20_REP_29 - Réponse du Conseil d'Etat au Grand Conseil à l'interpellation Nathalie Jaccard et consorts - Chicha, ça va pas tant que ça……. (20_INT_507).

Séance du Grand Conseil du mardi 11 mai 2021, point 26 de l'ordre du jour

Document

20_INT_507_TexteCE

Transcriptions

Visionner le débat de ce point à l'ordre du jour
Mme Nathalie Jaccard (VER) —

Je tiens à remercier le Conseil d’Etat pour ses réponses à mon interpellation sur les dangers de la chicha. Je suis satisfaite de constater que le Conseil d’Etat se soucie également des conséquences du narghilé sur la santé notamment des jeunes qui ont un réel attrait pour cette manière de fumer, la pensant sans danger, alors que l’inhalation de ces fumées est tout particulièrement nocive. En effet, une séance de narghilé revient à inhaler 125 fois plus de fumée qu’une cigarette, 25 fois plus de goudron, 10 fois plus de monoxyde de carbone et 2,5 fois plus de nicotine. Je suis aussi satisfaite de lire qu’il est attentif au suivi du dossier et qu’il va intégrer cette problématique, en 2022, dans la conception du prochain programme cantonal de lutte contre le tabagisme. Compte tenu de ces dangers sur la santé, il est toutefois dommage qu’aucune action ne soit prévue à court terme, alors que les terrasses sont à nouveau ouvertes. Avec le retour des beaux jours, les jeunes ne manqueront pas de se retrouver tant autour d’une table qu’au bord du lac, pour partager un moment commun autour d’une chicha. Enfin, le Conseil d’Etat fait état d’un effet de mode chez les 15-17 ans, qui représentent 24,5 % des fumeurs quotidiens, voire 39,9 % des fumeurs occasionnels. Dès lors, on peut se poser des questions sur le respect de la législation en vigueur, qui interdit de vendre et de remettre du tabac aux jeunes de moins de 18 ans, ainsi que sur la qualité des contrôles de la vente de tabac auprès des mineurs, y compris pour les établissements qui proposent une carte avec chichas. Ainsi, il devient impératif d’agir auprès des plus jeunes et de vérifier que l’accès aux moins de 18 ans soit bel et bien prohibé. Je remercie d’avance le Conseil d’Etat de prendre en considération ces diverses remarques.

Mme Sonya Butera (SOC) — Président-e

La discussion n’est pas utilisée.

Ce point de l’ordre du jour est traité.

Retour à l'ordre du jour

Partager la page