Point séance

Séance du Grand Conseil du mardi 15 février 2022, point 29 de l'ordre du jour

Document

Texte adopté par CE - R-CE INT Vuillemin 21_INT_17 - publié

Transcriptions

Visionner le débat de ce point à l'ordre du jour
M. Philippe Vuillemin (PLR) —

J’ai apprécié cette réponse, qui marque une étape sur le long chemin de la mise en place progressive de soins palliatifs adéquats, non seulement dans les établissements médico-sociaux, mais aussi à domicile. En effet, toujours plus de personnes souhaitent rester le plus longtemps possible à domicile, ce qui pose quelques défis.

Bien entendu, on souhaiterait multiplier les équipes de soins palliatifs, forcément limitées. Toutefois, de manière générale, les contacts avec nos confrères et consœurs et leurs équipes sont toujours utiles pour ajuster les traitements qui restent les nôtres. Je me déclare donc satisfait et ne peux que souhaiter que l’on reste très attentif au développement des soins palliatifs en fonction de la manière dont les personnes vivent la fin de leur vie, ou en tout cas leur maintien à domicile avant d’être éventuellement placées.

Je tiens à remarquer que les soins palliatifs ne sont pas réservés aux personnes très âgées. On peut se retrouver à un plus jeune âge dans une situation telle que l’on ait besoin de ce type de soins. Là aussi, pour le moment, la réponse est adéquate. Il faut toutefois rester conscients que l’on n’a pas forcément le personnel sous la main, car il ne pousse pas sur les arbres. Pour être un bon spécialiste en soins palliatifs, il faut longuement et très bien se former et bénéficier d’une expérience de vie allant au-delà de ce que la Faculté de médecine enseigne.

Mme Laurence Cretegny (PLR) — Président-e

La discussion n’est pas utilisée.

Ce point de l’ordre du jour est traité.

Retour à l'ordre du jour

Partager la page

Partager sur :