Votre identité

Prise d’otages dans un train à Essert-sous-Champvent

Jeudi 8 février 2024, un homme a pris en otage les passagers d’un train de la ligne reliant Baulmes à Yverdon-les-Bains. Il s’agirait d’un requérant d’asile de nationalité iranienne âgé de 32 ans. Une quinzaine de personnes étaient retenues dans le convoi, y compris le mécanicien. Le train était immobilisé à la hauteur de la halte d’Essert-sous-Champvent.

Jeudi 8 février vers 18h35, un homme a pris en otage les passagers d’un train de la ligne reliant Baulmes à Yverdon-les-Bains. L’homme âgé de 32 ans serait un requérant d’asile iranien attribué au canton de Neuchâtel. Il parlait le farsi et l’anglais. Il était armé d’une hache et d’un couteau. Il a forcé le mécanicien à quitter son poste et à rejoindre les autres passagers. Ceux-ci étaient au nombre de 15 au total. Le train était immobilisé à l’arrêt d’Essert-sous-Champvent, portes fermées.

Alertées par les personnes bloquées dans le train, les forces de l’ordre sont arrivées sur place et ont bouclé le périmètre. Les spécialistes négociation de la Police cantonale ont établi le contact avec le preneur d’otages. Pour ce faire, un interprète parlant le farsi a été engagé.

Les équipes de soutien d’urgence (ESU) se sont rendues sur les lieux pour prendre en charge les familles et les proches présents.

Les forces d’intervention ont pris position autour du train immobilisé. Vers 22h15, l’assaut a été donné et les otages ont tous pu être libérés sains et saufs. Le preneur d’otages a été mortellement touché durant l’intervention. Le Ministère public a été renseigné et a ouvert une instruction pénale. Le procureur général et le procureur de service se sont rendus sur place. A ce stade de l’enquête, les motivations de l’auteur ne sont pas établies.

Les familles et les otages ont été amenés au CGM d’Yverdon et pris en charge par les membres de l’ESU et la cellule psychologique de la Santé publique.

Cet événement a nécessité l’engagement de plus de 60 policiers, dont une dizaine de patrouilles de gendarmerie et de la PNV. Les secours étaient présents avec 31 personnes des ambulances STAR, CSU NVB et ASV, du DPMA, médecin-chef des secours et ambulancier-chef des secours (MCS - ACS), ainsi que 3 membres de l’ESU, de la cellule psychologique vaudoise de la Santé publique et des spécialistes négociation de la Police cantonale vaudoise. Un dispositif d’enquête a été engagé avec des inspecteurs de la police de sûreté. Les groupes d’intervention de la Police cantonale et de la Police municipale de Lausanne (DARD et GIPL) ont été complétées par des éléments de la Police cantonale genevoise (tireurs d’élite). 

La Police a donné un point presse à 23h45 au CGM Yverdon avec le Procureur général Éric Kaltenrieder.
 

Partager la page