Direction générale de la mobilité et des routes (DGMR)

2019, l'année des métros m2 et m3

La première étape du développement des métros m2 et m3 à Lausanne a connu deux moments forts en 2019 : l’obtention des crédits et la mise à l’enquête publique du projet.

Le 12 novembre, le Grand Conseil a voté les crédits d’un montant total de 153,7 millions de francs, à titre de participation financière cantonale pour le début de la réalisation par les CFF des infrastructures du m2 sous la gare de Lausanne et pour la poursuite des études du nouveau tracé du m2 et du futur m3. Du 29 octobre au 27 novembre, la première étape du développement des métros était à l’enquête publique.

Grâce à la construction d’un nouveau tunnel entièrement à double voie pour le m2 et à la création d’une nouvelle ligne m3 entre la gare CFF et le Flon, les tl, exploitant des métros, pourront doubler la capacité sur ce tronçon. C’est là un enjeu primordial pour faire face à la demande croissante des voyageurs arrivant à la gare de Lausanne qui va connaître un doublement de sa fréquentation ces dix prochaines années. Le prolongement du m3 en direction du nord permettra d’améliorer fortement la desserte du site du Palais de Beaulieu, des Plaines-du-Loup et du stade de football de la Tuilière.

Un chantier exceptionnel pour la mobilité de l’Ouest lausannois

Situé entre l'avenue du Tir-Fédéral (Ecublens) et le tunnel de Marcolet (Crissier), le Pont Bleu franchit deux routes et passe au-dessus de huit voies CFF où plus de 600 trains circulent chaque jour. Il supporte un trafic important de 20'000 véhicules par jour.

En 2019, la structure du pont a été complètement assainie pour garantir la sécurité des usagers et prolonger sa durée de vie. L’ouvrage a également été élargi d’un côté pour ajouter une piste mixte piétons et vélos, afin d’assurer la continuité du réseau de mobilité douce sur la route cantonale.

La partie de l’ouvrage au-dessus des voies ferroviaires a été remplacée par un nouveau pont métallique de couleur bleue et d’une portée deux fois plus grande permettant de supprimer la pile d’appui située au milieu des voies CFF. Lors d’une opération spectaculaire réalisée dans la nuit du 13 au 14 juillet, la plus grosse grue sur chenille d’Europe a soulevé et mis en place le nouveau pont de 56 mètres et 420 tonnes.

Faciliter les échanges entre les différents moyens de transport

Au cœur du système de transport multimodal, le développement des gares vaudoises ne doit pas s’arrêter à leur aspect ferroviaire. Prévoir des arrêts de bus, des parkings d’échange, des stationnements pour les vélos et des cheminements facilités et agréables pour les échanges efficaces entre ces différents modes de déplacement est un enjeu essentiel.

En avril 2019, le Grand Conseil a adopté la stratégie cantonale des interfaces de transport de voyageurs, ainsi qu’un crédit-cadre de 20,5 millions de francs pour soutenir financièrement et techniquement les études et la réalisation d'interfaces dans tout le canton. La mise en œuvre de cette stratégie a démarré en collaboration avec les associations économiques régionales, les communes et les entreprises de transport concessionnaires.

En favorisant le report modal, le développement des interfaces contribue à améliorer la fréquentation des transports publics et à limiter les déplacements en voiture, participant ainsi la préservation de l’environnement et à l’amélioration de la qualité de l’air.

Diminuer le bruit routier grâce au 30 km/h de nuit

Diminuer les nuisances sonores dues à la circulation routière, la nuit en particulier, est une mesure de santé publique indispensable en milieu urbanisé, en plus d’être une obligation légale. A la recherche de solutions efficaces et proportionnées, le Canton de Vaud et la Ville de Lausanne ont lancé en 2017 un essai pilote d’abaissement de la vitesse à 30 km/h de nuit sur deux avenues lausannoises.

Les résultats du test démontrent que le 30 km/h nocturne permet de réduire le bruit moyen de 2 à 3 décibels. Associé à la pose d’un revêtement phonoabsorbant, le niveau sonore moyen baisse encore de 1 décibel, soit une diminution globale de 3 à 4 décibels. Les bruits de pointe ont diminué de 80% lorsque le 30 km/h était en place.

Ce bilan très positif démontre l’efficacité et la pertinence du 30 km/h de nuit pour protéger du bruit routier un grand nombre de riverains, avec des coûts de mise en œuvre modérés. Le Canton de Vaud et la Ville de Lausanne vont intégrer cette mesure à la palette d’outils de l’assainissement du bruit routier. Elle pourra être mise en œuvre ailleurs dans le canton à la demande des communes, sur les axes justifiant une telle mesure.

Renforcer l’offre de transports publics

La principale nouveauté du changement d’horaire du 15 décembre 2019 est la mise en service du nouveau tracé ferroviaire Cornavin - Eaux-Vives - Annemasse (CEVA) qui permet aux trains du Léman Express de desservir 230 km de lignes et 45 gares de part et d’autre de la frontière franco-suisse. Avec cette mise en service, les trains RegioExpress circulant toutes les 30 minutes entre Genève et Vevey sont prolongés une fois par heure en direction de St-Maurice et chaque demi-heure jusqu’à Annemasse.

Depuis le 15 décembre, plusieurs régions du canton bénéficient du développement de l’offre du week-end, en particulier dans le Gros-de-Vaud, la région d’Yverdon-les-Bains, le district de Morges et l’agglomération lausannoise. Dans le district de Nyon, c’est l’offre nocturne les vendredis et samedis soirs qui a été développée.

A noter qu’avec ce changement d’horaire, toutes les communes vaudoises sont desservies par des transports publics commandés ou subventionnés par le Canton, les communes de Chevilly, Dizy et Orny étant désormais desservies par des lignes de bus.

Doper la réalisation d’aménagements pour les vélos dans les agglomérations

Le potentiel de développement du vélo est particulièrement grand dans les agglomérations et la réalisation d’équipements participe à la promotion de ce mode de transport.

En avril 2019, le Grand Conseil a accordé un crédit de 17,2 millions de francs pour subventionner la réalisation d’aménagements et d’infrastructures de compétence communale inscrits dans les projets d’agglomération vaudois et bénéficiant à ce titre d’une participation financière de la Confédération. Il s’agit par exemple de nouvelles bandes ou pistes cyclables, de nouvelles passerelles ou passages inférieurs, du développement de l’offre en stationnement à proximité des gares et arrêts importants, du jalonnement d’itinéraire, etc. Cette importante manne financière cantonale pourra bénéficier à quelque 40 mesures planifiées dans les agglomérations d’Yverdon, Lausanne-Morges, Chablais et Grand Genève.

Partager la page