Perspectives démographiques

Aperçu

Les dernières perspectives de population de Statistique Vaud, établies en 2016, anticipent une poursuite de l’accroissement démographique du canton : la population vaudoise pourrait atteindre 980'000 habitants en 2040 selon le scénario moyen, 920'000 selon le scénario bas et 1'040'000 selon le scénario haut.

Même si l’immigration restait le moteur principal de cette évolution, le solde naturel (les naissances moins les décès) en expliquerait aussi une part significative (32% au cours de la période 2015-2024 selon le scénario moyen, en légère hausse relativement à la période 2005-2014). Les naissances seraient plus nombreuses que les décès au moins jusqu’en 2040.

Haut

Haut

Haut

Tableaux de synthèse

En accédant aux pages ci-après, vous quittez les données par domaine

Haut

Documentation

Le modèle

Le modèle utilisé pour calculer les perspectives démographiques a été mis au point par Statistique Vaud. Il fonctionne selon la méthode dite «des composantes» et nécessite de formuler des hypothèses sur les évolutions à venir de la fécondité, de la mortalité et des migrations.

Partant des effectifs de population répartis par sexe, âge et région, le modèle procède de manière itérative, année par année, pour calculer la population future compte tenu des hypothèses. Pour cela, sont calculés le nombre de naissances, de décès et le solde migratoire, et ce par sexe, âge et région.

Le solde migratoire (les arrivées moins les départs) est déterminé par hypothèse au niveau cantonal et régional. La déclinaison en termes de structure par âge de ces hypothèses est obtenue en se référant à deux structures par âge types du solde migratoire régional : l’une observée en cas de solde typiquement faible, l’autre en cas de solde particulièrement fort.
Les naissances sont déterminées en appliquant aux effectifs des femmes des taux de fécondité par âge obtenus par modélisation et liés aux hypothèses choisies.

Les décès sont calculés en appliquant aux personnes des quotients de mortalité par âge et sexe en utilisant une table de mortalité modélisée tenant compte des tendances passées.

Les écarts régionaux à la moyenne cantonale concernant la mortalité et la fécondité sont pris en compte. Des précautions méthodologiques permettent de faire coïncider la somme des populations régionales au total cantonal.

Le modèle de Statistique Vaud comporte deux extensions possibles des résultats:

  • La première permet de répartir transitoirement les résultats par commune pour pouvoir les agréger en un nouveau découpage spatial. Cette méthode mécanique - qui prend en compte quelques caractéristiques communales - a toutefois des limites et ne peut être appliquée que pour des régions de taille démographique suffisante.
  • La deuxième consiste en un autre modèle qui permet d’établir des projections de ménages (nombre et composition) sur la base des résultats des perspectives de population par âge. L’impact de ces projections de ménages par catégorie sur la demande de logements et sur la composition de la population active peut alors être étudié.

Haut

Haut

Partager la page