Hospices - CHUV

Activités de soins

Le tableau ci-dessous donne une synthèse des principaux éléments des activités de soins du CHUV et de leur évolution jusqu’en 2019.

Le niveau d’activité d’hospitalisation du CHUV s’est stabilisé entre 2018 et 2019 (+0.7% de cas traités et nombre de journées stable).

Si le nombre de lits occupés de manière inadéquate par des patient·e·s en attente de réadaptation ou d’une place en EMS diminue légèrement, les attentes de placement de cas psychiatriques ont en revanche augmenté.

En 2019, en moyenne, plus de 3’700 personnes ont bénéficié chaque jour d’une prise en charge ambulatoire dans un ou plusieurs services du CHUV (+3%). L’activité facturée augmente plus rapidement (9%), indice d’une augmentation de la lourdeur des cas ambulatoires.

Il y a néanmoins lieu de préciser que les données 2019 sont à considérer comme provisoires, le bouclement pour 2019 n’étant pas encore achevé.

* La baisse observée de l’activité de réadaptation entre 2017 et 2018   est due à un changement intervenu au niveau national : depuis 2018, les soins palliatifs, jusqu’alors facturés comme les séjours de réadaptation, sont assimilés à des séjours d’hospitalisation somatique aigüe.

Qualité et sécurité des soins

Le CHUV poursuit le déploiement de sa stratégie d’amélioration de la qualité des soins et de la sécurité des patient·e·s dans les trois axes que sont la gouvernance, le travail d’équipe et l’utilisation d’indicateurs cliniques.

Chaque service clinique est amené à mettre en place un comité qualité et sécurité pour analyser les résultats des indicateurs cliniques, les événements indésirables, ainsi que pour définir et prioriser des mesures d’amélioration afin d’élaborer et mettre en œuvre un plan qualité annuel. Après la mise en place d’un pilote, dans le service de médecine intensive adulte en 2018, les services de néonatologie, d’oncologie médicale et de médecine interne ont constitué un comité qualité et sécurité et élaboré leur plan qualité en 2019. Les tableaux de bord mis à disposition des services cliniques ont été complétés avec des indicateurs permettant de mesurer si les évaluations des patient·e·s à risque d’escarre étaient réalisées systématiquement et si la douleur des patient·e·s était évaluée dès leur admission dans les services. Des indicateurs mesurant les délais dans lesquels les consultations médicales internes sont réalisées, font désormais l’objet d’une publication mensuelle. Ces informations sont très utiles pour identifier les éventuels retards dans la prise en charge des patient·e·s et permettent aux services de se réorganiser.

Dans le domaine du travail d’équipe, le CHUV a notamment poursuivi le déploiement du projet TeamSTEPPS qui vise à améliorer les transmissions d’informations orales structurées, en particulier au moment du changement d’équipe ou lorsque la situation du patient ou de la patiente requiert la prise d’une décision. Ce sont plus de 2’000 collaborateurs et collaboratrices qui sont maintenant formé·e·s à la communication avec TeamStepp ainsi que quelque 30 médecins et soignant·e·s qui sont qualifiés comme « master trainer », permettant d’agir comme référent au sein des équipes.

Dans le domaine de la sécurité de la médication, les services du CHUV ont poursuivi en 2019 l’évaluation des zones à risques, spécifiques à leurs activités. Dix-sept services ont procédé à une évaluation structurée au moyen d’un instrument standardisé et mis en évidence des besoins d’amélioration, dont certains feront l’objet de mesures transversales à l’instar de la formation à l’importance de la réconciliation médicamenteuse à l’entrée et à la sortie des patient·e·s.

Dans le cadre de la démarche Smarter Medicine, le CHUV a lancé en 2019 le projet visant à inviter les patient·e·s de plus de 65 ans à se mobiliser aussi souvent que possible. Un concept de formation des équipes ainsi que des supports d’information pour les patient·e·s et leurs proches ont été réalisés.

Pour améliorer la sécurité des soins, le CHUV a également mis sur pied un projet de filière visant à mieux identifier les patient·e·s souffrant d’un sepsis (infection généralisée) et à initier précocement un traitement adapté. Un projet similaire a été initié en collaboration avec la FHV dans le domaine de la maladie thrombo-embolique veineuse.

Enfin, pour encourager les équipes soignantes et médicales à faire des propositions pour améliorer la qualité de la prise en charge des patient·e·s, le CHUV a organisé, pour la deuxième fois, un concours pour récompenser les meilleurs projets. Les résultats ont été présentés lors de la journée «QualiDay» et ce sont 56 dossiers qui ont été déposés. Plusieurs projets ont été primés dont celui du service de cardiologie qui a reçu le prix du meilleur projet pour une prise en charge plus rapide des patient·e·s souffrant d’un infarctus peu grave. L’un des deux coups de coeur du jury est allé au service de chirurgie viscérale pour son projet de suivi post-opératoire avec l’aide d’une application connectée. L’autre a été attribué à une équipe de médecins et infirmier·ère·s pour l’instauration d’une consultation dédiée aux patient·e·s atteint·e·s de maladies chroniques, assurée par un·e infirmier·ère clinicien·ne spécialis·ée et un·e médecin assistant travaillant en binôme.

Efficience des soins et gestion des flux de patient·e·s

De nombreuses initiatives ont été développées pour comparer les résultats du CHUV avec ceux d’autres hôpitaux universitaires et réaliser les potentiels d’amélioration de manière systématique. Dans ce contexte, les projets visant à mettre en place des itinéraires cliniques structurés jouent un rôle important.

Ainsi, le CHUV a introduit dès 2011 les protocoles ERAS (Enhanced Recovery After Surgery) dans ses services chirurgicaux. Cette approche vise à minimiser les impacts négatifs d’une intervention chirurgicale par le choix des méthodes et techniques les moins invasives possibles, à standardiser les prises en charge selon les meilleures évidences disponibles, et à mobiliser rapidement les patient·e·s opéré·e·s. Ces évolutions ont entraîné une diminution importante des durées de séjour et, en parallèle, une réduction significative du nombre de complications. L’approche ERAS a été implémentée d’abord en chirurgie viscérale, puis dans les services d‘urologie et de gynécologie, ainsi qu’en chirurgie thoracique (laparoscopique). Des implémentations sont en cours dans les services de chirurgie cardiovasculaire et en chirurgie thoracique (ouverte). Le CHUV est aujourd’hui l’un des 16 centres d’excellence reconnus pour l’implémentation de l’approche ERAS en Europe et au Canada. 

Par ailleurs, le projet GPS+ (Gestion Proactive des Séjours) qui vise à garantir pour chaque patient·e hospitalisé·e un médecin senior responsable dans les 12 heures, un projet thérapeutique dans les 24 heures après l’entrée, et une actualisation de la planification une fois par jour en présence de tout le personnel soignant actif dans une unité de soins a été introduit dès 2017 dans les services du CHUV. Il a amené une réduction des durées de séjour très importante (à taux de complications constant) qui a permis de traiter 32% de patient·e·s en plus entre 2016 et 2018 dans le service de médecine interne. Il a notamment amélioré la communication à l’intérieur des équipes soignantes, et avec les patient·e·s et leurs proches. Après cette première implémentation pilote très positive, le projet GPS+ a été implémenté en 2019 dans les services de gériatrie, urologie, chirurgie viscérale et cardiologie. La diffusion du projet GPS+ se poursuivra jusqu’à l’implémentation dans tous les services du CHUV.

En outre, les progrès obtenus dans les années antérieures au service des urgences, avec une limitation des durées de séjour à 6 heures maximum, ont été stabilisés en 2019 et ont contribué à une meilleure fluidité de la prise en charge.

L’ensemble des initiatives décrites ont contribué à améliorer l’efficience de la prise en charge des patient·e·s, mesurée par la durée moyenne de séjour en relation avec la lourdeur moyenne des cas. Pour la deuxième année de suite, le CHUV enregistre en 2019 une amélioration importante (>2%) de ce paramètre d’efficience. En même temps, la qualité et la sécurité de la prise en charge ont également évolué de manière positive grâce à un meilleur contrôle des processus de prise en charge et un renforcement de la gouvernance Qualité & Sécurité.

Les mesures prises par le CHUV ont finalement aussi permis de mieux utiliser les capacités hospitalières et de respecter l'objectif de croissance des effectifs défini dans le budget, tout en renforçant les secteurs dans lesquels les besoins ont été reconnus.

Soins aux personnes atteintes de handicap

La prise en charge hospitalière et ambulatoire des patient·e·s institutionnalisé·e·s et souffrant de handicap mental rencontre des difficultés dans le secteur somatique. Des délais d’attente de plus de six mois pour bénéficier d’interventions sous anesthésie générale et, plus globalement, une organisation de l’hôpital pas toujours en phase avec les besoins spécifiques de cette patientèle sont à relever. Des patient·e·s, familles et institutions ont pointé ces dysfonctionnements. Soutenu politiquement dans ce sens, le CHUV entreprend d’améliorer significativement l’accueil des personnes atteintes de handicap mental.

A l’automne 2019, un groupe de travail spécifiquement dédié à la prise en charge de patient·e·s en situation de handicap mental (ou physique important) a été lancé. Il regroupe les principaux interlocuteurs et interlocutrices internes en relation avec cette patientèle, ainsi que leurs parents, leur médecin traitant et les institutions concernées. Les axes de travail sont identifiés (cf schéma), ainsi que les priorités : obtenir deux matinées de plages opératoires dédiées à la prise en charge ambulatoire de patient·e·s nécessitant une ou plusieurs interventions avec de multiples intervenants, réduire le délai entre la demande et l’intervention à moins de six semaines, centraliser les demandes via une porte d’entrée unique.

Une formation intitulée « Handicap mental : prise en charge et communication » est dispensée par le Centre des formations du CHUV depuis 2017. Plus de 70 professionnel·le·s du CHUV en ont bénéficié.

Enfin, la Direction des soins du CHUV a organisé une table ronde sur le thème « Soins pour les personnes en situation de handicap mental en milieu hospitalier ». L’événement a réuni des professionnel·le·s du CHUV ainsi que des représentant·e·s de l’association Insieme - Vaud et des établissements socio-éducatifs, la Fondation Eben-Hézer de Lausanne et l’Institution de Lavigny. Deux études conduites dans le cadre du Master en sciences infirmières de l’Institut universitaire de formation et recherche en soins – IUFRS ont été présentées à cette occasion. 

Soutien aux proches aidants

Le proche aidant est une personne qui consacre régulièrement de son temps pour aider, au quotidien, un proche atteint dans sa santé ou son autonomie. Du fait notamment du vieillissement de la population ou de l’augmentation du nombre de personnes atteintes d’une ou plusieurs maladies chroniques, le soutien aux proches aidants constitue un véritable enjeu de santé publique. Un programme cantonal est déployé depuis plusieurs années pour offrir accompagnement, conseils, soins et aides financières en cas de besoin.

Le CHUV se préoccupe de la place de l’aidant lorsque son proche est hospitalisé en reconnaissant ses besoins et sa contribution aux soins. Inspiré par un projet réalisé avec succès au Groupement hospitalier de l’Ouest lémanique (GHOL) et soutenu par la Direction générale de la cohésion sociale (DGCS), il entreprend de développer l’accueil des proches aidants avec des actions spécifiques, notamment : l’adoption d’une Charte qui précise le statut, les droits et les devoirs du proche aidant à l’intérieur de l’institution, la mise à disposition de badges spécifiques permettant d’identifier les proches aidants pour garantir leur statut lors de toutes les interactions avec les professionnel·le·s, le développement d’un concept de formation du proche aidant tout au long de l’hospitalisation afin de soutenir la perspective d’un retour à domicile et, enfin, la sensibilisation de tous les professionnel·le·s de santé et du personnel d’accueil du CHUV à l’importance du rôle de proche aidant.

Hôpital « Ami des ainé·e·s »

Un hôpital « Ami des ainé·e·s » est un hôpital qui adapte ses infrastructures, son organisation, ses pratiques et ses décisions de manière à répondre au mieux aux besoins spécifiques des patient·e·s du troisième et quatrième âge. Encouragé par le succès des expériences réalisées dans d’autres pays et convaincu que cela améliorera concrètement l’expérience des personnes âgées en matière de soins de santé et d’hospitalisation, le CHUV s’engage dans cette voie.

Le projet « Le CHUV, Hôpital ami des ainés » doit permettre de développer une offre en soins axée sur la prévention, le maintien de l’autonomie, le renforcement des capacités cognitives, psychologiques, spirituelles, sociales et fonctionnelles des personnes âgées. Les cinq axes prioritaires du projet sont les processus de soins, le savoir, la gouvernance, l’environnement et l’éthique clinique. Les objectifs visent à prévenir les évènements indésirables associés à l’hospitalisation des personnes âgées ; améliorer la qualité des soins en prenant des décisions de santé partagées en fonction des préférences et besoins des ainé·e·s et de leurs proches. L’approche systémique du projet favorisera, à terme, un changement culturel conduisant à l’amélioration des soins et de l’éthique pour la plus grande partie des patient·e·s aîné·e·s.

Ressources humaines et compétences

Projets pilotés par la DRH et réalisations

Pour la fonction RH du CHUV, l’année 2019 a été marquée par la consolidation de certains projets stratégiques en cours (dont le SIRH) et le démarrage de nouveaux projets, dont le plus relevant touche directement à la mise en place d’une politique de Gestion de la Santé en Entreprise, avec un projet visant à la prévention des incapacités de travail. Dans le détail, il s’agit notamment des projets suivants :

  • La mise en place de la phase 1 de la modernisation du Système d’Information du CHUV (SIRH), projet mené de concert avec l’ACV, est désormais terminée et consolidée par un audit qui a démontré que le passage de l’ancien au nouveau système de paie est parfaitement maîtrisé. Cette étape préfigure le développement d’autres modules sur le même environnement applicatif qui permettront de digitaliser d’autres processus RH. L’analyse des besoins pour cette seconde étape a débuté en 2019 ;
  • Le développement d’une application permettant de digitaliser la production des certificats de travail a également débuté en 2019 et devrait entrer dans sa phase opérationnelle en 2020 ;
  • Dans l’optique d’évaluer le degré de développement des outils et des actions concourant pour la mise en place d’une politique de Gestion de la Santé en Entreprise (GSE), l’ensemble des pratiques de la DRH a été soumis à une évaluation auprès de la fondation Promotion Santé Suisse, dans le cadre du processus de labélisation Friendly Work Space. Au terme d’un processus exigeant et très complet, la certification a été réussie et le label obtenu. Cette distinction démontre que les actions développées vont dans le sens de la mise en place d’une GSE efficiente. Cependant, les efforts à fournir et les travaux à réaliser pour améliorer les conditions de travail et pouvoir prévenir un maximum de situations d’absence restent encore conséquents. C’est par ailleurs pour cette raison qu’a été lancé, avec la collaboration d’un institut romand reconnu pour son expertise dans le domaine de la gestion des absences, un projet de prévention, de pilotage et de gestion des absences, intégrant un volet « formation des cadres » et un volet gestion, par la mise en place d’une nouvelle application de gestion et le renforcement du dispositif déjà existant de réinsertion professionnelle et de case management. Le Département Femme-Mère-Enfant et les départements de l’Appareil Locomoteur et des Neurosciences Cliniques sont les départements-pilotes pour ce projet ;
  • La nouvelle Convention collective régissant les conditions de travail des médecins assistants et chef·fe·s de cliniques (CCT MA&CDC) est entrée en vigueur le 1er juillet 2017. Cette convention introduit une durée moyenne de travail de 47 heures hebdomadaires dès son entrée en vigueur, et 46 heures dès le 1er janvier 2019. L’année 2019 est donc l’année de pleine application de cette nouvelle CCT. Elle a aussi été consacrée à accompagner les services pour appliquer ces nouvelles dispositions, notamment par des mesures d’optimisation dans l’organisation du travail des médecins assistants et la suppression, dans la mesure du possible, des activités à non-valeur ajoutée (refonte de l’organisation du travail des services générant le plus d’heures supplémentaires, simplification ou réordonnancement de certains processus de travail, introduction de la fonction d’assistant·e de médecin, décharge pour les médecins de certains travaux administratifs, etc…). Toutefois, l’objectif de diminuer les heures supplémentaires ou de les contenir reste d’actualité ;
  • Les conditions de travail du personnel infirmier ont aussi fait l’objet de plusieurs discussions avec les partenaires sociaux. Celles-ci ont débouché sur une avancée, soit des propositions visant à améliorer sensiblement la planification des présences et des horaires de travail. Une directive sur la gestion des temps intégrant ces avancées a été finalisée et devrait entrer en vigueur début 2020.

Par ailleurs, trois autres projets sont à mettre en exergue en 2019 :

  • Lancement du projet visant à disposer des outils d’auto-contrôle de l’égalité des salaires entre collaboratrices et collaborateurs. La première phase visant à fiabiliser les données du personnel s’est terminée en 2019. L’outil LOGIB pourra être utilisé dès le 1er semestre 2020 afin de déterminer si le CHUV répond aux critères d’égalité des salaires entre les femmes et les hommes qui y travaillent ;
  • Mise à disposition, en collaboration avec l’OAI, Pro Infirmis et l’association Autisme Suisse Romande, de 3 places de travail et d’un suivi spécifique pour l’embauche de trois jeunes personnes souffrant d’autisme.
  • Déploiement de la Charte institutionnelle définissant les comportements attendus dans l’institution, intégrée comme annexe du contrat de travail et comme sujet d’évaluation lors des entretiens d’appréciation annuels.

Enfin, le CHUV a été primé, en 2019, dans le classement Universum (sondage réalisé auprès de tous les étudiant·e·s en fin de cursus de formation universitaire ou dans les HES), comme l’employeur le plus attractif dans le domaine de la santé, sur un classement comptant 70 entreprises suisses dans ce domaine.

Organisation

La fonction RH continue à évoluer dans son organisation et le plan de création de Direction RH départementale est achevé. Pour rappel, cette évolution comporte deux changements importants: d'une part la séparation entre les activités d’administration du personnel (ARH) et celles de gestion des ressources humaines (GRH), d'autre part l’intégration de la fonction RH au sein de la direction de département et une délégation d’une partie des prérogatives de la Direction RH centrale. Ces deux changements visent à améliorer et professionnaliser les prestations fournies aux client·e·s internes selon la nature ARH ou GRH du problème à traiter. En plus de cette dimension qualitative, l’accélération des processus de traitement est également un objectif visé.

Par ailleurs, la Direction des Ressources Humaines a déménagé dans un bâtiment qui réunit désormais l’ensemble de ses services sous le même toit. Ce déménagement devra améliorer la coordination des activités de chaque entité et le service rendu aux collaborateurs et collaboratrices ainsi qu’à l’encadrement.

Dotations en personnel

La progression de l’effectif reste contenue, à la lumière des précédents exercices, dans une logique de décroissance et reste en dessous de tous les chiffres des 4 dernières années (+ 80 ETP en 2019, +183 EPT en 2018+ 196 EPT en 2017, +153 EPT en 2016, + 341 en 2015, +323 EPT en 2014). Cette maîtrise de la progression des effectifs résulte des efforts d’optimisation entrepris depuis 3 ans.

L’évolution du personnel médical, médico-technique et infirmier continue dans une logique de progression et reste prioritaire, alors que les fonctions dites de soutien évoluent dans une moindre mesure pour le personnel administratif, et diminue pour ce qui est des fonctions de logistiques, ceci compte tenu des mesures d’amélioration entreprises dans l’organisation du travail.

Formation

Sur le plan de la formation de l’encadrement, le Micro-MBA, destiné aux cadres dirigeants ainsi que le cours Management pour cadres destiné aux cadres de proximité, formations lancées il y a 4 ans, se poursuivent avec succès. Une association d’alumni a été créée en 2019, permettant ainsi à toutes les personnes ayant suivi la formation de bénéficier d’un important réseau professionnel et interprofessionnel, mais aussi de leur proposer diverses formations continues. Huit volées de formation Micro-MBA ont été lancées à ce jour.

Le CHUV participe activement à la formation des professionnel·le·s soignant·e·s comme partenaire du projet du Centre coordonné de compétences cliniques (C4). Les infrastructures du C4 seront dédiées à l’apprentissage clinique en milieu simulé pour les étudiant·e·s et les professionnel·le·s de la santé du CHUV et de 3 autres institutions partenaires (Haute Ecole de Santé Vaud, Haute Ecole de Santé La Source, Faculté de Biologie et de Médecine de l’Université de Lausanne). L’apprentissage clinique en milieu simulé est un outil indispensable pour pallier le manque chronique de places de stage en milieu hospitalier. Il est également essentiel pour garantir la sécurité des patient·e·s car il permet de faire en sorte qu’aucun·e étudiant·e ne pratique un geste pour la première fois sur un·e patient·e. Enfin, il permet de simuler des situations critiques, y compris les plus rares.

En outre, le CHUV poursuit la mise en œuvre de la formation en vue de l’obtention du Certificat d’employé·e administratif·ive et d’accueil en milieu hospitalier (CEAA), avec deux volées qui ont déjà terminé leur cursus à ce jour. Ce programme de formation a pour objectifs de proposer pour chaque volée de dix personnes bénéficiaires du Revenu d’insertion (RI) du canton de Vaud l’opportunité d’actualiser ou de développer de nouvelles compétences métiers et de favoriser par conséquent un rapide retour à l’emploi dans les meilleures conditions. A ce jour, environ 60% des participant·e·s ayant achevé leur formation sont sous contrat au CHUV. Afin d’augmenter l’employabilité des participants au CEAA, le CHUV a mis en œuvre un cours sur la préparation à l’embauche (rédaction du CV et de la lettre de motivation). Pour la partie pratique du cours, les Unités RH des divers départements du CHUV sont sollicitées afin de réaliser des simulations d’entretien.

Un projet visant à mettre en commun des programmes de formation CHUV-HUG a également été lancé en 2019, avec la réalisation d’un programme unique pour les deux institutions en 2020.

Les apprentissages au CHUV

L’augmentation des places d’apprentissage s’est poursuivie en 2019, avec un total de 229 places ouvertes contre 213 en 2018. Le tableau suivant récapitule l’état par profession :

Nominations 2019

En 2019, les nouveaux chefs de service sont :

  • Le Prof. Beat Roth, chef du service d’urologie ;
  • Le Prof. Christophe von Garnier, chef du service de pneumologie ;
  • Le Prof. Fadi Fakhouri, cher du service de néphrologie ;
  • Le Prof. Thorsten Krueger, chef du service de chirurgie thoracique ;
  • Le Prof. Peter Vollenweider, chef du service de médecine interne (ad intérim en 2018 mais officiellement dès le 01.01.2019).

Les nouveaux chefs de département sont :

  1. Le Prof. Guiseppe Pantaleo, chef du département de médecine de laboratoire et pathologie ;
  2. Le Prof. Nicolas Demartines, chef du département des services de chirurgie et d’anesthésiologie.

Systèmes d’information

Système d’information clinique - Déploiement de SOARIAN

Le dossier patient SOARIAN constitue l’ossature du système d’information clinique du CHUV et doit être en permanence étoffé et mis à jour en fonction des activités de l’hôpital. En 2019, les évolutions de SOARIAN ont visé à consolider et simplifier l’utilisation du dossier patient, ainsi qu’à poursuivre le déploiement progressif des consultations ambulatoires et des hôpitaux de jour. Dans le but d’améliorer la qualité et la sécurité des prescriptions oncologiques, un effort particulièrement important a aussi été effectué sur la migration des protocoles de cytostatiques vers SOARIAN. Cet effort se poursuivra sur l’année 2020.

Sécurité informatique et cyberdéfense

L’année 2019 a été marquée par une évolution des cybermenaces et l’apparition de nouveaux types de ransomware de plus en plus agressifs et difficiles à détecter. Ces nouveaux ransomwares se sont montrés très actifs dans le domaine de la santé avec les attaques d’hôpitaux écossais et du CHU de Rouen.

Dans ce contexte, la Direction des systèmes d’information du CHUV (DSI) a renforcé la mise en place de la cyberdéfense, avec en particulier la poursuite du développement des solutions de protection et de surveillance du réseau informatique ainsi que l’amélioration constante des processus de détection et de gestion des incidents de sécurité.

Sur le plan du cadre légal, une étude réalisée en 2019 a permis de cerner l'impact sur le CHUV des nouvelles lois suisse et vaudoise sur la protection des données (LPD et LPrD, à venir) et de proposer un plan d'action pour anticiper la mise en conformité de l’hôpital.

La DSI a également renforcé ses équipes de sécurité informatique. En parallèle, un programme de sensibilisation des collaborateurs et des collaboratrices à la sécurité informatique a été mis en place et se poursuivra ces prochaines années.

Easybadge – sécurisation des postes de travail

Les postes de travail informatiques représentent un élément critique en matière de cybersécurité. En 2019, une nouvelle solution technique de sécurisation des postes de travail a été déployée. Cette solution permet aussi d’utiliser un nouveau système d’identification, « Easybadge », qui permet aux collaborateurs de sécuriser, mais aussi de simplifier l’accès aux postes de travail avec leur badge.

Avec Easybadge, le personnel médical, soignant et administratif du CHUV peut verrouiller et déverouiller un ordinateur avec son badge, très simplement et en toute sécurité. L’environnement de travail informatique suit également le collaborateur lorsqu’il change de machine : un médecin peut ainsi, par exemple, retrouver à l’identique dans un box de consultation la session du dossier patient SOARIAN précédemment ouverte dans son bureau. Ces améliorations de l’ergonomie facilitent l’accès des personnels soignant et médical aux données cliniques du CHUV.

Budget d’investissement de l’État

Travaux et constructions

Les chantiers de plusieurs projets stratégiques d’envergure se sont poursuivis en 2019 : la construction en deux phases d’un nouvel Hôpital psychiatrique sur le site de Cery à Prilly ; le chantier de l’Hôpital des enfants et la refonte complète du bloc opératoire central de la cité hospitalière à Lausanne. La consolidation sur le site du Biopôle à Epalinges du futur pôle de recherche qui regroupera des chercheurs de l’UNIL et du CHUV travaillant dans le domaine de l’oncologie, de l’immunologie fondamentale des tumeurs et de l’immunologie clinique s’est également poursuivie. Le projet comprendra un bâtiment dédié à l’ingénierie immunitaire en oncologie, destiné à héberger le troisième centre mondial de l’Institut Ludwig de recherche sur le cancer, un centre d’immunologie/oncologie et une plateforme « Virus vector facility », soit un laboratoire pour la fabrication des vecteurs viraux nécessaires à la production de thérapies cellulaires génétiquement modifiées.

Par ailleurs, dans un communiqué daté du 2 décembre 2019, le Conseil d’État a indiqué avoir adopté un exposé des motifs et projet de décrets pour solliciter du Grand Conseil un crédit d’investissement de CHF 18'100'000.- pour la modernisation des infrastructures stationnaires de la cité hospitalière, un crédit d’étude de CHF 5’960'000.- destiné à la réhabilitation de l’Hôpital de Beaumont, un crédit d’investissement de CHF 24'240'000.- afin d’agrandir et transformer le garage à ambulances (transports internes et inter-hospitaliers), ainsi qu’un crédit d’étude de CHF 3’890'000.- consacré à la reconstruction du garage des ambulances (urgences).

Les travaux et les études de plusieurs objets décrétés sont en cours:

  • Bloc opératoire central : douze salles standards et 2 salles dimensionnées pour accueillir un équipement lourd sont en cours de réalisation dans le bloc opératoire central, dont la remise de l’ouvrage est prévue pour octobre 2021. La zone nord du bloc, constituée essentiellement de la future salle de réveil, a été mise en service en septembre 2019 et accueille les patient·e·s de l’unité d’observation des urgences (URGO). Ce transfert provisoire a permis d’ouvrir le chantier de la transformation des soins intensifs et de l’URGO qui durera 18 mois.
  • Site de Cery: les travaux ont débuté en juin 2016. La réception de la 1ère étape du Nouvel Hôpital (NH1) était prévue fin février 2019. En raison de non-conformités d’exécution, notamment dans les éléments de compartimentage feu, cette réception d’ouvrage a dû être reportée de plus d’une année, soit en avril 2020, l’entreprise totale n’ayant en effet pris que très tardivement la mesure de l’ampleur des défauts. Un plan d’action a été mis en place pour remédier aux défauts sous la conduite d’un expert afin de garantir la bonne conformité d’exécution.
  • Biopôle : le programme d'ingénierie immunitaire a évolué pour s’orienter vers un centre d’immunologie/oncologie en lien avec l’Institut Ludwig de recherche sur le cancer (LICR). Cette option permet également de maintenir les laboratoires d’immunologie au Centre des laboratoires d’Epalinges (CLE) et de pérenniser les investissements consentis. Des études sont en cours pour définir l’implémentation exacte de la plateforme « Virus vector facility » prévue dans le contrat de collaboration entre le LICR, l’UNIL et le CHUV. Un crédit de construction sera sollicité au 2e semestre 2020.
  • Hôpital des enfants : L’installation du chantier et ses impacts sur le fonctionnement de l’esplanade du CHUV ont été coordonnés et menés en concertation avec la Ville de Lausanne, les Transports publics lausannois et l’entreprise générale. Des analyses de risque et des plans de continuité ont notamment été établis. La fluidité et la sécurité des usagers du métro m2 ont fait l’objet d’une attention toute particulière ; l’installation d’une passerelle sur la rue du Bugnon a permis de séparer le flux piétonnier de la circulation routière.

Par ailleurs, les travaux de forage et de pieux spéciaux sont achevés au pied de la Maternité et de l’Hôpital orthopédique et les excavations ont débuté. Elles se poursuivront jusqu’en juin 2020. Les terrassements ont fait apparaître les fondations de l’ancien Hôpital Sandoz, démoli après la construction du bâtiment hospitalier du CHUV, et qui n’avaient pas été recensées. Par ailleurs, le volet de la communication est assez soutenu, afin de tenir informé·e·s en tout temps les usagers et usagères des modifications des flux et des nuisances. Un kit d’information et de bienvenue a également été réalisé à l’intention des patientes de la Maternité.

En parallèle à ces chantiers stratégiques, dix-sept projets entre 1 et 8 mios se trouvaient en phase de conception, exécution, travaux ou réception à fin décembre 2019.

Bureau de gestion des fonds

Au cours des dernières années, le domaine de la recherche a fortement progressé et engendré par la même occasion une importante augmentation de levée de fonds. Fort de cette évolution positive, la Direction générale a décidé de modifier la structure de gestion, de soutien et de conseil existante pour les fonds nationaux et de l’étendre à tous les fonds de recherche, quelle que soit la provenance du financement.

De cette manière, l’environnement global se professionnalise et tous les chercheurs et chercheuses du CHUV auront dorénavant un point d’entrée unique via leur direction administrative départementale respective. Cet appui doit leur apporter un soutien sur les aspects légaux, financiers, de gestion, éthiques et de liaison pour les questions de transferts technologiques ou de contacts avec les partenaires prêts à financer un projet en amont, durant ou après l’obtention d’un contrat de recherche.   

Pour réaliser cette transformation, un bureau des fonds a été créé par la mise en commun de ressources entre les directions administratives départementales cliniques, l’Unité des affaires juridiques, la Direction des finances opérationnelles ainsi que le Département formation et recherche. Cette structure a analysé les 1’400 fonds de recherche, qui représentent plus de CHF 80 mios, afin de s’assurer qu’ils respectaient le cadre légal, le contrat idoine, et que les engagements vis-à-vis des tiers financeurs étaient bien tenus et respectés. Les fonds de recherche ne respectant pas ce cadre ont été régularisés en conformité avec les instructions du financeur.

Grâce à cette structure, des améliorations et des simplifications notoires dans le domaine de la gestion ont pu être mises en place particulièrement en terme de documentation, de reporting standardisé et de typologie des fonds. La mise à disposition d’un manuel de gestion des fonds qui permet aux chercheurs/titulaires de fonds de disposer d’un mode d’emploi pour gérer le cycle de vie de fonds conformément aux directives institutionnelles du CHUV a grandement contribué à ces améliorations.

Depuis le 1er janvier 2020, le bureau des fonds est officiellement opérationnel pour le volet de la gestion. Il doit désormais notamment consolider ses prestations par l’introduction d’une gestion électronique des documents (GED). Les axes de soutien et de conseil doivent aussi être développés afin que les chercheurs disposent, au final, d’une palette de prestations complète via ce point d’entrée unique.

Equipements

Bâtiment Hospitalier (BH):

  • Une nouvelle salle interventionnelle combinée « angiographie – scanner » pour le service de radiologie (DRM, BH07) a été installée. Cette salle permet d’améliorer la prise en charge en diminuant les délais d’attente des patient·e·s du secteur de radiologie interventionnelle. Cet équipement permet en outre de planifier, traiter et contrôler précisément les actes interventionnels mini-invasifs pour de nombreuses pathologies notamment dans les domaines oncologiques et viscéraux.
  • Un appareil de radiothérapie de type « tomothérapie » (irradiation hélicoïdale guidée par l’image), mis en service il y a douze ans (service de radiothérapie, DO, BH06), a été renouvelé. Ce remplacement doit offrir de plus grandes précisions et efficacité dans la distribution de la dose à la tumeur, ainsi que garantir un haut taux de disponibilité de l’appareil en rapport avec l’activité importante du service (1100 patient·e·s / année).
  • Le département des neurosciences cliniques dispose pour son service de neurochirurgie (cérébral et spinal) de 4 microscopes opératoires, dont 3 ont été mis en service il y a une dizaine d’années. Il a été décidé de procéder à leur renouvellement échelonné sur 3 exercices avec le remplacement en 2019 d’un premier microscope. Cet équipement permet d’accéder aux dernières avancées technologiques avec notamment l’apport d’une image haute définition et de la fluorescence qui permettent de nouvelles approches chirurgicales grâce à la différenciation tissulaire.

Autres localisations :

  • Le CHUV dispose pour le service d’anesthésiologie d’un parc de plus de 50 ventilateurs dans le but d’équiper les différentes pistes d’anesthésie exploitées par le service dans les blocs opératoires et tous les secteurs interventionnels nécessitant la sédation du patient ou de la patiente. L’âge moyen de ce parc étant supérieur à 13 ans, un remplacement échelonné de ces équipements a été initié en 2019 en démarrant par les ventilateurs qui équipent les blocs opératoires de l’hôpital orthopédique et de la maternité. Ce remplacement se poursuivra jusqu’en 2021 pour les autres secteurs (blocs opératoires du BH, unités des brûlés, secteurs interventionnels BH07…).
  • Un tunnel de lavage, utile au lavage quotidien des nombreux chariots et caisses utilisés au Centre de Production Alimentaire (CPA), a été installé sur le site de Bussigny. Ce tunnel permet d’assurer le lavage en flux continu d’un volume important de chariots et caisses avec un nombre restreint de collaborateurs.

 

* La baisse observée de l’activité de réadaptation entre 2017 et 2018   est due à un changement intervenu au niveau national : depuis 2018, les soins palliatifs, jusqu’alors facturés comme les séjours de réadaptation, sont assimilés à des séjours d’hospitalisation somatique aigüe.

 

 

Réorganisations et changements de structure principaux

Dans le cadre de la suite du projet Alliance Santé, les activités des consultations spécialisées de gastrologie, d’antibiothérapie parentérale, de pneumologie, de tuberculose et de cardiologie ont été transférées d’Unisanté (ex-PMU) au CHUV au 1.9.2019. Plus de 60 collaborateurs et collaboratrices infirmier·ére·s et administratif·ive·s ont été réengagé·e·s au CHUV. Ces transferts vont se poursuivre dans d’autres spécialités en 2020.

En interne, le Département des laboratoires a été renommé en Département de médecine de laboratoire et pathologie (DMLP) afin de mieux tenir compte de sa composition et de ses spécificités.

Enfin, le Centre de recherche et d'innovation en sciences pharmaceutiques cliniques (CRISP) a été créé, en collaboration avec l'Institut des sciences pharmaceutiques de la Suisse occidentale (ISP-SO). Le CRISP est une nouvelle entité fonctionnelle rattachée au Département formation et recherche UNIL/FBM-CHUV qui coordonne trois pôles d'expertise : médicaments dans la vie réelle, thérapies innovantes et pharmacie digitale. Ces pôles mettent en réseau les groupes universitaires de l'ISP-SO ainsi que de nouveaux groupes de recherche du CHUV et de l'UNIL dans le but de coordonner la recherche et l'enseignement dans les domaines des sciences pharmaceutiques cliniques et des thérapies cellulaires et biologiques.

Autres faits marquants

Cheffe du service d’oncologie médicale, la Professeure Solange Peters a reçu le prestigieux Prix Bonnie J. Addario 2019 qui lui a été décerné par la Fondation américaine GO2 lors de la conférence du International Lung Cancer, en Californie. Cette distinction Campagne contre le sexisme et le harcèlement sexuel

Une enquête menée par le collectif d’étudiantes en médecine CLASH a révélé qu’elles subissaient, lors de leurs stages au CHUV, des propos inappropriés, sexistes, avec pour certaines d’entre elles, des situations pouvant être assimilées à du harcèlement. Sur cette base, la Direction générale et la Direction des ressources humaines, en collaboration avec la Faculté de biologie et de médecine, ont développé un plan de communication visant à faire connaître le message de « Tolérance Zéro » à l’égard de ces comportements. Plus de 20 actions ont été mises en œuvre pour lancer une campagne de sensibilisation spécifique à l’interne, ciblant en particulier les étudiant·e·s en médecine, les médecins, tous les cadres, ainsi que les collaborateurs et collaboratrices.

L’objectif était de faire connaître à la fois les instances à disposition des victimes (antenne d’écoute pour les étudiant·e·s en médecine et l’Espace collaborateurs) mais aussi les ressources à disposition pour les personnes qui pourraient être confrontées à ces situations (cours de prévention du mobbing et du harcèlement, conseils des RH et de l’Espace collaborateurs, flyers avec adresses utiles et exemples de comportements déplacés). Une campagne d’affichage a été relayée dans les lieux de pause et les vestiaires de la cité hospitalière et sur tous les autres sites. Dans un second temps, cette initiative a été communiquée à l’externe (communiqué et conférence de presse, réseaux sociaux, ASMAV, ASMAC, écoles de soins infirmiers). Elle a figuré parmi les 5 nominés de la catégorie « change management » lors des European Awards 2019 qui se sont tenus à Lisbonne en novembre dernier.

Classement et site international

Classé 9ème meilleur hôpital dans le monde en 2019 par le magazine Newsweek, le CHUV a mis en ligne le 1er juillet un site en anglais destiné au public international, en parallèle avec la tenue à Lausanne de la Conférence mondiale des journalistes scientifiques. Le portail www.LausanneUniversityHospital.com met en avant une sélection de projets innovants menés au sein de l’institution, des chiffres-clés, un aperçu de la «Health Valley» lémanique, des activités humanitaires et des possibilités de carrière, ainsi qu’un onglet destiné à la patientèle étrangère. Ce site a été récompensé lors des TYPO3 Awards aux Pays-Bas, dans la catégorie «Small website». Il a également remporté le prix européen du meilleur site institutionnel aux European Excellence Awards, au Portugal.

Magazine In Vivo

Dans la continuité du partenariat existant entre les Activités culturelles du CHUV et la Fondation Payot pour la promotion de la lecture (FPPL), qui permet notamment de mettre à disposition des livres à l’intention des patient·e·s, des visiteurs·euses et des collaborateurs·trices de l’hôpital, un contrat de distribution croisée des magazines In Vivo, édité par le CHUV, et Aimer Lire, édité par Payot SA, a été conclu en août 2019. En vertu de ce contrat, 300 exemplaires de chaque numéro du magazine In Vivo sont proposés à la vente, au prix de 5 francs/pièce, dans les librairies Payot de Suisse romande, et 300 exemplaires de chaque numéro du magazine Aimer Lire sont mis à disposition dans les salles d’attente du bâtiment hospitalier principal du CHUV.

En lien avec le lancement du site international du CHUV, un hors-série unique en anglais du magazine In Vivo présentant 23 projets innovants menés au sein de l’institution a également été publié en juillet et distribué aux quelque 1'500 journalistes participant à la Conférence mondiale des journalistes scientifiques à Lausanne.

Liste non exhaustive de récipiendaires de PRIX et DISTINCTIONS

Prix du rayonnement académique de la Société Académique Vaudoise

Le Prix du rayonnement académique 2019 a été décerné à la Professeure Silke Grabherr, directrice du Centre universitaire romand de médecine légale. Cet honneur récompense une personnalité qui contribue, de manière exceptionnelle, au rayonnement académique de la place universitaire vaudoise.

Young Investigator               

Responsable de recherche au Département d’oncologie UNIL-CHUV, le Docteur Ping-Chih Ho, spécialiste de l’ingénierie immunitaire, a été nominé Young Investigator par l’Association Européenne de Biologie Moléculaire (EMBO). Le Docteur Ping-Chih Ho étudie le domaine de l’immunométabolisme, explorant la façon avec laquelle les composants chimiques entament une conversation moléculaire avec le système immunitaire et les tissus qu’ils contrôlent. La compréhension de ce mécanisme a une influence profonde sur la croissance des tumeurs et sur l’efficacité des traitements, notamment immunothérapeutiques.

Prix Jellinek

Chercheur à Addiction Suisse et professeur associé au service de médecine des addictions du CHUV, le Professeur Gerhard Gmel a reçu le Prix Jellinek (Jellinek Memorial Award) pour ses remarquables travaux sur la consommation d'alcool. Sorte d’équivalent du Prix Nobel dans ce domaine, ce prix est l’une des distinctions internationales les plus prestigieuses.

Prix Bonnie J. Addario

récompense l’engagement constant de la Pre Peters dans la lutte contre le cancer du poumon, et en particulier ses travaux de recherche sur les biomarqueurs, l’amélioration de l’accès aux soins, ainsi que la promotion de l’avancement des femmes en oncologie.

Prix scientifique Leenaards

Médecin associé et responsable de la salle d’accouchement, le Docteur David Desseauve a reçu le Prix scientifique Leenaards pour son projet de recherche mené en collaboration avec le Docteur Julien Favre (Swiss BioMotion Lab - CHUV) et le Professeur Jean Philippe Thiran (EPFL). En mesurant et en coordonnant la position de la mère à celle du bébé, l'équipe de recherche souhaite favoriser les accouchements par voie basse lors d’accouchements difficiles.

Prix Céline Goulet

Candidat au doctorat à la Faculté des sciences infirmières de l’Université de Montréal et adjoint à la Direction des soins du CHUV, Joachim Rapin a reçu le Prix Céline Goulet 2019 de la Faculté des sciences infirmières de l’Université de Montréal. Joaquim Rapin a séjourné à Montréal de 2017 à mi-2019 dans le cadre de la réalisation d’un doctorat en sciences infirmières, option administration des services de santé. Il a su y développer son réseau professionnel de manière convaincante.

Comitatus Award 2019

Infirmier en urologie ambulatoire au CHUV, Jean-Marc Schmidt a reçu le Comitatus Award 2019 pour un projet d’enseignement à l’autosondage qualifié d’exceptionnel par le jury. Intitulé « Je me sonde… !? L’enseignement à l’autosondage de l’hôpital au domicile », le projet primé concerne les patient·e·s atteint·e·s de troubles de la vessie, et qui doivent être équipé·e·s d’une sonde. Il vise à leur permettre de réaliser eux et elles-mêmes l’introduction d’une sonde dans la vessie, puis de la retirer sitôt après la vidange. Appelée autocathétérisme intermittent, cette technique est répétée autant de fois que nécessaire et présente moins de risques.

Prix association européenne de médecine psychosomatique

Le Professeur Friedrich Stiefel, chef du Service de psychiatrie de liaison du CHUV a reçu le Prix 2019 de l'Association européenne de médecine psychosomatique. Avec la doctoresse Céline Bourquin, il a récemment participé à l'élaboration d'une prise de position sur les formations en communication pour les oncologues.

Partager la page