PLR
Christine Chevalley PLR

Partager la page