REP_674882 - Réponse du Conseil d'Etat au Grand Conseil à l'interpellation Céline Baux - La cure de Rougemont a-t-elle perdu son âme ? (19_INT_330).

Séance du Grand Conseil du mardi 17 novembre 2020, point 20 de l'ordre du jour

Document

Texte adpoté par CE - publié

Transcriptions

Visionner le débat de ce point à l'ordre du jour
Mme Céline Baux (UDC) —

Je remercie le Conseil d’Etat pour sa réponse à toutes mes questions. Il a estimé que les coûts de la réfection de la Cure de Rougemont s’élèveraient entre 300’000 et 600’000 francs. Il note également que les cures d’Arzier, Denezy, Dommartin, Epalinges, Commugny, Vufflens-le-Chateau et Bière ont aussi besoin d’une rénovation importante. Ces montants ne pouvant être financés par le budget de fonctionnement, le Conseil d’Etat affirme porter une réflexion sur les moyens de financer ces gros travaux d’entretien. J’ai déposé mon interpellation en avril 2019 et reçu une réponse en septembre de la même année. Je suis bien consciente que le COVID a pu ralentir l’étude annoncée, mais je constate avec regret qu’aucun exposé des motifs et projet de décret n’a été présenté au Grand Conseil, alors que la cure de Rougemont a toujours ses volets fermés et un grand besoin de réfection.

Je suis donc vraiment déçue, non de la réponse du Conseil d’Etat, mais du manque d’action qui l’a suivie. C’est là une des raisons qui m’ont conduite à déposer un postulat, que j’aurai l’honneur de développer dans un instant, ou lors d’une prochaine séance de ce conseil et qui permettra peut-être de faire avancer ce dossier important.

Mme Sonya Butera (SOC) — Président-e

La discussion n’est pas utilisée.

Ce point de l’ordre du jour est traité.

Retour à l'ordre du jour

Partager la page