Les trajectoires de pauvreté dans le canton de Vaud

Publié le 08.03.2021

La Direction générale de la cohésion sociale a mandaté le Pôle de recherche national LIVES à l’Université de Lausanne et le Centre de compétences suisse en Sciences sociales FORS de mener une enquête sur les conditions de vie des ménages vaudois.

1670 ménages vaudois ont été interrogés entre 2014 et 2018 dont 85% à plusieurs reprises. Le dernier volet d’analyse de cette large enquête vient d’être publié en collaboration avec la Haute école de travail social et de la santé Lausanne (HETSL). Le rapport « Trajectoires de pauvreté dans le canton de Vaud : une analyse du Panel suisse de ménages Vaud » fait apparaître 4 trajectoires distinctes de pauvreté :

  • les ménages qui présentent un risque de pauvreté constant,
  • les ménages qui présentent un risque de pauvreté croissant avec les années,
  • les ménages qui se caractérisent par une sortie de la pauvreté suivie par une stabilisation de leur revenu,
  • les ménages caractérisés par une certaine instabilité financière, c’est-à-dire qui oscillent entre pauvreté et risque de pauvreté.

Les ménages jeunes (< 35 ans) et les ménages monoparentaux sont ceux qui oscillent le plus souvent entre une situation de pauvreté et une situation de non pauvreté.

En outre, les analyses confirment un effet générationnel dans la reproduction de la pauvreté, c’est-à-dire, une proportion élevée de personnes vivant dans un ménage pauvre a déjà connu des problèmes financiers durant leur enfance. 

En conclusion, le rapport relève la nécessité d’agir vis-à-vis des ménages les plus exposés au risque de pauvreté (trajectoire de risque constant, avec besoin de soutien global et prolongé) et des groupes spécifiques qui connaissent des périodes de pauvreté transitoire (notamment les familles monoparentales et les jeunes) afin de prévenir des basculements plus durables dans la pauvreté.

Partager la page