Eaux de chantier

Protection et gestion des eaux de chantier

Les activités sur les chantiers génèrent des eaux polluées qui sont généralement chargées de matières minérales en suspension, souvent alcalines (pH > 9.0) et qui peuvent contenir des hydrocarbures, des métaux lourds et des substances organiques dissoutes (adjuvants) ou en suspension/dispersion (produits de revêtement à l’eau).

La mise en place de mesures spécifiques de protection (stockage des liquides pouvant polluer les eaux) et de gestion des eaux (capter, traiter, contrôler, avant évacuation/infiltration) sont nécessaires pour limiter l’impact du chantier sur l’environnement (sols, eaux souterraines, cours d’eau, lacs) ainsi qu’aux infrastructures publics (canalisations, stations de pompage, stations d’épuration).

La protection et la gestion des eaux des chantiers de construction (bâtiment et génie civil) doit être planifiée dès la conception d’un projet. Les principes et les mesures à prendre sont précisées dans la norme suisse « SIA/VSA 431 »  et la directive cantonale « DCPE 872  (PDF, 84 Ko)». Le manuel « L’environnement sur mon chantier  (PDF, 6,19 Mo)» édité par la Société suisse des entrepreneurs  complète ces recommandations et directives.

Protection des eaux

Pour prévenir les écoulements et la dispersion des liquides polluants dans le sol et les eaux, des mesures techniques doivent être mise en place pour leur stockage sur chaque chantier. Principalement, il s’agit des carburants, des diverses huiles et des adjuvants pour béton. Des produits absorbants doivent être à disposition sur place pour prendre les premières mesures pour contenir tout événement accidentel dans l’attente de l’intervention des services spécialisés de lutte contre la pollution (N° d’alarme, 118).

Gestion des eaux (gros oeuvre et second oeuvre)

Lors des phases de démolition, terrassement, travaux spéciaux et construction, il s’agit des eaux de lavage des installations et des véhicules de chantier et des eaux de lessivage de l’emprise du chantier par les eaux météoriques.

Lors des phases de rénovation, transformation et construction, il s’agit des eaux de nettoyage des installations, matériels, ustensiles et récipients de certains professionnels du second œuvre (plâtrerie, peinture, étanchéité, etc.).

Les qualités des eaux polluées issues du gros œuvre et du second œuvre sont différentes. Elles  nécessitent des traitements spécifiques adaptés en fonction de la qualité des composants et des produits utilisés. La maintenance des installations de traitements est essentielle pour garantir en leur bon fonctionnement.

Autocontrôle des entreprises du gros oeuvre

Depuis 2006, l’entreprise établie dans le canton de Vaud qui met systématiquement en place son concept de protection et de gestion des eaux de chantier déposé à la DGE assure son autocontrôle. La liste de ces entreprises  (PDF, 83 Ko)

Contrôle de haute surveillance

Sur chaque chantier, le maître d’ouvrage est responsable de la bonne gestion des eaux. En premier lieu, le contrôle de la protection et de la gestion des eaux de chantier incombe à sa direction des travaux qui a un rôle essentiel pour l’organisation du chantier. Les autorités communales, puis cantonales en 2ème échelon ont une tâche de haute surveillance, selon l’article 14 du RPAC. Cette tâche est complétée par les collaborateurs du contrôle des chantiers de la construction dans le canton de Vaud.

Contacts

Pour tout renseignement complémentaire :

Eaux souterraines

Lien vers la page "Eaux souterraines EA3"

Partager la page