REP_656147 - Réponse du Conseil d'Etat au Grand Conseil à l'interpellation Anne-Laure Botteron et consorts - Le plastique c'est la panique (18_INT_177).

Séance du Grand Conseil du mardi 2 mars 2021, point 8 de l'ordre du jour

Document

Texte adopté par CE

Transcriptions

Visionner le débat de ce point à l'ordre du jour
Mme Anne-Laure Métraux-Botteron (VER) —

Je remercie le Conseil d’État pour ses réponses qui me satisfont globalement et salue le soutien financier du canton relatif à différents projets de sensibilisation portés par diverses associations. Toutefois, les réponses datant de juillet 2018, je souhaite demander au Conseil d’État s’il peut nous indiquer si le soutien à l’association ZeroWaste a été pérennisé pour les années 2019, 2020 et 2021, comme indiqué dans la réponse.

Mme Sonya Butera (SOC) — Président-e

La discussion est ouverte.

Mme Béatrice Métraux (C-DES) — Conseiller-ère d'État

Le plastique est à l’honneur, aujourd’hui ! En effet, certains objets traitent de l’interdiction des plastiques, de la question du recyclage, de l’amélioration du tri avant les Unités de valorisation de traitement des déchets. Il s’agit d’un débat important. Quant à la réponse à l’interpellation de Mme Botteron, elle date de 2018.

Par exemple, le taux de collecte séparée des déchets urbains atteint aujourd’hui 60 %. Concernant la sensibilisation du public, une mesure du Plan de gestion des déchets s’appelle « poursuivre la sensibilisation des particuliers, des autorités, des entreprises » et constitue le cadre de notre action de sensibilisation auquel sont consacrés des moyens financiers. Parallèlement, les soutiens qui ont débuté en 2018 et 2019 se poursuivent, celui, par exemple, d’un montant de 30’000 francs à l’initiative SAVE FOOD sur le gaspillage alimentaire, et Zero Waste Switzerland qui recevra 15’000 francs en 2021. Depuis 2017, toutes les thématiques « responsables.ch » reçoivent 15’000 francs par année. L’action « Coup de balai », bien connue des communes, reçoit environ 10’000 francs par année. Quant à Summit Foundation, il s’agit de 24’000 francs annuels. En d’autres termes, nous soutenons vraiment cette problématique et les institutions qui travaillent non seulement à sensibiliser la population, mais également à essayer de trouver une solution à cette invasion de plastiques.

Mme Sonya Butera (SOC) — Président-e

La discussion est close.

Ce point de l’ordre du jour est traité.

Retour à l'ordre du jour

Partager la page