Votre identité

Point séance

Séance du Grand Conseil du mardi 4 avril 2023, point 11 de l'ordre du jour

Texte déposé

 

Les Vaudois ont appris avec consternation que les travaux à la gare de Lausanne vont durer encore jusqu'en 2038, selon les déclarations des CFF et de l'Office fédéral des transports (OFT), soit 13 ans de retard par rapport au calendrier initial. Ce nouveau calendrier est prévu sans compter les nouvelles mises à l'enquête, les oppositions et autres aléas. A la déception s'ajoute l'inquiétude sur les répercussions de ces retards sur les projets liés aux métros M2 et M3.

 

Les problèmes techniques liés à la statique de la gare, qui ont été invoqués en 2022 pour arrêter le chantier, ne sont plus les uniques raisons des retards qui sont annoncés aujourd'hui. C'est un manque de vision politique et d'évaluation des besoins qu'on paie aujourd'hui. Le projet doit en effet être complètement repensé pour tenir compte de l’évolution du nombre de voyageurs : 130'000 voyageurs par jour aujourd'hui, 200'000 attendus pour 2030, combien en 2040, seulement 2 ans après la fin des travaux ?  Pour en tenir compte, il est indispensable de retravailler une grande partie du dossier.  Il faudra plus de deux ans et demi pour élaborer plus de 1000 nouveaux plans, rapports techniques et notes de calcul. Une année de plus sera nécessaire pour que l’OFT examine tous ces nouveaux documents.

 

Selon la conseillère d'état en charge des transports : "c’est plus qu’un nouveau planning, c’est une très grande reprise du projet initial ». Elle demande que l’OFT se penche rapidement sur l'extension de la Gare de Lausanne et sur son redimensionnement. En effet, avec les retards annoncés, Léman 2030 est d'ores et déjà aujourd'hui dépassé et c'est à 2050 qu'il faut penser. Et c'est bien le projet des CFF esquissé en 2017, qui prévoyait pour 2050 - 2060 l'agrandissement de la gare à Lausanne avec des voies souterraines [1], qui répondra aux besoins de la population.

 

Et si ces retards permettaient finalement d'avoir un meilleur projet ?

 

C'est pour contribuer à cet objectif que nous demandons au Conseil d'Etat d'intégrer enfin l'étude d'une liaison piétonne entre la Gare et le Flon, dans les travaux et réflexions conjoints qui doivent être menés dès maintenant avec l'OFT et les CFF.

 

En effet, à notre sens, la Gare de Lausanne et celle du Flon, les 1ère et 3 ème plus grandes gares du canton en termes de voyageurs, devraient être considérées comme une seule et même interface de transport public. Cette vision innovante nécessite toutefois une liaison directe entre les 2 gares, liaison qui devrait déboucher sur la plate-forme commune du M2 et du futur M3. En effet, des dizaines de milliers d'usagers effectuent ce court trajet Gare - Flon (275 mètres, pour un dénivelé de 31 mètres) et viennent saturer le métro sur un parcours déjà très fréquenté. Ils doivent parfois attendre 2 ou 3 rames avant de pouvoir monter. Cette saturation entre 2 des 14 arrêts du M2 a d'ailleurs un impact négatif sur l'ensemble de son parcours. Il est à noter qu’un tunnel piétonnier pour relier les 2 gares serait bien plus court que ceux qu'on utilise habituellement dans certaines stations de métro à Paris, où les distances à parcourir sont bien plus longues que la liaison dont nous demandons ici l’étude[2].

 

Cette proposition de liaison piétonne n’est pas nouvelle et, par manque de vision politique, a été écartée lors de l'examen de différents EMPD sur le tramway, les métros et le BHNS. A l’époque, une des principales raisons invoquées était que cela retarderait les travaux de la gare. Au vu des retards annoncés, cet argument tombe.

 

La situation actuelle est l’occasion de remettre l'ouvrage sur le métier. Il nous semble nécessaire d’intégrer cette liaison piétonne aux travaux de la gare, du M2 et du M3, pour bénéficier des synergies des projets du futur.

 

Une liaison piétonne entre la Gare et le Flon: une évidence.

 

Pourtant inscrit dans la stratégie de développement du PALM en 2007 comme une liaison entre les 2 gares, ce projet de liaison piétonne estimé à 14 millions de franc avait finalement été supprimé afin de réaffecter ce montant à la première étape du M3.

 

En 2037, la liaison piétonne Gare-Flon sera indispensable au vu du développement du nombre de voyageurs - sous-estimé à l'époque - qui continueront à transiter entre les gares de Lausanne et du Flon. Cette liaison :

  • permettra de réduire l'encombrement des gares et des rames de métro. Car malgré le doublement des lignes M2 et M3, et avec le développement des projets sur Chavannes, du Campus Santé, le tronçon Gare - Flon sera rapidement saturé avec plus de 200'000 voyageurs annoncés.
  • elle permettra d'offrir un moyen de substitution efficace au M2 sur ce tronçon durant l'interruption de son service (estimé à au moins 1 an) qui est annoncée pendant les travaux de raccordement des tunnels près de la station du Flon
  • encouragera la marche à pied et donc la mobilité active, souvent prônée par les autorités
  • fera gagner du temps, le trajet à pied ou sur un tapis roulant prenant environ 12 minutes
  • pourrait inclure une voie dédiée uniquement aux déplacements à vélo

 

 

Par cette motion, nous demandons au Conseil d'État d'intégrer l'étude d'une liaison piétonne entre la Gare de Lausanne et le Flon dans les réflexions conjointes qui doivent être menées dès maintenant avec les CFF et l'OFT.

 

 

 

Graziella Schaller et consorts, au nom des vert‘libéraux

20 mars 2023

 

[1]https://www.rts.ch/info/regions/vaud/8966583-les-cff-envisagent-une-gare-souterraine-a-lausanne-en-2050-2060.html

[2]Pensons simplement à la station parisienne de Châtelet-Les Halles.

 

Conclusion

Renvoi à une commission avec au moins 20 signatures

Liste exhaustive des cosignataires

SignataireParti
Yannick MauryVER
Aude BillardSOC
Blaise VionnetV'L
Oscar CherbuinV'L
Cloé PointetV'L
Jerome De BenedictisV'L
Sébastien HumbertV'L
Felix StürnerVER
Alice GenoudVER
Jean-François ChapuisatV'L
Jacques-André HauryV'L
Anna PerretVER
Oriane SarrasinSOC
Martine GerberVER
Claude Nicole GrinVER
Nathalie JaccardVER
Marc VuilleumierEP
Rebecca JolyVER
Aurélien DemaurexV'L
Théophile SchenkerVER
David RaedlerVER
Elodie LopezEP
Alberto MocchiVER
Yolanda Müller ChablozVER
Laurent MiévilleV'L
David VogelV'L
Valérie InduniSOC
Laurent BalsigerSOC

Document

23_MOT_5-Texte déposé

Transcriptions

Visionner le débat de ce point à l'ordre du jour
Mme Graziella Schaller (V'L) —

Cette motion propose de transformer un problème en opportunité et de profiter des retards de chantier pour imaginer la vraie gare du futur. Le Flon est la troisième gare de Suisse romande, mais en pratique elle ne devrait être qu’une seule et même gare, avec la gare de Lausanne. Or, il y a un défaut majeur : il manque une liaison directe entre elles. Il faudrait une liaison qui permettrait de parcourir, en 5 minutes et à pied, en ligne droite, les 270 mètres qui les relient. Aujourd’hui, pour relier ces deux points, il faut monter le Petit-Chêne ou prendre le M2, mais ce dernier est complètement saturé et cela ne va pas s’arranger avec l’augmentation des voyageurs annoncée par les CFF. Alors qu’au Flon, il y a déjà le terminus du M1 et le terminus du LEB, c’est à courte échéance que le tram et le M3 vont également y arriver. Pas besoin d’être ingénieur pour voir que, même avec deux métros en parallèle, il sera impossible d’absorber tous ces voyageurs. Il y aura donc toujours un goulet d’étranglement entre la gare et le Flon. C’est une évidence : il faut une liaison piétonne efficace entre la gare et le Flon. Bien que prévue par le Plan d’agglomération Lausanne-Morges (PALM) en 2007 et techniquement possible, cette étude avait été refusée lors de l’étude des projets de décret des M2 et M3 ; la principale raison évoquée était que cela retarderait les chantiers du métro. Aujourd’hui, cet argument ne peut plus être invoqué, puisque les CFF annoncent un retard de 13 ans sur le planning initial. C’est donc le moment de rattraper cette erreur ; c’est maintenant qu’il faut intégrer l’étude de cette liaison.

Cette liaison permettra non seulement la circulation continue des passagers entre les deux gares, pendant et après les travaux, et ce, sans devoir mettre en place des liaisons coûteuses, par exemple des bus de remplacement. Surtout, elle permettra de mettre en service la première partie du M3, de la Blécherette jusqu’au Flon, sans attendre la fin des travaux en 2037. En tant que députés, pour améliorer les déplacements de tous les Vaudois et soutenir la mobilité douce du canton, nous devons donner les impulsions pour des solutions innovantes. Faisons donc en sorte que la gare de Lausanne soit une vraie gare du futur, en y intégrant un passage piéton entre la gare et le Flon. Je demande au secrétariat de projeter deux images.

Insérer image 1*

La première image présente la situation habituelle à la gare de Lausanne, entre 7 et 8 heures.

Insérer image 2*

La deuxième image a été prise à Genève, avec une réalisation récente : un tunnel pour piétons, avec des escaliers roulants, entre la gare de Champel et les HUG. Je vous invite à le tester ; il est utilisable depuis 2019. Voilà ce que nous pourrions avoir demain pour un montant d’environ 30 millions de francs.

Mme Séverine Evéquoz (VER) — Président-e

La motion, cosignée par au moins 20 membres, est renvoyée à l’examen d’une commission.

Retour à l'ordre du jour

Partager la page