Déchets urbains

Déchets urbains

Que sont les déchets urbains ?

Les déchets urbains sont tous les déchets provenant des ménages (ordures, verre, emballages, plastiques, carton, papier, bois, déchets de cuisine, etc) ainsi que tous les autres déchets de composition analogue (notamment provenant des industries et de l'artisanat).

Quel rôle exerce l'Etat ?

L'Etat coordonne, dans le respect de l'environnement:

Il est également chargé de former les personnes en charge de la gestion des déchets et d'établir des statistiques périodiques.

La division "GEODE" de la DGE supervise la gestion des déchets

Minimiser: améliorer la qualité du tri des déchets urbains

Un catalogue de recommandations pour améliorer le tri

La généralisation des taxes proportionnelles à la quantité de déchets a eu des effets positifs sur les flux de déchets et sur leur répartition. En parallèle, une dégradation de la qualité des matériaux collectés séparément en vue d'être recyclés a été constatée.

La DGE a réuni des représentants des communes, des organisations régionales, des entreprises de recyclage, des transporteurs et des consommateurs afin d'identifier les mesures permettant de lutter contre ce phénomène et de retrouver une qualité du tri satisfaisante.

Il en résulte un"catalogue (PDF, 2,45 Mo)", qui propose plusieurs mesures dans les domaines de l'organisation générale de la collecte, de l'information et de la sensibilisation, de la technique et des opérations, ainsi que de la répression et des sanctions.

Ce document est principalement destiné aux services communaux en charge de la voirie et de la gestion des déchets. Il a été rédigé avec l'intention de le compléter et de le renouveler selon les résultats et les expériences réalisées dans le terrain.

La DGE invite toute personne concernée à faire part de ses réactions et de ses suggestions sur un formulaire en ligne.  Elle révisera régulièrement le texte selon les propositions reçues. 

Comment bien gérer nos déchets ?

Planifier, inciter, contrôler

Une gestion moderne oblige à mettre en place une stratégie de gestion complète des déchets. Pour rencontrer du succès, celle-ci doit passer par 3 étapes clé, qui sont dans l'ordre:

1) La planification (à l'aide du plan cantonal de gestion des déchets)

L' élaboration d'un Plan Cantonal de gestion des Déchets (PDF, 4,48 Mo) (PGD), accompagné de ses fiches de mesures demandé par la loi, fixe les objectifs à atteindre en matière de prévention , recyclage et élimination des déchets, qu'ils soient de provenance communale, artisanale ou industrielle.

Il décrit les infrastructures à mettre en oeuvre pour atteindre les objectifs fixés par type de déchet considéré.

Il a été adoptée par le Conseil d'Etat le 2 novembre 2016, prenant ainsi la relève d'un premier plan, publié en 2004.

2) L'incitation (l'affaire de tous)

L'Etat, en relation avec les communes, les groupements régionaux de communes ainsi que les entreprises, diffuse régulièrement des conseils et soutient des actions de sensibilisation du public.

L'Etat participe financièrement à la réalisation d'infrastructures ainsi qu'à de nombreuses actions d'information et de prévention, par le biais d'aides financières. La nouvelle loi sur les déchets abroge à terme ce principe, alors que l'ancien régime des subventions a largement contribué à l'équipement du canton.

3) Le contrôle (par les autorités)

Les installations de traitement des déchets sont soumises à contrôle par l'autorité. Les contrôles ont lieu en règle générale au rythme d'une à deux inspections par année.

L'introduction prochaine du principe "d'autorisation d'exploiter", appliqué à ce secteur d'activité par la nouvelle loi sur les déchets, renforcera ce dispositif.

Les déchets sont d'abord une ressource

Valorisation des déchets

En raison de l'augmentation croissante du volume des déchets, il est aujourd'hui devenu primordial de les trier, puis de pouvoir recycler tous ceux qui peuvent l'être. Parmi les méthodes les plus courantes, citons:

  • Le compostage des déchets verts
  • La refonte des métaux ferreux et non ferreux (alu)
  • La fabrication de bouteilles en verre recyclé
  • La fabrication de papier recyclé et de plastiques recyclés (PET, PE, etc)
  • La réutilisation de composants (appareils électriques et électroniques)
  • Le recyclage des matériaux de démolition
  • Le recyclage des déchets de bois,

La proportion des déchets recyclés a fortement augmenté dans le canton de Vaud depuis le début des années 90. 232 déchetteries ont été réalisées à ce jour, ce qui porte à 334 le nombre des communes équipées.

En tenant compte des autres communes disposant d'une organisation différente de la collecte séparée des déchets recyclables (ramassage porte-à-porte ou autre), le Canton de Vaud compte 348 communes qui disposent d'un système adéquat. Ainsi 95% des vaudois disposent d'un système de collecte des déchets à proximité de leur domicile.

En 2005 les vaudois ont recyclé plus de 49% de leurs déchets urbains.
 

Traiter et éliminer (si on ne peut valoriser)

Traitement des déchets non recyclables

Les déchets combustibles sont brûlés dans une usine d'incinération des ordures ménagères (UIOM), leur combustion fournit chaleur et électricité. Les deux installations principales exploitées par les vaudois sont TRIDEL à Lausanne et SATOM à Monthey.

Les déchets non combustibles sont entreposés dans des décharges contrôlées

  • Type A, pour matériaux d'excavation
  • Type B, pour matériaux inertes
  • Type C, pour déchets stabilisés
  • Type D, pour mâchefers (ou scories) de l'incinération et
  • Type E, pour résidus du traitement des terres polluées de chantiers

Incinération en plein air

L'incinération en plein air est interdite, car elle libère 100 à 1000 fois plus de substances nocives (en particulier des dioxines très toxiques) qu'une usine d'incinération, dans laquelle les fumées sont épurées, par lavage, à un très haut niveau, avant d'être libérées dans l'atmosphère.

Anciennes décharges

Les anciennes décharges ont été définitivement fermées. conformément aux exigences fédérales et cantonale. Un programme d'assainissement des "sites contaminés" est actuellement en cours

Elimination, l'incinération comme "dernière solution"

L'incinération des déchets dans une UIOM

L'incinération des déchets dans une UIOM moderne, munie de dispositifs d'épuration des fumées (par lavage) très performants, garantit des rejets de gaz sans danger pour la population. La cheminée ne rejette pratiquement plus que du gaz carbonique et de la vapeur d'eau. Les poussières sont ainsi retenues et éliminées avec les cendres.

Une tonne d'ordures dégage autant de chaleur que 250 litre de mazout. Ainsi, l'usine TRIDEL de Lausanne produit l'équivalent de la consommatrion électrique et thermique de plus de 15'000 habitants.

L' UIOM TRIDEL SA, au coeur de Lausanne
L' UIOM TRIDEL, au coeur de Lausanne
L'UIOM valdo-valaisanne SATOM à Monthey
L'UIOM valdo-valaisanne SATOM à Monthey

Statistiques vaudoises

Depuis les années 90, les Vaudois ont considérablement modifié leur comportement, en consentant d'importants efforts pour mieux recycler leurs déchets. Cette prise de conscience, ainsi que l'infrastructure de collecte sélective mise en place par les communes, ont permis de stabiliser la quantité de déchets incinérés, malgré l'augmentation générale des quantités de déchets produits et de la population. Les dernières statistiques (voir ci-contre) viennent encore renforcer le constat.

Les statistiques ci-dessous proviennent des communes et des organisations régionales. Elles font état des quantités collectées au niveau communal
La statistique fédérale y ajoute les quantités de déchets incinérables ainsi que les matières compostables et les papiers collectés auprès des entreprises et remises aux installations (apports directs). 

Le taux de recyclage vaudois calculé selon la méthode fédérale avoisine les 50%, il est similaire à la moyenne nationale.
L'objectif cantonal fixé à 60% de taux de recyclage en 2020 est calé sur la méthode fédérale.

Recyclage et élimination des déchets urbains des communes et des entreprises

Année Déchets recyclés Déchets incinérés
1990 15% 85%
2000 42% 58%
2010 43% 57%
2015 57% 43%
2020 (objectif) 60% 40%

Contacter un collaborateur

Collaborateurs responsables

Partager la page