Cadastre de géothermie profonde

De la chaleur sous nos communes

Quel potentiel de géothermie profonde y-a-il dans ma commune ? Un cadastre publié par la Direction générale de l’environnement (DGE) permet maintenant de répondre à cette question. Par ailleurs, une nouvelle loi définit un cadre clair et favorable au développement de projets de géothermie profonde.

Pour réussir la transition énergétique, la géothermie représente une ressource renouvelable locale de grande valeur. L’eau chaude des aquifères profonds permet d’alimenter en chaleur des bâtiments via un réseau de chauffage à distance, et ainsi d’éviter les émissions de CO2 causées par les chaudières à mazout et à gaz. De plus, la chaleur géothermale présente l’avantage d’être disponible toute l’année et dans de nombreux endroits du territoire vaudois.

Afin d’identifier les zones propices à l’utilisation de cette énergie, la DGE a commandé une étude du potentiel de géothermie profonde. Celle-ci identifie les différentes ressources potentielles (profondeur, température) et vérifie leur compatibilité avec les besoins thermiques en surface. Les résultats viennent d’être publiés et peuvent donc être consultés sur le cadastre en ligne. Sur 306 communes vaudoises étudiées, il est estimé que 43 d’entre elles ont un potentiel géothermique exploitable. Le périmètre de l’étude se limite aujourd’hui au plateau molassique vaudois pour lequel les données géologiques disponibles sont suffisantes. Une extension de ce périmètre sera réalisée d’ici l’an prochain. Si le potentiel actuellement identifié est important, il convient dans un premier temps de consolider les données par des études géologiques locales et des besoins en surfaces. L’objectif cantonal mise sur une vingtaine de réalisation d’ici 2050.

L'estimation du taux de couverture théorique des besoins thermiques par commune est déterminé à partir de la compilation des données géothermiques avec les besoins en énergie ainsi que de la faisabilité technique et économique d'un ouvrage profond de géothermie (zones propices au chauffage à distance).État de Vaud - DGE-GEODE - DGE-APEN

Caractéristique des cibles géothermiques potentiellement exploitables

L'étude s'est focalisée sur trois cibles géothermiques distinctes que sont:

L’aquifère du Crétacé est le moins éloigné de la surface. L’horizon aquifère présente une karstification bien développée ainsi qu’une perméabilité globalement élevée. Les températures déterminées pour cet aquifère sont moins importantes que pour les deux aquifères suivants.

L’aquifère du Malm a une épaisseur très importante et est localement fracturé. Il s’agit de l’aquifère comportant globalement le plus d’avantages en regard des débits qu’il peut fournir, des températures élevées qui y règnent et du fait que sa profondeur est inférieure à celle du Dogger.

L’aquifère du Dogger, le plus profond des trois aquifères présentés, a une épaisseur et une perméabilité plus faible que l’aquifère du Malm. Cette dernière caractéristique induit des débits exploitables potentiellement moins importants.

Coupe géologique illustrative avec position des aquifères profonds (adapté de Swisstopo (2017): GeoMol: Modèle géologique 3D du bassin molassique suisse – rapport final.). Les flèches vertes et rouges représentent les deux forages constituant un doublet géothermique.

Incertitudes et fiabilité des données préliminaires du cadastre de géothermie profonde

Le cadastre de géothermie profonde contient des informations issues de données géologiques (forages, lignes sismiques) ou à partir de modélisation. En particulier en ce qui concerne les profondeurs, températures et taux de couverture indiqués dont les valeurs dépendent aussi des hypothèses de calcul exposées au chapitre 4 du document de synthèse relatif au cadastre de géothermie profonde du canton de Vaud (document de synthèse disponible en ligne prochainement).

Ces données sont donc théoriques et indicatives. Elles résultent d’un traitement à l’échelle du canton de Vaud aussi soigné que possible des données à disposition, toutefois des incertitudes existent.

Des études locales de faisabilité sont nécessaires afin de préciser le potentiel et définir des suites à donner.

Partager la page