21_REP_18 - Réponse du Conseil d'Etat au Grand Conseil à l'interpellation Sébastien Pedroli - Après le HIB et le GYB, est-il possible de développer la collaboration policière entre les districts de la Broye-Vully et de la Broye? (21_INT_1).

Séance du Grand Conseil du mardi 1er juin 2021, point 19 de l'ordre du jour

Document

21_INT_1_TexteCE

Transcriptions

Visionner le débat de ce point à l'ordre du jour
M. Sébastien Pedroli (SOC) —

Je tiens tout d’abord à remercier le Conseil d’Etat pour sa réponse. Quand on vient d’une région aussi morcelée que la Broye-Vully, l’intercantonalité est très importante, d’où ma question sur la collaboration des polices cantonales vaudoise et fribourgeoise. J’ai donc pris connaissance de la réponse fouillée et précise du Conseil d’Etat avec un grand intérêt. Si dans les grandes lignes je peux me satisfaire des explications du Conseil d’Etat, on constatera pourtant que la réalité sur le terrain ne correspond pas forcément à celle décrite par le Conseil d’Etat. La collaboration entre les deux cantons n’est pas aussi bonne que prétendu. J’en veux pour preuve, par exemple, qu’une importante intervention policière a eu lieu dans la nuit de samedi à dimanche, à Payerne. Dans ce cadre, la police voisine de Domdidier n’est pas intervenue, contrairement à celles de Lavaux et de l’Ouest-vaudois. D’autres exemples existent, que je ne vais pas citer, ici.

Le plus important dans la réponse du Conseil d’Etat est qu’un projet de convention a été rédigé pour finaliser le rapprochement Vaud-Fribourg. Je ne peux que m’en réjouir. En revanche, j’ignore si le projet est une façon de noyer le poisson ou si une convention sera prochainement signée par les deux cantons. J’aimerais donc savoir si la signature annoncée de la convention entre les deux cantons pourra avoir lieu prochainement. Je resterai attentif à la signature de ce texte, que j’espère rapide.

Mme Sonya Butera (SOC) — Président-e

La discussion est ouverte.

M. Philippe Vuillemin (PLR) —

Dans la foulée, on peut se préoccuper des ambulances. Suivant où l’on tombe malade, on va à Fribourg. Il s’agit parfois d’hectomètres, même pas de kilomètres. Si des conventions sont signées, je vous remercie de ne pas oublier le secteur sanitaire.

Mme Béatrice Métraux (C-DES) — Conseiller-ère d'État

J’ai pris note de la demande de M. Vuillemin concernant les ambulances. Dès demain, j’interpellerai ma collègue Rebecca Ruiz à ce propos, puisque les ambulances relèvent de son département. Je vous remercie de votre question.

Concernant les inquiétudes de M. Pedroli, une séance se tient demain entre les polices fribourgeoises et vaudoises pour la dernière mouture du projet de convention. J’en ai parlé avec mon collègue Maurice Ropraz la semaine dernière lors d’une réunion dans le cadre de la conférence intercantonale des affaires militaires et de la protection de la population. Celui-ci attend la dernière mouture pour signer la convention. Elle parviendra ensuite au Conseil d’Etat vaudois, qui la signera ; autrement dit, ce ne sont pas des paroles en l’air. Les textes sont prêts et doivent être relus une ultime fois. La convention sera signée le plus rapidement possible, car, comme vous, monsieur le député, j’attends cette convention avec beaucoup d’impatience.

J’ai pris note également que la réalité sur le terrain n’était pas celle décrite dans notre réponse. Je vais en référer au commandant de la gendarmerie qui me donnera des explications et qui s’entretiendra avec son collègue fribourgeois.

Mme Sonya Butera (SOC) —

La discussion est close.   

Ce point de l’ordre du jour est traité.

Retour à l'ordre du jour

Partager la page