Votre identité

Point séance

Séance du Grand Conseil du mardi 27 avril 2021, point 38 de l'ordre du jour

Texte déposé

Dans un communiqué du 30 mars 2021, les autorités vaudoises ont souligné que « de manière générale, cette intervention de police s’est bien déroulée ». Pourtant, certaines pratiques policières lors de l’évacuation de la Colline du Mormont suscitent des questions, notamment quant à la proportionnalité de certaines arrestations ou quant au respect de la liberté d’informer des journalistes présents sur place. Par ailleurs, dans la mesure où 600 femmes et hommes ont été engagés par les autorités dans l’opération d’évacuation, il paraît légitime de s’interroger sur la proportionnalité du dispositif et sur son coût. Le soussigné adresse donc les questions suivantes au Conseil d’Etat :

 

1)    La Police a mis en place un système d’accréditation pour les journalistes couvrant l’opération. Or, plusieurs journalistes et photographes détenteurs d’une carte de presse ont été priés par la Police de quitter les lieux ou ont été entravés dans leurs déplacements (voir notamment Le Courrier, 31 mars 2021). Ce n’est pas la première fois que des journalistes ou photographes sont entravés par la police dans le Canton de Vaud alors qu’ils couvrent des manifestations écologistes (voir notamment Le Courrier, 15 décembre 2019). Le Conseil d’Etat n’estime-t-il pas que de telles méthodes devraient être proscrites dans la mesure où elles nuisent à la liberté d’informer des journalistes, garantie par la Constitution ?

2)    Selon un témoignage recueilli par le soussigné, une médecin présente sur place pour assurer une permanence sanitaire a été arrêtée et a subi une fouille à nu, avec contrôle des parties intimes. Le Conseil d’Etat confirme-t-il ce témoignage et si oui, comment justifie-t-il une mesure aussi disproportionnée s’agissant d’une personne au comportement pacifique et présente sur place à des fins médicales ?

3)    Selon divers témoignages, la police a saisi les sacs de couchage de deux personnes réfugiées dans un arbre au-delà du 30 mars, ce qui les a plongés dans un état d’hypothermie dangereux pour leur intégrité physique. Le Conseil d’Etat estime-t-il que cette manière de faire était opportune et proportionnée ?

4)    Le Conseil d’Etat n’estime-t-il pas que le recours à 600 femmes et hommes pour cette opération était disproportionné ? Quel a été le coût pour le contribuable vaudois de l’évacuation de la Colline du Mormont ?

Conclusion

Souhaite développer

Transcriptions

Visionner le débat de ce point à l'ordre du jour
M. Hadrien Buclin (EP) —

J’ai quelques questions au sujet de l’évacuation de la Colline du Mormont, concernant des agissements de la police qui m’ont paru curieux. Ma première question porte sur certaines entraves à l’exercice de l’activité des journalistes et des photographes lors de l’évacuation. J’ai aussi une question qui porte sur certaines arrestations et fouilles très poussées pratiquées par la police sur certaines personnes qui, pourtant, avaient non seulement un comportement pacifique, mais étaient aussi là à des fins médicales, pour assurer une permanence sanitaire. Certaines personnes ont subi une fouille à nu avec contrôle des parties intimes. Cela me semble assez disproportionné. Enfin, j’ai une question au sujet du coût de l’opération pour le contribuable. Je me réjouis de lire les réponses du Conseil d’Etat.

Mme Sonya Butera (SOC) — Président-e

L’interpellation est renvoyée au Conseil d’Etat qui y répondra dans un délai de trois mois.

Retour à l'ordre du jour

Partager la page