Point séance

Séance du Grand Conseil du mardi 20 juin 2023, point 18 de l'ordre du jour

Documents

Rapport de minorité de la commission - 22_LEG_286 - Valérie Induni

Rapport de majorité de la commission - 22_LEG_286 - Sergei Aschwanden

Texte adopté par CE - EMPD crédit d'investissement - formation moteur du changement Plan climat vaudois - publié

Transcriptions

Visionner le débat de ce point à l'ordre du jour
Mme Séverine Evéquoz (VER) — Président-e

Troisième débat

Il est passé à la discussion en troisième débat de l’article modifié en deuxième débat.

Art. 1. –

M. Sergei Aschwanden (PLR) — Rapporteur-trice de majorité

Je serai bref : je vous invite à soutenir la version du deuxième débat, avec l’amendement d’un montant de 200'000 francs. Pour rappel, M. le conseiller d’Etat Borloz s’était engagé à ce que l’on apporte un soutien supplémentaire pour inciter les différents établissements à proposer des programmes. Toutefois, si nous devions arriver dans une situation dans laquelle une partie de ce montant ne serait pas dépensée, celle-ci serait reportée sur le deuxième exposé des motifs et projet de décret qui sera soumis à ce plénum je ne sais quand.

Mme Valérie Induni (SOC) — Rapporteur-trice de minorité

Je serai également brève, peut-être plus encore que mon préopinant : je vous invite toutes et tous à soutenir l’amendement déposé lors du deuxième débat par M. Aschwanden. Ceci nous permettra, à tout le moins, d’avoir plus de projets sur le climat dans les établissements de l’enseignement obligatoire et postobligatoire. Cela nous permettra aussi d’avoir une certaine couverture sur tout le canton – ce qui n’est pas à négliger. Je vous invite donc à soutenir la version du deuxième débat.

Mme Séverine Evéquoz (VER) — Président-e

L’article1 est accepté tel qu’admis en deuxième débat par 106 voix contre 22 et 3 abstentions.

Le projet de décret est adopté en troisième débat et définitivement par 122 voix contre 2 et 5 abstentions.

Rapport du Conseil d’Etat au Grand Conseil sur le postulat de Nicolas Suter et consorts – Transition de carrière et transition énergétique vont de pair (21_POS_36)

Décision du Grand Conseil après rapports de la commission

M. Nicolas Suter (PLR) —

Je remercie le Conseil d’Etat pour son rapport sur mon postulat. Cela dit, comme j’ai eu l’occasion de le dire lors de mon audition par la Commission de la formation, je ne cache pas ma déception. Lorsque j’ai présenté en commission ce qui était alors une motion, on m’a expliqué que la formation continue était de compétence fédérale et qu’il serait donc opportun de transformer ma motion en postulat pour que le Conseil d’Etat puisse répondre de manière large et complète sur cette problématique. Je cite le département au moment de l’audition en commission : « Il est vrai que le volet de la formation continue non formelle n’a pas été exploré en tant que tel eu égard à la législation qui consacre l’action des individus et des entreprises en la matière. Or, ce texte (le postulat) doit permettre au département de donner l’impulsion pour porter la problématique de la transition énergétique sur le volet de la formation continue. » Le renvoi de ce postulat a été validé par l’ensemble de la commission et de manière quasi unanime par le plénum. Je regrette donc que le rapport du Conseil d’Etat, greffé de manière un peu artificielle à cet exposé des motifs et projet de décret, ne réponde pas à la motion transformée en postulat.

Le rapport du Conseil d’Etat ne parle pas de transition de carrière, ce qui est le centre de mon postulat, ni de la manière de donner accès à des formations professionnalisantes en cours d’emploi pour les personnes fraîchement diplômées. La formation continue est de la responsabilité individuelle et des entreprises. C’est vrai et cela fonctionne bien. Plusieurs entreprises ont d’ailleurs initié des programmes internes sur 10 à 14 mois, en cours d’emploi, des académies permettant d’acquérir des connaissances professionnalisantes nécessaires aux métiers de la transition énergétique, tels que logiciels métier, connaissances pratiques et gestion de projet dans ce domaine. Ces programmes fonctionnent à merveille, mais sont une goutte d’eau dans le lac. L’ampleur des besoins – on parle de plus de 400’000 personnes manquantes dans les domaines de la transition énergétique – mériterait que l’Etat s’y intéresse. Pour toutes ces raisons, je ne peux pas accepter le rapport du Conseil d’Etat.

Mme Séverine Evéquoz (VER) — Président-e

La discussion est ouverte.

M. Sergei Aschwanden (PLR) — Rapporteur-trice de majorité

Pour votre information, la commission a validé le rapport du Conseil d’Etat par 11 voix et 2 abstentions

Mme Séverine Evéquoz (VER) — Président-e

La discussion est close.

Le rapport du Conseil d’Etat est refusé par 77 voix contre 5 et 35 abstentions.

Retour à l'ordre du jour

Partager la page

Partager sur :