Rapport annuel de gestion 2014

Avant-propos du président du Conseil d'État

ÉLa fin de l’année 2014 correspondant exactement à la moitié de la législature pour les autorités cantonales, le Conseil d’État a tiré un bilan global de ses réalisations en regard des objectifs qu’il s’est fixés dans son programme de législature 2012-2017. Si le bilan s’avère positif, le Conseil d’État ne sous-estime pas pour autant les défis que doit relever le Canton à l’avenir. En particulier, le vote du 9 février 2014 soulève diverses questions par rapport aux conditions du développement économique du pays, en générant un climat d’incertitude pour les entreprises. Le Conseil d’État reste convaincu que l’ouverture est essentielle à la prospérité du canton, mais il s’agit également de maintenir le cap en termes de formation, d’insertion professionnelle et de lutte contre les pratiques abusives sur le marché du travail.

Parmi les réalisations de 2014, le domaine du logement a franchi une importante étape avec l’élaboration du contre-projet gouvernemental à l’initiative de l’Asloca, favorable à la construction de logements à loyers abordables. Dans le domaine de la sécurité, alors que la police coordonnée poursuit sa consolidation, 80 nouvelles places de détention ont été inaugurées à la Colonie fermée des Établissements pénitentiaires de la plaine de l’Orbe et une planification pénitentiaire à l’horizon 2025 arrêtée. Enfin, d’autres projets et chantiers majeurs se poursuivent, en matière d’aménagement du territoire (3e adaptation du Plan directeur cantonal), de mobilité (développement du RER Vaud ; crédit pour la future route cantonale 177), d’éducation et de formation (nouvelles lois dans les domaines de l’aide aux études et à la formation ainsi que de la pédagogie spécialisée), de santé (hôtel pour patients sur la cité hospitalière, mise à l’enquête du projet Agora), de culture (crédit pour la construction du nouveau Musée des beaux-arts et crédit d’étude pour le futur pôle muséal), de soutien à l’économie (travaux préparatoires pour la constitution d’un fonds de soutien au secteur industriel et pour le futur Parc national de l’innovation, rapport sur la politique agricole), ou encore de sport (candidature pour les Jeux olympiques de la jeunesse 2020).

Les marges financières existantes ont une nouvelle fois permis, au terme de cette année, d’anticiper le financement comptable de projets d’envergure et décisifs pour l’avenir du canton comme la politique de soutien aux Alpes vaudoises, la formation professionnelle ou encore le développement industriel.

Au seuil de l’année 2015, soit après l’abandon par la BNS du taux plancher du franc suisse vis-à-vis de l’euro, le Conseil d’État se montre particulièrement vigilant et présentera, dans les limites de ses moyens d’action, diverses mesures visant le soutien à une économie diversifiée et productive et un pouvoir d’achat renforcé pour les ménages. Parallèlement, il s’appuiera sur sa feuille de route pour la réforme de la fiscalité des entreprises (RIE3), qui prévoit un abaissement de l’imposition des bénéfices, en même temps qu’une augmentation des allocations familiales, un soutien accru à l’accueil de jour et aux subsides à l’assurance maladie. À la recherche constante d’équilibres, le Conseil d’État entend ainsi consolider la capacité du Canton à résister sur le plan économique, tout en maintenant sa cohésion sociale.

Pierre-Yves Maillard
Président du Conseil d’État