Votre identité

Point séance

Séance du Grand Conseil du mardi 31 août 2021, point 11 de l'ordre du jour

Texte déposé

La pandémie a mis à mal les parcours scolaires et de formation des élèves, étudiant.e.s et apprenti.e.s vaudois.e.s.

 

Il a été quasi impossible de trouver des stages durant cette dernière année, vu les mesures sanitaires en place. Pour celles et ceux qui cherchent leur voie, si le Salon des métiers a été converti en webinaires, cela ne remplace pas les contacts bilatéraux qui peuvent être établis dans une telle manifestation.

 

Depuis de nombreuses années, le nombre de gymnasien.ne.s ne fait qu’augmenter et cela n’est pas uniquement dû à la croissance démographique.

 

Le canton doit mettre des moyens ambitieux dans sa politique d’orientation scolaire et professionnelle afin que chaque jeune trouve sa voie.

 

Selon le rapport PISA 2020 de l’OCDE, les aspirations professionnelles des adolescent.e.s portent sur un nombre restreint d’emplois, cela souvent par méconnaissance et par absence de véritable politique publique d’orientation professionnelle. Il est également mis en exergue que certains nouveaux métiers, notamment dans le domaine du numérique, ne sont que peu connus des jeunes et dès lors ne les attirent pas, alors que de nombreux débouchés existent dans ces domaines.

 

L’on sait également qu’il y a une raréfaction importante de la main-d’œuvre dans les professions à haute valeur ajoutée et technique (ingénieurs, géotechniciens, ingénieurs-chimistes, techniciens de la santé, etc.), mais également dans la gastronomie et les métiers de bouche.

 

Les pages internet de l’Etat de Vaud relatives à l’orientation scolaire et professionnelle ne sont pas attractives et peuvent décourager celles et ceux qui voudraient y trouver des renseignements pour leur formation future.

 

Le présent postulat demande au Conseil d’Etat :

 

  • d’établir un rapport sur les métiers d’avenir, notamment en mettant en exergue les filières qui connaissent un raréfaction de main d’œuvre et qui pourraient connaître des débouchés importants dans les prochaines années ;
  • d’étudier l’opportunité de développer une politique ambitieuse d’’orientation scolaire et professionnelle, par exemple par le biais d’un site internet dédié, permettant une information agile et attractive.

 

Conclusion

Renvoi à une commission avec au moins 20 signatures

Liste exhaustive des cosignataires

SignataireParti
Sergei AschwandenPLR
Jean-François CachinPLR
Anne-Lise RimePLR
Georges ZündPLR
Patrick SimoninPLR
Nicolas SuterPLR
Carole DuboisPLR
Jean-Marc GentonPLR
Gérard MojonPLR
Guy GaudardPLR
Josephine Byrne GarelliPLR
Pierre-François MottierPLR
Philippe VuilleminPLR
Jean-Rémy ChevalleyPLR
Daniel RuchPLR
Claude MatterPLR
Daniel DeveleyPLR
Jean-Daniel CarrardPLR
Philippe GermainPLR
Olivier PetermannPLR
Catherine LabouchèrePLR
Chantal Weidmann YennyPLR
Stéphane MassonPLR

Transcriptions

Visionner le débat de ce point à l'ordre du jour
Mme Florence Bettschart-Narbel (PLR) —

La pandémie a mis à mal les parcours scolaires et de formation des élèves, étudiantes, étudiants, apprenties et apprentis vaudoises et vaudois. Etant donné les mesures sanitaires en place durant cette dernière année, il était quasiment impossible de trouver des stages. Pour celles et ceux qui cherchent leur voie, si le Salon des métiers a été converti en « webinaires », cela ne remplace pas les contacts bilatéraux qui peuvent être établis dans une telle manifestation. Depuis de nombreuses années, le nombre des gymnasiennes et des gymnasiens ne fait qu’augmenter et ce n’est pas uniquement dû à la croissance démographique.

Le canton doit consacrer des moyens ambitieux à sa politique d’orientation scolaire et professionnelle, afin que chacun trouve sa voie. Selon le rapport du Programme international pour le suivi des acquis des élèves (PISA) 2020 de l’Organisation de coopération et de développement économiques(OCDE), les aspirations professionnelles des adolescentes et adolescents portent sur un nombre restreint d’emplois, cela souvent par méconnaissance et par absence de véritable politique publique d’orientation professionnelle. Ce rapport a également mis en exergue que certains nouveaux métiers, notamment dans le monde du numérique, ne sont que peu connus des jeunes et, dès lors, ne les attirent pas, alors que de nombreux débouchés existent dans ces domaines. On sait également qu’il y a une importante raréfaction de la main d’œuvre dans les professions à haute valeur ajoutée et techniques – ingénieur, géotechnicien, ingénieur chimiste, technicien de la santé, etc. – mais également dans la gastronomie et les métiers de bouche. Les pages Internet de l’Etat de Vaud relatives à l’orientation scolaire et professionnelle ne sont que peu attractives et peuvent décourager celles et ceux qui voudraient y trouver des renseignements utiles pour leur formation future.

Le présent postulat demande au Conseil d’Etat d’établir un rapport sur les métiers d’avenir, notamment en mettant en avant les filières qui connaissent une raréfaction de main-d’œuvre et pourraient offrir des débouchés importants dans les prochaines années, d’étudier l’opportunité de développer une politique ambitieuse d’orientation scolaire et professionnelle, par exemple par le biais d’un site Internet dédié permettant une information agile et attractive.

Mme Laurence Cretegny (PLR) — Président-e

Le postulat, cosigné par au moins 20 membres, est renvoyé à l’examen d’une commission.

Retour à l'ordre du jour

Partager la page