Votre identité

Point séance

Séance du Grand Conseil du mardi 2 mars 2021, point 9 de l'ordre du jour

Texte déposé

-

Documents

Rapport de la commission - 20_POS_225 - Grégory Devaud

Objet et développement

Transcriptions

Visionner le débat de ce point à l'ordre du jour
M. Grégory Devaud (PLR) — Rapporteur-trice

Beaucoup de choses ont déjà été évoquées au point précédent. La commission, composée de sept membres, dont la conseillère d’État Mme Métraux, accompagnée de deux collaborateurs, et le secrétaire de commission, M. Jérôme Marcel qui, comme à son habitude, nous a fourni d’excellentes notes de séance, s’est réunie le 3 novembre 2020. A la demande du président de Tridel, ce dernier a été reçu par la commission. Il a été fort intéressant d’être informés d’un certain nombre d’éclairages techniques et pratiques sur cette entreprise.

Le postulat décrit plusieurs objectifs qui ont déjà été évoqués cet après-midi. D’abord, l’amélioration du tri, la valorisation des matériaux avant incinération et, finalement, la diminution des résidus des mâchefers, des scories. La conseillère d’État s’est montrée clairement favorable à ce postulat. En effet, il serait possible de joindre au Plan cantonal de gestion des déchets en révision les demandes formulées par le postulat, afin d’optimiser le travail et de fournir des réponses adéquates. La possibilité fut aussi évoquée de préciser le périmètre des objectifs et des questions posées par la postulante, en partant du principe que le dispositif est déjà relativement robuste dans le périmètre tant cantonal que communal et dans les unités de traitement. Des améliorations sont également en cours sur la question des plastiques, mais également sur celle du compost, de la gestion des déchets ménagers et des emballages encombrants.

En conclusion, la commission souhaite d’un commun accord que l’accent soit porté sur le tri des déchets industriels, ménagers encombrants et de chantier qui sont envoyés aux incinérateurs. La question des déchets organiques et des métaux a largement été débattue, et il semble effectivement que les règles et les possibilités de récupération et de valorisation existent. Nous vous encourageons à l’unanimité à transmettre ce postulat au Conseil d’État.

Mme Sonya Butera (SOC) — Président-e

La discussion est ouverte.

Mme Cloé Pointet (V'L) —

Je remercie la commission et la conseillère d’État pour le bon accueil réservé à mon postulat qui a pour but de poser des questions concernant le tri avant incinération. En effet, un meilleur tri peut diminuer la quantité des mâchefers et augmenter la qualité des matériaux récupérés, car certains matériaux, une fois passés dans les fours, perdent en qualité. Ainsi, le tri avant incinération peut présenter de nombreux avantages. Je vous recommande d’accepter ce postulat et de le renvoyer au Conseil d’État.

M. Olivier Gfeller (SOC) —

Le groupe socialiste vous invite à accepter ce postulat, le potentiel d’amélioration du tri des déchets incinérables étant bien réel. Nous relevons que, lors de la commission, le Conseil d’État a indiqué qu’il accueillait favorablement cette proposition, et nous le remercions pour cette ouverture. J’aimerais citer deux exemples concrets qui justifient déjà à eux seuls que nous cherchions à améliorer le tri des déchets incinérables. D’abord, actuellement, trop de métaux finissent dans les fours incinérateurs. Ces métaux sont certes encore récupérables, mais de moins bonne qualité. Quant à elles, les ordures ménagères constituent un autre potentiel d’amélioration. En effet, les déchets de repas sont chargés d’eau, ce qui a pour conséquence de faire baisser le rendement énergétique des fours. Nous pourrions citer encore d’autres exemples qui devraient nous inciter à accepter ce postulat. Nous attendons par conséquent avec intérêt un rapport traitant de la problématique du tri des déchets destinés à l’incinération.

Mme Béatrice Métraux — Conseiller-ère d'État

Vous l’aurez compris, la problématique de gestion des déchets est très importante aux yeux du département. Nous avons focalisé les discussions de la commission sur les déchets industriels banals et de chantier, ces derniers formant une catégorie hétérogène pour lesquels il nous manque des données, des informations sur les pratiques de tri et également sur les valorisations possibles. Malheureusement, ils ont grandement augmenté ces dernières années, de 26 % selon les rapports des différentes Usines de valorisation thermique des déchets (UVTD). En 2019, ces déchets représentaient un tiers des déchets incinérés à Tridel. Tridel a cherché à sensibiliser le secteur de la construction à cette problématique en les encourageant, par exemple, à passer par un centre de tri avant d’arriver à Tridel. Un système de tarification différenciée est d’ailleurs appliqué avec un rabais d’environ 70 francs par tonne pour les bennes bien triées au préalable, car, en 2019, les mâchefers générés par les déchets vaudois ont atteint près de 53’000 tonnes, cette problématique étant accompagnée des difficultés rencontrées pour l’ouverture des décharges de type D et E. En d’autres termes, une amélioration de tri de ces déchets est véritablement possible. Des modifications du Plan de gestion des déchets seront proposées ces prochaines semaines et concernent le tri en amont. Ainsi, la réflexion de Mme Cloé Pointet va aussi dans le sens de la révision de Plan de gestion des déchets. En conclusion, je vous invite à soutenir ce postulat.

Mme Sonya Butera (SOC) — Président-e

La discussion est close.

Le Grand Conseil prend le postulat en considération à l’unanimité.

Retour à l'ordre du jour

Partager la page