Service de prévoyance et d'aide sociales (SPAS)

Aide et insertion sociales

Orientation des jeunes vers la formation

Les nouvelles dispositions de la LASV, entrées en vigueur le 1er janvier 2017, permettent d’orienter les jeunes, systématiquement et très rapidement, vers des mesures de préparation à la formation. Celles-ci leur donnent droit à une bourse. Les parents sont associés et amenés à contribuer, dans la mesure de leurs possibilités, au projet d’insertion de leur enfant. Ceci rétablit une égalité de traitement aux bourses pour tous les jeunes, qu’ils soient indigents ou non. Durant la période d’instruction du dossier, soit jusqu’à son entrée dans une mesure, le jeune ne perçoit pas le Revenu d’insertion (RI), mais, au besoin, une aide ponctuelle définie sur la base de sa situation antérieure à sa demande RI.

Ces mesures pérennisent le programme FORJAD qui permet aux jeunes adultes de se préparer à l’entrée en formation et d’être soutenus durant toute la durée de celle-ci. Ce soutien s’inscrit autour de quatre axes (scolaire, professionnel, socio-administratif et personnel). Depuis son lancement en 2006, on dénombre 4000 participants. Chaque année, le nombre de nouveaux inscrits augmente: la volée de la rentrée 2012 en comptait 330 et celle de 2018 en compte 457. Le taux de réussite global est de 65% (maintien en formation et obtention de la certification). Au total, près de 1400 jeunes sont sortis diplômés à l’issue de formations qui se déroulent au sein d’entreprises en voie duale, en écoles de métiers ou auprès d'institutions formatrices. Ces dernières proposent une centaine de places d’apprentissage à l’intention de jeunes inscrits dans le programme.

Unités communes ORP-CSR

L’expérience d’Unité commune ORP-CSR en Ville de Lausanne a permis d’offrir aux bénéficiaires du RI une prise en charge innovante, coordonnée et intensive en mettant en commun les compétences et les outils de travail des conseillers en personnel des ORP et des assistants sociaux des CSR. Les résultats de l’évaluation de cette expérience, menée par l’Unil, ont été positifs et ont confirmé que cette organisation améliore l’insertion professionnelle des bénéficiaires de l’aide sociale sur le marché du travail. Le Conseil d’État a décidé d’étendre ce dispositif à l’ensemble du canton de manière progressive, en commençant par Lausanne et le Jura-Nord vaudois, puis dans le reste du canton. Durant l’année 2018, le SPAS et le Service de l'emploi (SDE) ont donc mené les travaux de généralisation du dispositif, en collaboration avec les régions d’action sociale (RAS). Depuis novembre 2018, la généralisation du dispositif est effective à Lausanne. L’unité commune du Jura Nord-vaudois démarrera ses activités au courant du 1er trimestre 2019. Les travaux se poursuivront en 2019 pour étendre le dispositif à l’ensemble des RAS.

Prévention sociale

Depuis février 2015, le Conseil d'État a validé la mise en œuvre d'un Fonds de lutte contre la précarité pour une période pilote de trois ans. En décembre 2018, il a entériné sa pérennisation. Le but de ce fonds est de pouvoir assainir par un prêt des situations financières de ménages surendettés. Ce fonds a été doté d’un capital initial provenant de la dissolution de fonds dont les missions étaient devenues obsolètes. Les décisions d'octroi des prêts sont prises par un Comité de direction composé de représentants de services de l'Etat (ACI, SASH et SPAS) et d'acteurs privés (Banque cantonale vaudoise et Fédération romande des consommateurs).

Depuis le lancement du Fonds, 143 demandes ont été déposées et 80 prêts sont effectifs. Jusqu’à ce jour, aucun manquement dans le remboursement de la part des bénéficiaires des prêts n’a été constaté.

Victimes d’infraction

Depuis le 1er avril 2017, le Centre MalleyPrairie propose des consultations à domicile aux personnes victimes de violence conjugales et dont le partenaire a été expulsé. En augmentation constante, ce sont plus de 120 victimes qui ont reçu appui et conseils au travers du programme Guidance en 2018.  La majorité des victimes étant parents, plus de 150 enfants ont été exposés à de la violence conjugale.

Afin de soutenir les parents concernés par des comportements violents, le Centre MalleyPrairie et le Centre de prévention de l’Ale, qui accompagne les auteur-e-s de violences conjugales, proposent conjointement des consultations de couple. Si cette prestation existe depuis près de 10 ans, elle a fait l’objet d’une forte demande en 2018. L’équipe a été renforcée pour accompagner plus de 30 couples qui ont eu recours à cette prestation cette année.

Auteur-e-s de violence

Depuis l’entrée en vigueur de la loi sur l’organisation de la lutte contre la violence domestique (LOVD) au 1er novembre 2018, le nombre d’auteur-e-s qui ont suivi un entretien socio-éducatif a doublé. Ainsi cette année, ce sont plus de 170 auteu-re-s de violence qui ont été reçus un premier entretien qui a débouché sur un suivi (entretiens supplémentaires ou programmes) dans plus de la moitié des cas.

Office cantonal des bourses d'études et apprentissage (OCBE)

Plusieurs engagements ont eu lieu durant l’année 2018 afin d’adapter l’équipe au nombre toujours croissant de demandes de bourses (10'840 pour l’année de formation 2017/2018). Durant l’année 2018, l'OCBE a mené simultanément différents projets, dont un avec l’Agence d’assurances sociales de Lausanne, afin de se doter d'une organisation et d'outils plus efficients. Ces projets ont engendrés des améliorations concrètes (adaptation des horaires de réception, création d’un formulaire d’éligibilité sur le site Internet de l’OCBE, réorganisation des équipes).Un formulaire de demande en ligne verra le jour en 2019. Il facilitera la saisie des demandes de bourses. Les pics de dépôts devraient ainsi pouvoir être mieux absorbés et les décisions rendues plus rapidement grâce à la réception de dossiers complets.

Aide aux victimes de traite des êtres humains

Depuis la création d’ASTREE en 2015, ce sont plus de 90 victimes de traite des êtres humains qui ont été accompagnées. Leur nombre est en constante augmentation. En 2018, 21 nouvelles situations de traite ont fait l’objet d’un suivi. En tout, 54 victimes auront été accompagnées durant cette année (11 hébergements et 43 suivis ambulatoires). Dans plus de 80% des cas, il s’agit de femmes victimes de prostitution forcée, dont 2 mineures. Le 6 décembre 2018, la première condamnation dans le canton de Vaud pour traite des êtres humains a été prononcée par le Tribunal correctionnel de Lausanne.

Partager la page