REP_681611 - Réponse du Conseil d'Etat au Grand Conseil à l'interpellation Felix Stürner - "Veramente allegro... ou non troppo ?". Quelle partition se joue en sourdine à la HEMU ? (19_INT_418).

Séance du Grand Conseil du mardi 3 novembre 2020, point 9 de l'ordre du jour

Document

Texte adopté par CE

Transcriptions

Visionner le débat de ce point à l'ordre du jour
M. Felix Stürner (VER) —

Je remercie le Conseil d’Etat pour ses réponses très exhaustives. Toutefois, je souhaite revenir sur quatre points qui ne sont pas clairs pour moi.

Dans le préambule de la réponse, il est fait allusion à une « analyse de climat ». Or, d’après les informations dont je dispose, la responsable des musiques actuelles est partie tout en étant payée jusqu’en août 2021. L’information peut-elle être confirmée ou infirmée ? Qu’en est-il de son remplacement ?

La réponse à la question 1 mentionne le « bon fonctionnement » des structures. Ma question complémentaire est la suivante : comment la direction veille-t-elle à ce que ce « bon fonctionnement » soit assuré concrètement par l’Institut Romand de Pédagogie musicale (IRPM) notamment ?

Troisième point problématique : peut-on nous informer de manière conséquente sur la consolidation des subventions au Conservatoire de Lausanne mentionnées dans la réponse à la question 2 ?

En termes pédagogiques, serait-il possible de connaître l’issue de l’« expertise interne », à la réponse 3 ? Il règne là aussi un certain flou quant aux réponses données par l’expertise interne.

Je remercie d’avance le Conseil d’Etat pour ses réponses à mes questions complémentaires.

Mme Sonya Butera (SOC) — Président-e

La discussion est ouverte.

Mme Cesla Amarelle — Conseiller-ère d'État

Vous souhaitez des réponses détaillées, monsieur Stürner. La réponse à votre interpellation fait référence à nombre de changements en matière de personnel, conformément à la nouvelle gouvernance souhaitée par le conseil de fondation. La nouvelle directrice, Mme Noémie Robidas, a mis en place, avec lappui et le soutien du conseil de fondation, une structure adoptée par celui-ci, à la suite du processus de refonte de la gouvernance de linstitution. Ainsi, la quasi-totalité de la direction a été désignée ces deux dernières années. Lobjectif principal est la stabilisation durable de linstitution. Pour lheure, les changements et les désignations, depuis lentrée en service de Mme Robidas, ont progressivement permis, institut après institut, de calmer la situation, en particulier sur le site du Flon.

L’équipe complètement renouvelée depuis peu à la tête de lHEMU doit prendre ses marques. Evidemment, on jugera sur pièce les mois prochains si ces premières décisions seront suivies deffets, mais on constate déjà un apaisement et une pacification dans certains domaines.

Ensuite, je ne peux répondre publiquement sur le traitement de la collaboratrice et sur sa rémunération, ou non, jusquen août de lannée prochaine. Larticle 113 du règlement de la Loi sur le personnel interdit de déclarer publiquement le traitement des collaborateurs en termes de salaire et en termes de travail. Nous nous le sommes toujours refusés. Javais même demandé un avis de droit à la suite dun article sur une enseignante transférée, qui avait défrayé la chronique dans 24heures. Je ne peux donc pas vous donner cette information pour des raisons juridiques.

Concernant le bon fonctionnement de l’IRPM et sur les communications internes, je dispose de certains éléments et de détails. Je vous propose de les transmettre aux deux sous-commissaires à la gestion pour le Département de la formation, de la jeunesse et de la culture (DFJC), car ils relèvent d’expertises internes à une haute école. Ces sous-commissaires jugeront s’il faut vous transmettre ces éléments. En effet, ils font état de difficultés organisationnelles de mesures qui s’inscrivent dans la réorganisation initiée par la nouvelle direction de l’HEMU, qui a notamment déjà abouti à des séparations de responsabilités en matière pédagogique. Si l’on veut répondre de manière détaillée à vos deux dernières questions, on doit citer des noms, détailler certains points. Je vous propose de procéder ainsi, et je ne pense pas qu’il y ait un intérêt général à obtenir maintenant une réponse publique et détaillée.

Mme Sonya Butera (SOC) — Président-e

La discussion est close.

Ce point de lordre du jour est traité.

Retour à l'ordre du jour

Partager la page