Pourquoi réaliser le projet-pilote MétamorpHouse?

Le cadre légal sur l’aménagement du territoire priorise le développement des villes et villages à l’intérieur du milieu déjà bâti, afin de limiter au maximum l’extension urbaine sur les terres agricoles ou forestières.

Avant de créer de nouvelles zones à bâtir pour y créer des logements ou des places de travail, les communes doivent notamment utiliser les droits à bâtir disponibles sur leur territoire, sur des parcelles libres de construction ou partiellement construites, afin de densifier les zones déjà habitées.

Densifier les zones de faible densité

Les zones d’habitation et mixtes de faible densité (zone villa par exemple) constituent près de la moitié des zones à bâtir dans le canton. Elles disposent très souvent des droits à bâtir disponibles, qui pourraient accueillir des nouveaux logements ou des espaces de travail si ces droits étaient utilisés.

Afin de sensibiliser communes et propriétaires au potentiel de développement des quartiers d’habitation de faible densité, et d’inciter ces derniers à activer les droits à bâtir disponibles sur leur bien-fonds, le Service du développement territorial (SDT) a décidé de lancer le projet-pilote MétamorpHouse dans quatre communes du canton. Il s’agit de tester la stratégie MétamorpHouse développée par l’architecte Mariette Beyeler dans différents types de communes (villages, centres locaux et régionaux), afin de juger de son potentiel  et de son intérêt pour l’ensemble du canton.

Accompagner les communes dans leur développement vers l'intérieur

Si le projet s’avère concluant, le SDT prévoit en effet de s’appuyer sur les résultats de ce projet-pilote pour développer une stratégie cantonale de densification douce des zones résidentielles. MétamorpHouse doit donc permettre, à terme, de mettre à disposition des communes une méthode pour activer les des droits à bâtir disponibles dans les zones de faible densité de leur territoire, en travaillant de concert avec les propriétaires concernés.

Partager la page