Département de la santé et de l'action sociale (DSAS)

2020 au Département de la santé et de l'action sociale

 

La pandémie de Covid-19 a très fortement affecté les activités du DSAS en 2020. Au-delà de la montée en puissance pour gérer, durant toute l’année, une crise sanitaire rapidement suivie d’une crise sociale en expansion, l’ensemble des dispositifs et partenaires au cœur de nos missions de santé et de cohésion sociale ont été touchés et ont dû se réinventer. Le DSAS a mis en œuvre les moyens humains, techniques et financiers nécessaires pour faire face, en adaptant les modalités de prestations, en réorientant des missions et/ou en engageant des renforts, ceci dans un flux continu d’échanges avec tous les partenaires et les acteurs politiques à tous les échelons. En parallèle, les collaboratrices et collaborateurs du DSAS ont continué à faire évoluer et à améliorer les prestations.

En octobre, le Conseil d’Etat s’est opposé à l’initiative parlementaire du Parti libéral-radical qui voulait modifier le statut juridique du CHUV pour en faire en établissement autonome de droit public. Il a présenté un contre-projet visant à élargir le rôle du Grand Conseil dans la gestion des investissements du CHUV. Concrètement, la commission des finances doit pouvoir, à l’avenir, se prononcer une fois par législature sur le programme pluriannuel des investissements de 1 à 8 millions, puis une fois par année sur l’engagement des investissements concernés. Le contre-projet prévoit également l’instauration d’un Conseil stratégique du CHUV, organe de réflexion et de prospective. Il aura pour mission générale d’identifier les approches innovantes ainsi que d’anticiper et d’analyser les évolutions des conditions cadres. Chargé de préaviser le plan stratégique du CHUV, il contribuera à s’assurer de l’adéquation des objectifs de l’institution et des développements réalisés avec les enjeux, entre autres en rendant des préavis sur les investissements à l’intention du Conseil d’Etat et du Grand Conseil. Par ailleurs, la pandémie de coronavirus a permis une fois encore de vérifier la capacité du CHUV à mettre son expertise scientifique, ses compétences et ses ressources non seulement en matière de soins, mais également de commandes de matériel et de logistique, au service de nombreuses autres institutions de soins du canton.

 

 

Hôpitaux et préhospitalier

Le CHUV a soutenu la lutte contre la pandémie en réorganisant l’entier de son fonctionnement au profit du système de santé vaudois, tout en poursuivant sa modernisation. Le Grand Conseil vaudois a accepté en juin d'octroyer plus de 52 millions pour la rénovation en profondeur du centre hospitalier. Les travaux et les études de plusieurs chantiers stratégiques sont en cours, tandis que 26 projets se trouvent à diverses phases d’avancement. Le plan stratégique s’est poursuivi par le biais de modifications de l’organisation et, par exemple, par la création de centres interdisciplinaires en oncologie. Les RH ont entamé ou mené à bien des projets liés à la santé du personnel, à la réduction de l’absentéisme et à l’égalité des salaires. Les cours de formation continue et spécialisée ont dû être interrompus durant cinq mois, mais les programmes d’apprentissage, de formation continue et de spécialisation ont pu être adaptés.

Le nouvel Hôpital Riviera Chablais HRC fait face à une situation financière délicate. Avec son homologue valaisan, le Conseil d’Etat vaudois a mandaté deux  audits, l’un financier et l’autre sur la gouvernance, et accordé une garantie complémentaire temporaire pour assurer la survie financière de l’institution. L’HRC a présenté un plan de retour à l’équilibre financier, qui prévoit des comptes équilibrés en 2026. Il s’accompagne d’une demande de régularisation des garanties temporaires et d’un soutien financier des deux cantons, à hauteur de 125 millions de francs sur 15 ans, qui sera soumise au Grand Conseil en 2021. Pour ce qui est de la gouvernance, les représentants des cantons de Vaud et du Valais au sein du Conseil d’établissement de l’HRC ont été entièrement renouvelés. Un nouveau directeur général a par ailleurs été désigné, après le départ de l’ancien et une période d’intérim.

A l’Hôpital Intercantonal de la Broye (HIB), les difficultés de gouvernance ont conduit les cantons de Vaud et Fribourg à réaliser un audit avant de repourvoir le poste de directeur général. La démission du Conseil d’établissement a permis à l’institution de repartir sur de nouvelles bases et de procéder au recrutement d’un nouveau Conseil, puis du Directeur général en la personne de M. Rodolphe Rouillon, qui prendra ses fonctions le 1er juillet 2021.

Dans le Balcon du Jura, une réorganisation du dispositif d’urgence préhospitalière permet de mieux répondre à l’augmentation des besoins d’intervention des ambulances dans la région yverdonnoise. Un Rapid Responder, ambulancier diplômé et expérimenté, intervient en premier recours la nuit dans le Balcon du Jura, l’ambulance étant stationnée en plaine.

Professionnel-le-s santé-social

Les cinq premiers infirmiers et infirmières praticien.ne.s spécialisé.e.s ont été diplômé.e.s en 2020, sur impulsion du DSAS. Ce nouveau profil professionnel va contribuer à mieux répondre aux besoins de santé, notamment aux défis liés au vieillissement de la population, à l’augmentation des maladies chroniques et des coûts.

Suite à la bascule de la CCT Santé vers la grille salariale de la CCT HRC en 2020, les faîtières et organisations syndicales ont trouvé un accord en vue d’un complément applicable en 2021.

Le CHUV a poursuivi ses efforts en vue de la formation continue et certifiante de son personnel et a collaboré avec les HUG pour les programmes de spécialisations infirmières en anesthésie et bloc opératoire. Subventionné par le DSAS, le projet de certification des employés administratifs en milieu hospitalier destiné aux personnes en réinsertion a accueilli sa 4ème volée.

Dispositif social

L’ouverture de plusieurs nouvelles antennes et prestations a permis d’étoffer le dispositif social. Une première succursale du CSIR a ainsi été ouverte à Montreux, gage de proximité pour les bénéficiaires, les acteurs sociaux et le tissu économique de la région.

La troisième Unité commune ORP-CSR s’est par ailleurs ouverte à Payerne en janvier pour les bénéficiaires du RI. Un centre de compétence cantonal pour le traitement des dossiers RI d’indépendants a de plus été mis en place auprès du Service social de la Ville de Lausanne. 46 nouvelles places de formation ont aussi  été créées au sein des organismes partenaires du DSAS dans le cadre du programme Forma Pro 150, portant le total actuel à 95 places de formation professionnelle occupées. Par ailleurs, suite à la finalisation des conventions, une deuxième antenne OVAM a été ouverte à Yverdon-les-bains.

Pour répondre à l’urgence socio-sanitaire liée à la crise, une Centrale des solidarités a en outre été mise en place, en tant qu’outil de coordination cantonale accessible à la population, comme aux professionnels de première ligne.

En réponse à trois objets parlementaires, Le DSAS a élaboré un rapport sur la reconnaissance des proches aidants. Il développe les mesures déjà en place, mais propose également plusieurs options pour renforcer le soutien de l’Etat, notamment sur la définition du statut de proche aidant, le renforcement de la relève de nuit à domicile et encore la mise en place de soutiens financiers. Ce rapport est en consultation jusqu’au 14 avril 2021, ce qui permettra par la suite au Conseil d’Etat de définir les mesures à mettre en place en fonction des ressources financières à disposition.

Notons enfin l’ouverture de 5 établissements médico-sociaux, 1 établissement psychiatrique, 1 nouvel atelier pour personne handicapées et 7 centres d’accueil tempor

Prévention de la santé

Les Programmes d’action cantonaux (PAC) sont au cœur des missions du DSAS et contribuent à prévenir les maladies chroniques, participant ainsi à la durabilité du système de santé. Le DSAS a conçu un nouveau PAC, qui se déploiera de 2021 à 2024. Celui-ci vise non seulement à promouvoir une alimentation équilibrée et une activité physique adaptée et régulière, mais aussi la santé mentale auprès des jeunes et des seniors.

Le DSAS a également mis sur pied un dispositif de constats médico-légaux pour les victimes d’une agression sexuelle. Une prise en charge interdisciplinaire par un gynécologue et un médecin légiste est proposée au CHUV et, désormais, dans 5 hôpitaux régionaux, répartis dans toutes les régions du canton. Les victimes peuvent être rapidement prises en charge, et sont dispensées de devoir raconter plusieurs fois un récit douloureux. Elles sont mieux accompagnées, ce qui est aussi un élément important dans la perspective d’une éventuelle enquête judiciaire.

Environnement

Suite à un appel à projets lancé par le DSAS auprès des organismes prestataires, les deux premières mesures d’insertion sociales à visée écologique ont débuté en 2020, inscrivant ainsi cette démarche dans le Plan climat vaudois.

Partager la page