Interpellation Patrick Simonin et consorts - Quel bilan tirer des outils mis en place pour soutenir les élèves dans le cadre de l’approche du monde professionnel et quelles mesures à envisager pour en améliorer le fonctionnement ?

Auteur

Patrick Simonin

Date du dépôt

01.03.2022

Département pilote

DEF

Département en appui

-

Identifiant

22_INT_31

Commission

-

Délais réponse du CE

06.06.2022

Dernière décision du GC

Transmise au CE, 08.03.2022

Texte déposé

Depuis le début de la législature, l’Office cantonal d’orientation professionnelle (OCOSP), sous l’égide de la Direction générale de l’enseignement obligatoire, a mis en place différentes mesures de soutien à disposition des enseignants et des élèves pour une « approche du monde professionnel » (AMP), parmi lesquelles il convient de citer le recours à des personnes de référence pour renforcer l’attrait de la formation professionnelle dès l’école obligatoire. Dans ce cadre, des référentes et des référents ont été désignés dans chaque établissement dès la rentrée scolaire de 2019.

Il s’agit pour l’essentiel d’enseignants ou de doyens, dont les tâches consistent à mieux informer, coordonner les efforts des différents interlocuteurs et animer des actions en faveur des choix de formation. L’objectif poursuivi consiste à mieux informer les élèves de voie générale et pré-gymnasiale sur les filières de formations professionnelles. S’il faut saluer l’intérêt manifesté par le Conseil d’Etat à la formation duale et les initiatives prises pour sensibiliser les élèves à cette voie, les associations en lien avec la formation professionnelle, dont je fais partie, ont constaté différents problèmes « sur le terrain » que je résume ci-après :

 

  • beaucoup de personnes de référence « AMP » sont issues du sérail académique et connaissent peu ou pas le monde professionnel ;
  • les milieux professionnels peinent à avoir des impulsions de leur part, ce qui se traduit par la baisse constante du taux des entrées directes en apprentissage (environ 20 % en comparaison du taux d’entrée au gymnase qui se situe aux alentours des 50 %), qui est très bas par rapport à d’autres cantons

 

Fondé sur ce qui précède, j’ai l’honneur de poser au Conseil d’Etat les questions suivantes :

 

1. Quand le Conseil d’Etat ou la direction générale compétente vont-ils tirer un premier bilan de ces mesures ?

 

2. Parmi les pistes de réflexion, le Conseil d’Etat ou la direction générale compétente ne devraient-ils pas procéder à un sondage auprès des personnes de référence concernées, notamment afin d’examiner si elles sont à l’aise avec ces nouvelles tâches ?

 

3. Comment l’autorité compétente envisage-t-elle une plus grande ouverture des établissements scolaires au monde professionnel ? Et à ce sujet, pourquoi la Motion 17_003 d’Aurélien Clerc est-elle toujours sans réponse à ce jour ?

 

4. La dénomination du nom de la filière scolaire « voie générale » n’est pas des plus judicieuses pour promouvoir la formation duale. Comment le Conseil d’Etat envisage-t-il d’y remédier ? Par exemple en renommant cette filière en « voie pré-professionnelle » une dénomination beaucoup plus concrète.

Conclusion

Souhaite développer

Séances dont l'objet a été à l'ODJ

Date Décision
08.03.2022
01.03.2022

Liste exhaustive des cosignataires

Signataire Parti
Daniel Develey PLR
Anne-Lise Rime PLR
Marion Wahlen PLR
Georges Zünd PLR
Chantal Weidmann Yenny PLR
Gérard Mojon PLR
Pierre-André Romanens PLR
Carole Dubois PLR
Jean-François Cachin PLR
Philippe Germain PLR
François Cardinaux PLR
Guy Gaudard PLR
Pierre-François Mottier PLR
Catherine Labouchère PLR
Jean-Bernard Chevalley UDC
Nicolas Bolay UDC
Carole Schelker PLR
Bernard Nicod PLR
Jean-Daniel Carrard PLR
Olivier Petermann PLR
Florence Bettschart-Narbel PLR
Rémy Jaquier PLR
Pierre Volet PLR
Maurice Neyroud PLR
Alain Bovay PLR
Dylan Karlen UDC
Aurélien Clerc PLR
Nicolas Suter PLR
Florence Gross PLR
Josephine Byrne Garelli PLR
Sergei Aschwanden PLR
Claude Matter PLR

Partager la page